Putain, 10ans!

Posted by with 8 comments
Aujourd'hui, 19 décembre 2011 cela fait 10 ans qu'est sortie en France l'adaptation par Peter Jackson de la Communauté de l'Anneau.
10ans! Ce n’est pas rien, et j'avais envie d'en parler un peu parce que ça fait parti de mes films favoris, et que déjà bien avant ça, les bouquins avaient transformé ma vie. 
Découvert alors que j'avais une dizaine d'années, l’œuvre de Tolkien a contribué à façonner celui que je suis aujourd'hui. Un peu geek, un peu taré, complètement rêveur. Et lorsqu'il y a dix ans sortait le premier film c'était comme un rêve un peu fou qui se concrétisait. Je me rappelle encore comme si c'était hier l'impatience et l’excitation avant le grand jour et puis la claque magistrale ce 19 décembre.
Certes le film n'était pas exempt de défaut, bien sûr j'aurais voulu en voir plus, que tout y soit, que chaque détail soit pareil à l'image que je m'en faisais mais peu importe, c'était géant!! 10 ans plus tard, je retrouve toujours le même plaisir et le même émerveillement à revoir encore et encore ces films. Je l'ai vu surement près d'une vingtaine de fois mais ça ne m’empêche pas de revisionner la trilogie chaque année et de verser quelques larmes lorsque Frodo quitte pour ne plus y revenir la Terre du Milieu.

Si d'autres personnes ont été aussi marqué que moi par toute cette œuvre, qu'ils n'hésitent pas à partager leurs souvenirs d'il y a 10 ans.

Utopiales 2011

Posted by with 2 comments
2ème cuvée des Utopiales pour moi cette année et ça a été encore une fois une super expèrience.
Des conférences passionnantes, des auteurs dont accessibilité et la gentillesse m'étonnera toujours et une ambiance excellente.
Plutôt que de trop écrire, je préfère laisser la place à ces quelques photos que j'ai prises sur place : )


 




 

 







Comics Report - Octobre 2011

Posted by with No comments


Afin de parler un peu plus de comics sur ce blog, j'ai décidé de faire une nouvelle rubrique pour essayer de passer un peu en revue quelques unes de mes lectures du mois. 


Marvel Heroes 9:
C'est Avengers 10 & 11 (Bendis au scenario et John Romita Jr aux dessins) qui ouvrent le bal avec la suite et presque fin de l'arc sur les joyaux de l'infini. Et bien, alors que j'avais trouvé le premier arc un peu longuet, celui est vraiment sympa et le fait d'avoir deux épisodes au lieu d'un une fois de plus dynamise un peu plus le récit. Dommage que Bendis décompresse toujours autant mais ça se lit mieux que l'épisode suivant dans le mag. 
Thor 619, par Fraction au scénario et Pasqual Ferry aux dessin. ici aussi décompression, ou plutôt fraction maximale (oui elle est facile celle là). C'est lent, c'est chiant et les dessins fort jolis de Ferry ne sauvent pas la mise pour moi. Mais surtout, pourquoi avoir fait revenir loki, j'ai adoré son sacrifice final dans Siège de même que l'explication de Gillen sur son absence du Walhalla mais son retour ici salope le boulot et n'a aucun intérêt...
Pour terminer, Avengers Academy 8, Christos Gage pour l'histoire, Mike McKone aux crayons. rien à dire, c'est une super série, dynamique, intéressante et l'épisode de ce mois-ci aborde un sujet pas facile qu'il traite de manière intelligente. 

Marvel Icons 9:
New Avengers 8 & 9 (Scénario: B.M. Bendis, Dessins: Daniel Acuna (#8), Mike Deodato(#9), Howard Chaykin (#9)
Le premier épisode est un one shot assez sympathique qui raconte une tranche de vie de quelques membres de NA et qui voit une super héroïne reprendre du service. Le suivant démarre un nouvel arc mystérieux. joliment illustré mais un peu délayé une nouvelle fois. Malgré tout l’intérêt est là et le coup histoire secrète fonctionne toujours bien avec moi.
Iron Man #500.
Celui-ci est présenté après 2 back-up bouche trou. autant je trouve le run de Fraction longuet et ultra délayé, autant j'ai adoré cet épisode. Un épisode auto-contenu, pas le début d'un arc en 15 partie et du coup l'intérêt est là. Une histoire pas forçément des plus original mais le traitement sur deux époques avec un futur apocalyptique est bien foutu et du coup ça se lit sans ennuie. ça change.

Spider-man 140 & 141: 
J'avais attendu la sortie du 141 afin de lire la saga "l'instant crucial" d'un seul tenant. Une saga qui était censé revenir sur la raison de la séparation de MJ et Peter.
Que dire, après un "One More Day" plus que limite qui permettait un retour en arrière assez décrié à l'époque, les histoires suivantes étaient finalement bien sympathiques là, on sert une histoire inutile, insipide et sans intérêt pour donner une pseudo explication longuette et chiante à un évènement qui n'en appelait pas forcément et qu'il aurait mieux valut laisser sous silence...
Bon, à oublier très vite...

X-men Universe 8: 
Bonne fournée ce mois-ci. Tout d'abord le début du deuxième arc de la nouvelle série X-men, une histoire classique qui démarre mais avec un Bacchalo en forme aux crayons, ça fait toujours plaisir.
Dans Uncanny X-Force 3 & 4, on assiste à la fin de la saga "La Solution Apocalypse" et l'hitoire de Remender violente et et presque choc se suit avec plaisir, portée par les superbes dessins d'Opena.
Un bon début pour le moment pour cette nouvelle mouture d'X-Force.
Cerise sur le gâteau, la toujours savoureuse X-Factor continue l'affrontement démarrer dans le précédent entre l'équipe mutante et les forces morts-vivantes d'Hela. Les compagnons de Madrox ont énervé la mauvaise personnes cette fois. Enfin, humour et action pour cette série qui ne faiblit pas.







All Star Superman

Posted by with No comments
ça doit faire presque 15ans maintenant que je lis des comics régulièrement et jusqu'à présent, j'ai toujours été plutôt Marvel que DC. Pas que les personnages développé par DC ne m’intéresse pas mais c'est vrai qu'ils ont toujours été moins présent en France, en tout cas sur format papier.
Mais depuis quelques temps j'ai décidé d'élargir mon horizon superhéroïque et j'ai commencé donc par Batman avant de me pencher sur Superman.
J'ai lu il y a quelques temps l'arc Brainiac publié en France dans le DC Universe HS 18 et ça m'a donné envie de continuer ma découverte du personnage de Superman que je ne connaissais vraiment que par le biais des films.

J'ai donc choisi pour commencer All Star Superman car cette histoire est hors continuité et se présente comme une aventure ultime et intemporelle de Superman.


All Star Superman
Scenario: Grant Morrison
Dessin: Franck Quitely

-L'histoire-
La première mission habitée vers le Soleil à été lancée et malheureusement Lex Luthor a réussi à l'infiltrer pour y placer un piège à l'attention de Superman. Il attire ainsi l'homme d'acier jusqu'au centre du soleil, soleil dont il tire ses pouvoirs. A l'issue de la confrontation l'homme d'acier va se retrouver plus puissant que jamais, ces cellules ayant emmagasiner énormément d'énergie. Malheureusement, ce trop plein va aussi déclencher la dégénérescence de son corps, l'entrainant vers la mort. Mais avant cela, il reste des choses à faire pour Superman, sauver le monde encore et toujours...


-Mon avis-
S'il ne devait y avoir qu'une seule histoire de Superman à lire, ce devrait être celle-ci. Au travers des 12 épisodes qui forment cette maxi-série, Grant Morrison offre un Superman archetypal mais moderne et jamais caricatural.
Il lui offre dans cette histoire ses aventures ultimes en reprenant tout ce qui le caractérise. Un sens aiguë de la justice, une force hors du commun, une intelligence hors normes. Toutes les facettes du Super Héros idéal sont exploités mais sans jamais tomber dans la mièvrerie. Morrison sublime ici l'îcone qu'est Superman. Il l’amène à un niveau encore supérieur le détachant un peu plus de son alter ego Clark Kent mais pour le rendre encore plus humain.
Cette histoire merveilleuse est la quintessence de Superman et nous présente un être d'une bonté infinie qui même face à la haine ne peut qu'offrir son amour, amour de l'humanité et de la justice.
Très touchante et émouvante, la série offre un hommage remarquable au plus grand des superhéros. 
Il serait injuste de parler de cette histoire sans évoquer les superbes dessins de Frank Quitely. Il livre ici un travail remarquable ou chaque case illustre à la perfection l'histoire de Morrison.



Une interview de Grant Morrison sur la série, en anglais mais très intéressant.



"...c'est bien d'aimer Superman. C'est un des plus grands utopistes que l'imagination humaine ait jamais créé. Il est réellement là pour nous sauver. [...]Et plus on pense à Superman, plus on se met à agir comme lui et à faire des choses avec une pureté et une clarté indéfectibles."
Grant Morrison.









Le Monde Englouti - J.G. Ballard

Posted by with 6 comments
-L'histoire-
Un futur proche, suite à un enchainement de catastrophes, de grands bouleversements climatiques ont changé radicalement le visage de la Terre. Augmentation de la température et montée des eaux ont transformé le monde. Dans un Londres abandonné et changé en lagune tropicale, quelques personnes, scientifiques et militaires restent encore pour rendre compte des changements. Mais alors qu’ils doivent abandonner la ville derrière eux, fuyant les orages violents et la nouvelle montée des températures qui s’annonce, certains décident de rester, poussé par un instinct enfoui au fond d’eux et venu des méandres du temps.



-Mon avis-
Que dire sur ce roman. Le principe de départ m’avait attiré, une apocalypse, de grands changements climatiques, des personnes qui cherchent à survivre dans un environnement hostile. Le 4e de couv était alléchante. Et le roman commence, l’atmosphère est lourde, oppressante, étouffante, pesante, suffocante, écrasante… De ce côté, rien à dire, l’atmosphère est bien rendu, servie par une écriture sans style et très distante on ressent cette atmosphère à chaque page. C’est peut-être là le problème, on ressent tellement cette atmosphère qu’elle finit par dégouliner des pages, ramper hors des mots et envahir le lecteur. Et chaque page devient un peu plus lourde, un peu plus oppressante.

Un roman d’ambiance alors ? Peut-être, mais uniquement, car le plus gros problème pour moi, c’est qu’il ne se passe rien, les personnages, creux au possible, se laissent porter par cette ambiance et subissent avec le lecteur l’ennui profond de ce monde englouti. Pas un instant je n’ai été intéressé par eux, et jamais je n’ai ressenti la moindre empathie à leur égard. Du coup, lorsqu’il se passe enfin quelque chose à 50 pages de la fin, lorsqu’enfin les personnages semblent sortirent de leur torpeur, je n’ai pas réussi à sortir de la mienne et je ne me suis pas du tout senti concerné par leur sort.

Rarement j’ai ressenti autant d’ennui à la lecture d’un livre, c’est vraiment la première fois depuis que je n’ai plus de lectures imposées par l’école/collège/lycée que je peine autant à finir un livre. J’ai plusieurs fois eu envie d’arrêter ma lecture et ne l’ai poursuivie que pour être sûr que je ne ratais rien.
Très grosse déception pour moi ce premier essai avec JG Ballard. Je pense attendre un moment avant de m’y remettre.

Les Tours de Samarante - Norbert Merjagnan

Posted by with No comments
Les Tours de Samarante - Norbert Merjagnan
Folio SF // 2011 (2008 1er parution) // 390 pages

Le destin de trois personnes n'ayant rien en commun et qui vont se croiser dans la ville de Samarante. Vengeance, fuite, espoir, leurs motivations différentes vont converger au fur et à mesure que la cité prend vie.
Autours d'eux, le monde se prépare pour le Seuil alors que bientôt la guerre frappera aux portes de la cité..



Ce premier roman de Norbert Merjagnan est une très bonne surprise pour moi. À travers un style très riche, il nous emmène à la découverte de la ville de Samarante, où l'on suit les destins entremêlés de trois personnages qui semblent n'avoir rien en commun. J'ai mis un peu de temps à rentrer complètement dans l'histoire, après un premier chapitre intriguant, mon intérêt est un peu retombé, mais pour repartir de plus belle quelques chapitres plus loin. Une fois captivé, je n'ai plus décroché. Les enjeux ne sont pas forcément clairs tout de suite, mais le style soigné de l'auteur donne tellement bien vie à son univers qu'il devient vite impossible de ne pas tourner les pages. Les idées foisonnent et c'est vraiment très agréable à lire.

Mon seul regret, la frustration finale, oui ce roman est le premier d'une trilogie et l'appel de la suite se fait vivement sentir.
En tout cas, on a ici les prémices d'un space-opera qui s'annonce flamboyant!

Martiens, Go Home! - Frederic Brown

Posted by with 5 comments
Encore un grand classique de la Sf au travers duquel j'étais passé. Erreur réparé, erreur car oui j'aurais du le lire depuis très longtemps!!!

-L'histoire-
Ça y est, les martiens ont débarqués sur Terre. L'invasion ne s'est pas déroulée comme on aurait pu s'y attendre, mais au final ils sont bien là et si il n'y a pas eu de terrible guerre galactique, c'est peut-être pire. Car ces Martiens là vont vous rendre la vie impossible. ils sont fouineurs et cabotins, horripilants et désagréable, et surtout ils sont près d'un milliard à s'infiltrer dans toutes les maisons et à se mêler de tout, surtout de ce qui ne les regarde pas!! 


-Mon avis- 
Bon, sans suspens, j'ai beaucoup aimé ce livre. Le concept est délirant et le récit rythmé nous entraine dans les déboires de l'humanité confronté à son pire fléau. Car quoi de plus insupportable que de voir tout ses secrets étalés? Plus de mensonges, plus de cachoteries, si on peut en voir rapidement les bon côtés, c'est hélas à double tranchant et cela nous permets d'assister chapitre après chapitres à de très nombreuses scènes hilarante.
Très bien mené, l'histoire se termine de manière assez surprenante. Une surprise qu'il aurait été de bon ton de laisser sans explication pour garder un soupçon de mystère. Malheureusement, une postface de l'auteur vient levé le dernier voile. Dommage mais ce n'est vraiment qu'un détail.

[RO] Neverwinter News

Posted by with No comments


Les choses ont l'air de bouger pour le projet Neverwinter. Je préfère parler de projet et non pas juste de jeux car en plus de celui-ci, prévu depuis déjà assez longtemps, de nouveaux éléments viennent se greffer autours.

On savait déjà que la trilogie Neverwinter de R.A. Salvatore, actuellement en cours de publication aurait de nombreuse connexions avec le jeu mais en plus de cela, Wizards of the Coast nous rajoute:

- Un jeu de carte
- Un Comics
- Une Campagne pour D&D 4
- Un Jeu Facebook
- Un Jeu de Plateau
- Un Roman intitulé Brimstone Angels
Celui-ci sera en lien avec Neverwinter mais ne sera pas il me semble en lien avec Drizzt.




On peut aussi voir sur Youtube un trailer qui annonce l'ensemble des évènements liés à Neverwinter

 

C'est tout pour le moment, mais il va y avoir de quoi faire avec tout ça. On dirait que le renouveau des Royaumes Oubliés est en marche!
Après le décevant Daggerdale, je retrouve mon envie de Royaumes de l'époque Neverwinter Nights et Baldur's Gate!!


Source : Elbakin.net 

Palimpseste - Charles Stross

Posted by with No comments

-L'histoire-
Pierce a été recruté par la Stase, une agence de contrôle temporelle qui agit dans l’ombre dans le but de protéger l’humanité et d’assurer sa survivance jusqu’à la fin des temps.  Mais alors que de difficiles épreuves attendent l’agent Pierce, il va se retrouver embarqué malgré lui dans les méandres des paradoxes temporels, vers un destin qui pourrait bien changer celui de l’humanité.

-Mon avis-
Avec ces tout justes 160 pages, ce court roman se dévore d’une traite. On est très vite happé par les aventures de l’agent Pierce et par cette histoire qui se déroule un peu partout dans le temps. Les idées développées par l’auteur sont bien trouvées et, si le principe de palimpseste temporel peut parfois donner mal à la tête à coup de paradoxes bien tordu, c’est pour notre plus grand plaisir.
Un roman intelligent qui nous transporte sans temps mort, une SF d’excellente facture qui mérite amplement son prix de l’imaginaire. Le seul défaut que je lui trouve concerne les intermèdes sur l'Histoire du monde, dont le côté Hard Science est parfois un peu trop poussé et un peu cryptique pour moi.
Si cela peut ralentir un peu le rythme de lecture, ça ne gâche en tout cas pas une histoire passionnante.

Ceux qui sauront - Pierre Bordage

Posted by with 5 comments
Ceux qui sauront - Pierre Bordage
J'ai Lu // 2010 (2008) // 318 pages

Malgré les diverses révolutions que la France a connues au cours de son histoire, en 2008 c’est toujours une monarchie totalitaire qui règne. Une monarchie répressive et violente qui interdit l’éducation du peuple et lui restreint l’accès à la technologie.

Dans ce monde, Jean est un jeune « cou noir », fils d’ouvrier et destinée à suivre les traces de son père. Il accepte difficilement sa condition et aspire à une autre vie, rêve d’un monde meilleur pour les siens et de liberté.

Clara est née du bon côté de la barrière. Son père récemment anobli, elle vit à Versailles, près de la cour du roi Jean qu’elle a même eu la chance d’apercevoir quelques fois. Elle vit, insouciante, en attendant qu’on lui choisisse un mari. Mais est-ce vraiment vivre, n’aspire-t-elle pas aussi à la liberté ?

Après les Guerriers du Silence et Wang, c’est pour moi la troisième incursion dans l’univers de pierre bordage. Et c’est une réussite, qui confirme tout le bien que je pensais déjà de cet auteur.

L’uchronie développée ici est intéressante. Une monarchie totalitaire de nos jours en France, ainsi que dans la plupart des autres pays du monde, à en croire la propagande royale. Même si une partie de l’histoire est assez prévisible, principalement concernant l’évolution des relations entre les deux personnages principaux, on s’attache malgré tout rapidement à eux et c’est avec plaisir que l’on suit leur cheminement et que l’on tremble pour eux au récit de leurs péripéties.

Le récit alternant les chapitres entre les deux protagonistes, on est très souvent en pleine frustration à la fin d’un chapitre, et forcé de continuer pour avoir le fin mot de l’histoire. Une fin qui, hélas, n’arrivera pas à l’issue de ce volume. Celui-ci se termine après de terribles événements sur une note d’espoir qui trouvera sa suite dans un prochain tome.

J’ai beaucoup aimé ce livre, car malgré le monde dur et parfois sombre qu’il dépeint, on trouve toujours une lueur d’espoir. Il y a toujours des gens de bonnes volontés qui sont prêts à changer les choses et à se sacrifier pour faire progresser l’humanité.

À travers son histoire, Pierre Bordage nous parle de technologies, de ces dangers, mais surtout de son énorme potentiel pour l’humanité. Je me rappelle encore une des conférences des Utopiales 2010 où il disait que la science était quelque chose de formidable, de même que ses progrès, à condition de ne pas en être les esclaves. (Les mots ne sont pas exacts, mais je pense que l’idée est là).

Un livre à lire, qui malgré ses quelques défaut vaut largement le coup pour l’évasion qu’il offre et les idées humanistes qu’il présente. Pierre Bordage sait raconter des histoires, aucun soucis et j’attends avec impatience de lire enfin la suite de celle-ci.