Bilan 2019

Posted by with 7 comments

Ça y est, 2019 touche à sa fin (on est probablement d'ailleurs déjà en 2020 au moment où cet article sera publié...), il est temps de faire le bilan, calmement, se remémorant chaque instant (on s'en lasse pas hein ? Pas moi en tout cas :-*).
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'après une année 2018 perturbé par l'arrivée de ma descendance, je me suis un peu ajusté à cette nouvelle vie pour retrouver un rythme de lecture relativement plaisant. Un rythme qui se retrouve régulièrement perturbé par les nuits sans sommeils et autres rhumes et poussées dentaires de Minipuce ^^ (Un jour, je dormirai...)

Alors, qu'en est-il des objectifs fixé.


Allez, pour commencer, regardons si les objectifs ont été remplis, parce que oui, nous sommes des capitalistes ici ! (Qui y croit ?)
> Finir quelques séries entamées comme :
// L'héritière de Jeanne-A Debats : Presque, j'ai lu le second tome que j'ai beaucoup aimé, mais je n'ai pas poursuivi de suite avec le troisième et dernier. ça sera du coup pour 2020
// Les enfants de Poséidon d'Alastair Reynolds : Hum, je n'ai même pas sortie le livre de l'étagère, allez, c'est aussi pour 2020, d'autant plus que j'ai très envie de démarrer sa nouvelle série Revenger, mais interdiction de commencer avant d'avoir fini la précédente lol.
 // Les Chroniques de la Terre fracturée de NK Jemisin : OUI ! J'ai enchainé et dévoré les tomes deux et trois et wahou ! ce fût un régal !! Parmis mes meilleurs lectures de l'année !
> Lire le tome 3 de la Passe-miroir : Non... mais j'ai repris en fin d'année la relecture des 2 premiers tomes en audiolivre (je viens de finir le premier) pour mieux m'attaquer au 3, puis au 4, qui vient de sortir, dans la foulée

> Se mettre à jour sur les dernières sorties Une Heure Lumière : Oui et non, j'ai tout les volumes dans la bibliothèques, mais il m'en reste encore un peu à lire. Je les picore tranquillement, comme de délicieuses friandises à faire durer.

> Lire un tome supplémentaire des Rougon Macquard de Zola : He bien non, je n'ai toujours pas poursuivie, malgré les réguliers avis de TiggerLily sur la suite qui donnent envie.
à ce rythme, je ne sais pas quand j'arriverai au bout de cette grande fresque, mais je vais essayer de continuer cette année.


> Relire puis terminer enfin le manga Evangelion : Oui, et... ce fût un semi déception. J'ai retrouvé mon plaisir de lecture dans les premiers tomes, l'action, les personnages, la complexité de leurs relations, l'univers fouillé et mystérieux. Malheureusement, le soufflet est retombé avec les deux derniers tomes qui n'étaient qu'un gloubiboulga mysticoreligieux sans queue ni tête :-/ 


Bilan chiffré

 


136 lectures cette année, en comptant romans, BDs, Manga, essais, audiolivre et comics. Ce qui est fort honorable ma foi !
82 comics Alors encore et toujours une majorité écrasante de super-héros. Et j'ai envie d'essayer de réduire un peu la voilure de ce côté. Lire plus d'indé. On verra si je m'y tiens ou si je me laisse encore avoir par l'appel des superslips ^^
10 BDs francobelge Pas grand chose, la lecture du premier cycle de Lanfeust, qui fut une lecture agréable, malgré un sexisme très lourd par moment, tellement que ça en est parfois ridicule.
Mais en dehors de ça on notera les excellents Le vrai sexe de la vrai vie ainsi que la marquante Apocalypse selon Magda
14 mangas Là non plus ce n'est pas très fourni, surtout qu'il s'est agit principalement de la relecture (puis conclusion) d'Evangelion...
8 livres audio Très grosse progression de ce côté-là, et je vais essayer de faire au moins autant. C'est vrai qu'avec un temps de lecture qui s'est globalement réduit, ce support me permet de continuer à découvrir encore de belles choses. J'en aurais surtout profité pour relire des choses mais aussi lire des livres que je n'aurai probablement pas lu sans ça.
3 livres de non-fiction Comme l'an passé, malgré mon désir de découvrir plus d'essai. Cette année j'essaye d'aller jusqu'à 5, enfin on verra ^^
5 fictions hors imaginaire Et oui, je continue mes incursions dans la littérature générale... Bon il y a de la romance, du nature writing et des choses qui sont à la limite du genre mais tout de même ^^

22 fictions SFFF Soit 10 de plus que l'an passé ! Et c'est représentatif de ce que je disais en en-tête, c'est reparti ! Même s'il y a pas mal de lectures courtes, je retrouve un bon rythme.
55/39/7 La répartition hommes, femmes non binaire des auteurices lu.e.s cette année. Eeeet le constat est habituel, si je ne prend pas garde à la répartition genré, je lis une majorité d'hommes.
Et encore, ces chiffres ne prennent pas en compte les BDs, si on les rajoute, vu le nombre de série superhéroïques que je lis et l'écrasante majorité de scénariste/dessinateur masculin qu'on y trouve, ça serait bien pire...

14 Ça c'est le nombre d'articles publiés l'an passé sur le blog, soit à peine plus d'un par mois... Bon il y a une belle progression par rapport à 2018 (8 articles seulement) et on est au dessus de ma plus mauvaise année avant paternité, 2012 avec 12 articles publiés seulement malgré beaucoup de temps disponible lol.


Et pour 2020 ?

Eh bien, je vais tâcher de continuer sur ce rythme, en augmentant si possible le nombre de livre, et du coup peut-être en réduisant les comics.
J'aimerais me maintenir en ce qui concerne les romans hors genre, mais j'aimerais lire plus de non-fiction (essais, témoignages, etc.)
Je vais continuer sur ma lancé concernant les fins de séries. Allez, cette année je finis la Passe-Miroir et Les Enfants de Poséidon ! J'essaye de reprendre Sanderson et de cloturer aussi la trilogie de l'héritière.
Et puis j'aimerais relire un peu de fantasy épique. J'ai d'ailleurs un gros pavé qui m'attend et que je vais essayer de sortir prochainement, Le prieuré de l'Oranger.
Côté blog, je vais tâcher de voir le niveau à la hausse avec 20 articles, si possible 24 our atteindre les 2 par mois, et dans un monde rever la 30aine \o/

Bon sinon il reste une rubrique manquante dans ce bilan, à savoir un top de mes lectures ! He bien je triche, je garde ça pour un autre article, ce qui me permettra ainsi d'augmenter sans effort le nombre de publications *rire maléfique*.
Et puis sinon dernier point. Cette année, le blog va avoir 10 ans \o/ du coup, je vais essayer de réfléchir à un truc pour l'occasion.
Allez, bonne année culturelle à toutes et à tous ! :)


A la pointe de l'épée - Ellen Kushner

Posted by with 3 comments
A la pointe de l'épée - Ellen Kushner
Editions Actu SF // 2019 (VO 1987) // 546p
Aujourd'hui nous allons nous mettre dans une ambiance mousquetaire, escrime, spadassin et intrigue de cours avec le roman à la pointe de l'épée d'Ellen Kushner.
Publié en version originale par son autrice en 1987, et traduit chez nous en 2008, Actu SF réédite ce petit bijoux de fantasy queer dans un superbe écrin, couverture cartonnée, dorure, tranche-fil et signet, en l'agrémentant de plusieurs nouvelles venant enrichir l'univers.
Ce billet se concentrera sur le roman, les nouvelles feront l'objet d'un billet ultérieur.

Richard Saint-Vière est un bretteur, une épée à louer qui vit sur les Bords-d'eaux et qui travaille régulièrement pour les nobles de La Colline, pour peu que la paye soit convenable et le travail intéressant.
Saint-Vière est un surdoué de l'épée, celui que tous les nobles veulent s'arracher pour régler leurs querelles, car dans cet univers fictif fortement inspiré de notre XVIe et XVIIe siècle, les différents se règlent par des duels judiciaire, des défi officiels lancé entre nobles par le truchement de leurs épées à louer. Mais surtout, Saint-Vière est un homme d'honneur, qui travail dans la discrétion, et le respect des codes. C'est en partie à cause de cela, et pour la défense de son amant Alec qu'il va se retrouver au cœur d'un complot politique et d'une vengeance personnelle.

Si bien sûr nous avons droit à quelques duels de haute volées et passes d'armes mémorable, le coeur du roman se situe plutôt au sein des antichambres et alcoves des nobliaux. Manigances, complots, coups bas feutrés, paroles assassines et sourires trompeurs sont le gros morceau de l'intrigue.
Et ça fonctionne, on se questionne, on s'interroge, on se passionne pour le drame qui se joue, notamment grâce la relation passionné qui unit Richard Saint-Vière au mystérieux Alec, un étudiant de l'Université au passé secret qui possède des manières de nobles et un fort tempérament mélancolique mais ne dit mot sur son ascendance.
Si la romance entre Richard est Alec n'est pas centrale, elle a une grande importance dans le récit et est très bien traité. C'est un plaisir de voir abordé une relation homosexuelle dans un roman de fantasy de manière "normale", d'autant plus quand on sait que le dit roman à 30 ans !
Si l'homosexualité n'est pas un sujet en soit dans le roman, on y trouve plusieurs personnages gay et/ou bisexuels, ceci semblant être un fait admis et non sujet à débat dans la société que décrit Ellen Kushner.

Des duels endiablés, des joutes verbales acéré, du drame, de la romance, presque de la tragédie, c'est tout ça que A la pointe de l'épée nous offre, et qui est plus est dans un style prenant qui se lit avec grand plaisir.
On ne peut que conseiller cette fantasy presqu' historique queer pour tout ceux qu'une pincée des Trois mousquetaires saupoudré un zeste Shakespearien intrigue !

Les Attracteurs de Rose Street - Lucius Shepard

Posted by with 10 comments

Les Attracteurs de Rose Street - Lucius Shepard
Le Bélial - Une Heure Lumière // 2018 (2011 VO) // 129p

Encore une très bonne surprise de la collection Une Heure Lumière ! 
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec ce titre, mais comme à chaque fois avec cette collection que j'achète les yeux fermés d'ailleurs ^^
Et cette fois, on se retrouve ici avec un texte gothique, fantastique, dans les bas de fond crasseux du Londres victorien, que de bonnes choses en somme.

On suit l'enquête mystérieuse de Samuel Prothero, aliéniste de sa profession et jeune membre du Club des Inventeurs qui va se faire embaucher par l'indésirable Jeffrey Richmond. 
Une enquête qui va lui donner l'occasion de résider plusieurs semaine dans l’hôtel particulier de ce dernier, un ancien bordel situé dans le quartier le plus mal famé de la capitale britannique. 
Une enquête qui va le propulser au milieu d'une histoire de famille, de la relation incestueuse de Richmond et de sa sœur. 
Une enquête ou la science et le fantastique vont se mêler, évoquant bien sûr le Frankenstein de Marry Shelley. 
Une enquête teinté de sexe et d'un romantisme très gothique où la présence de fantôme se fait fortement sentir.

Si la conclusion peut paraitre un peu abrupte, on est emporté par le style qui semble tout droit sorti du XIXe siècle, par la farandole de personnages, leur démons, leurs secrets, et surtout l'ambiance, la tension qui se dégage des relations entre les protagonistes, mais aussi qui imprègne chaque page à cause de la présence de spectres inquiétant.

Dans cette novella, on parle donc fantôme, inceste, maladie mentale et prostitution. L'intrigue se fait parfois inquiétante avec une belle ambiance qui oscille entre le romantique et le glauque, le tout porté par la très belle plume de Shepard.

Point représentation :
L'homosexualité d'une des femmes du livre est évoqué à un moment. Au vu de la conclusion on peut supposer que le personnage est probablement bi.

Ils en parlent :

Les Livres de la Terre Fracturée - N. K. Jemisin

Posted by with 8 comments

Les Livres de la Terre fracturée - N. K. Jemisin
Editions J'ai Lu Nouveaux Millénaires
Tome 1 : La Cinquième saison // 2017 (VO 2015) // 457 pages
Tome 2 : La Porte de Cristal // 2018 (VO 2016) // 434 pages
Tome 3 : Les Cieux Pétrifiés // 2018 (VO 2017) // 434 pages

Attention, chef d'oeuvre !!
Je pense qu'on pourrait mettre cet avertissement au début du premier volume de cette trilogie dont chacun des tomes a, fait inédit, remporté le très prestigieux prix Hugo du meilleur roman. Un triplé amplement justifié et mérité.

L'histoire

Sur le fixe, continent principal de ce monde, survient à intervalles régulier, ce que les habitants appellent une Cinquième Saison. C'est à dire un grand bouleversement géologique et climatique causé par l'activité tectonique intense et violente de la planète. Ces cinquième saisons se caractérisent par de grands changements, ciel obscurci plusieurs mois, épidémies, famines, bref, tout un tas de conditions apocalyptiques très rudes mais relativement provisoire.
Et pour y faire face la société est construite autour de l'éventualité inévitable de ces saisons. Les gens sont distribués selon un système de caste qui prend tout son sens en saison, permettant d'exploiter au mieux les habiletés et talents de chacun pour favoriser la survie du plus grand nombre.
L'autre particularité de ce monde, ce sont les Orogènes, des personnes ayant la capacité de ressentir et de manipuler les forces tectoniques. Une capacité qui pourrait s'avérer très utile dans ce monde sans la haine viscérale dont sont la cible ces "géneurs".
Il n'y a que peu de possibilité pour ces derniers, soit ils arrivent à vivre toute leur vie caché, soit ils sont découvert et tué par la population, soit ils sont découvert par les Gardiens, qui les emmènent au Fulcrum, et qui à force d'éducation, de brimades, tortures et enseignements impitoyable les transforment en outils sans vie propre au service des communautés.

Notre histoire commence lorsqu'une de ces saisons survient, une saison d'une violence inouïe, probablement jamais vue jusque ici. Une saison qui à mesure que le fixe s'enfonce dedans semble bien partie pour ne jamais finir.
Et c'est dans ce contexte que nous allons suivre au début du premier tome, 3 femmes différentes, 3 orogènes, 3 périodes, 3 histoires convergeant.
Impossible d'en dire beaucoup plus sur l'intrigue sans risquer de divulgacher un point pivot de celle-ci. Par contre, l'on peut dire que Jemisin nous livre ici un superbe récit de Fantasy apocalyptique et post-apocalyptique de haute volée.

Les thèmes

Si une grosse partie du premier tome se déroule avant cette cinquième saison dévastatrice, c'est pour nous permettre de découvrir et comprendre la société du fixe. Son système de caste rigide tourné entièrement vers la survie en cas de Saison, ces tensions raciales entre les différentes ethnies, et surtout l'oppression raciste impitoyable qui repose sur les épaules des Orogènes.
L'autrice effectue un superbe travail en représentant la manière dont ceux-ci subissent discriminations, haine et réification. Elle aborde avec talents tous les aspects de la manière dont se met en place et se perpétue une oppression systémique. Il y a les Géneurs qui ont intégrés qu'ils étaient dangereux et se détestent, ceux qui arrivent à s'élever dans la hierarchie du Fulcrum et tâchent de profiter du peu de semblant de pouvoir qu'ils ont l'impression de grappiller. Il y a bien sûr la majorité silencieuse qui souffre sous les mains des gardiens jusqu'à parfois en mourir, ceux qui n'ont même pas l'opportunité d'espérer y entrer et finissent lynchés par les populations haineuses, ceux qui malaxent leur rage de liberté.

"Il est impossible de faire justice de certains crimes – on ne peut que concéder des réparations." 
Jemisin nous montre bien comment tout un système mis en place pour favoriser le pouvoir de certains est finalement essentialisé, naturalisé et présenté comme allant de soi pour la majorité que cela arrange.

L'écologie est aussi l'un des grands sujets de cette œuvre bien sûr, ce thème prenant de l'ampleur dans les tomes suivant à mesure que les origines des saisons se dévoilent. On y découvre une société arrogante, ivre de son pouvoir et de ses envies, hypocrite au possible dans ses visées humanistes et aveugles aux graines de haine et de destruction qu'elle sèmera.

"N'oublie pas : quand on dit « C'est la fin du monde », il s'agit le plus souvent d'un mensonge, parce que la planète va très bien."

Si Jemisin nous offre aussi un roman Post-Apocalyptique ici, elle s'élève à contre-courant de la tendance actuelle qui tend à montrer des sociétés incapables, en cas d’effondrement, d'aller au-delà de l'égoïsme de la survie immédiate et de la perpétuation de son confort.

"Premièrement, garder les portes. Veiller à la propreté et à la sécheresse des caches. Obéir à la lithomnésie. Prendre les décisions difficiles. Peut-être alors, à la fin de la Saison, restera-t-il des gens pour se rappeler à quoi devrait ressembler la civilisation." 
Il ne s'agit pas ici de montrer que tout va bien malgré tout, non, bien au contraire, ce monde extrêmement inégalitaire qui s'effondre va être traversé par des conflits aussi violent qu'inévitables.
Mais malgré l'apparente noirceur des évènements, Jemisin nous montre des individus qui ont compris qu'ils ne peuvent espérer survivre seul. Que le salut repose sur l'interconnexion des individus et que pour vivre, il faut faire société.

Loin d'être uniquement une œuvre d'idées pures, l'autre grande force de la trilogie de Jemisin repose sur ses personnages. Que c'est rare et que c'est bon d'avoir le droit dans une œuvre de fantasy à un ensemble de personnages aussi différents, aussi varié et diversifiés, que ce soit d'un point de vue de genre, d'appartenance ethnique ou d'orientations sexuelle.
Des personnages bi, gay, lesbien, transgenre, polyamoureux parsèment le récit, sans faire de leurs identités un point de l'intrigue. Ils sont parce qu'ils sont. Parce que notre monde est aussi divers que cela et c'est franchement rafraichissant.
Et si il est important à mes yeux de signaler ce type de représentation, il est important d'insister sur le fait que les personnages de l'autrice ne sont pas définit par ces caractéristiques, qu'ils sont extrêmement riches, et complexe. Parfois aimable, parfois détestable, prenant des décisions stupides, se montrant altruiste un jour, égoïste le lendemain, bref, humain avec toutes la richesse et la nuance que cela suppose.

Les livres de la Terre Fracturée sont une des œuvres le plus riches parut ses dernières années. Une pierre angulaire de l'imaginaire qui fera date, à n'en pas douter un futur classique qui n'a pas volé sa foultitude de prix et récompenses.
J'ai l'impression ici d'avoir à peine effleuré cette richesse tant il y aurait de choses à dire encore.
Mais j'espère que ces quelques lignes sauront vous donner envie de lire ces superbes romans. 

D'autres avis

Lune
Lorhkan
Shaya
L'ours inculte (Mais il a pas aimé, bouh)
Xapur
Anudar

L'Outsider - Stephen King

Posted by with 2 comments
L'Outsider - Stephen King
Albin Michel // 2019 (Vo 2018) // 576pages 
J'ai eu une période Stephen King dans mon adolescence et j'ai dévoré avec plaisir certains de ses classiques d'horreur, puis plus rien pendant des années. Ma lecture récente de l'excellent Marche ou Crève m'a rappelé à quel point c'était un bon auteur et je me suis du coup jeté sur son dernier opus dont la couverture et le résumé m'ont pas mal fait de l’œil, augurant d'un récit sombre et glauque comme il sait le faire. Alors, il y a de ça, mais finalement pas tant que ça et ce n'est pas grave car le livre a tout de même pas mal de qualités.

Franck Peterson, 11 ans a été sauvagement assassinée et violé et toutes les preuves, de très solides preuves même, pointent en direction de Terry Maitland, le coach sportif populaire et très aimé de Flint City. Une arrestation sous les feux des projecteurs, l'admiration et la popularité qui se transforme en étonnement, en incrédulité puis en haine. Sauf que Terry clame son innocence, et que malgré la somme de preuves contextuelles et matériels qui l'accablent, il a un alibi en béton armé, renforcé et indéboulonnable.

Le moins qu'on puisse dire c'est que ce thriller horrifique est extrêmement prenant. Dès les premières pages, King nous plonge au coeur de l'arrestation de Terry avec de courts chapitres alternant entre l'action présente et des entretiens, témoignages et rapport d'autopsie et d'analyses. On tourne les pages frénétiquement, écœuré par les détails que King nous livre sans fard sur l'ignominie du crime mais hypnotisé par ce besoin de savoir, de comprendre, de découvrir la vérité au-delà du monde que l'on croit connaitre.

King nous fait plonger avec cette première partie du roman dans le système judiciaire américain, dans les rouages de la machine infernales qui commence à broyer la vie de Terry malgré ce qu'il clame. Est-il coupable ? Innocent ? Le suspens ne fera pas long feu car le propos n'est pas là. 
On est rapidement renseigné sur la question, et le plus gros du livre consistera à comprendre comment les preuves ont pu s'accumuler ainsi, qui est responsable, et pourquoi ? Et surtout comment réparer une erreur judiciaire.

King nous montre l'horreur inhumaine avec son Outsider, un être qui à de quoi faire trembler, mais il nous montre encore une fois avec talent l'horreur humaine. La noirceur qui se cache dans les foules haineuse, l'aveuglement mortifère de ceux qui commettent des erreurs irréparable, la manière dont la haine et l'envie ronge et transforme en criminel.


Mais malgré tout, il livre ici un livre très positif, grâce à deux de ces personnages principaux épris de justice, lumineux et attachant, l'inspecteur Ralph Anderson et la détective Holly Gibney. La foi et l'intelligence de cette dernière porte toute la fin du roman son duo avec le flic rongé de remord fonctionne parfaitement.

Si le roman contient de purs moment fantastique proprement effrayant, ce n'est pas forcément par cet aspect que brille L'Outsider, mais plutôt pour son côté thriller, son suspens savamment orchestré, par cet enchainement de chapitre court, cette traque de la vérité qui fait voler en éclat les certitudes et ses
personnages principaux très réussi.
Dans sa dernière partie le roman perd un peu de cette tension distillé depuis le début mais encore une fois Ralph et Holly sauve la mise et King nous livre au final un roman des plus plaisant à lire.

--------------------
D'autres avis  Lune

Avis Express : Fantasy, SF et Essais

Posted by with 8 comments

Allez hop, quelques avis rapides sur des livres lus ces derniers mois avec au programme du bon et du moins bon, de la fiction et de la non fiction.


La bibliothèque de Mount Char - Scott Hawkins
C'est l'histoire de douze enfants qui à la mort de leurs parents furent recueilli par Père pour devenir bibliothécaires. Mais des bibliothécaire particuliers, très spécialisés dans des domaines assez... particuliers comme les langues animales, la résurrection des morts,

C'est un excellent roman ! Je recommande absolument. Entre fantasy urbaine, récit guerrier aux dimensions mythologiques surhumaine, roman initiatique d'une cruauté sans fond, horreur ironique et noire, enfance volée, quête de vengeance impitoyable, bref, c'est bon, très bon.
Le style est prenant, l'intrigue heu intriguante (oui bon hein) et le récit bien ficelé, drôle et épique. Il faut parfois avoir le cœur bien accroché cependant face à certaines scènes de torture, physique ou psychologique, (haaaa, le barbecue...) mais l'ensemble vaut le coup de s'y plonger pour découvrir la vérité derrière le voile du réel, la cosmogonie indicible de l'auteur et passer un excellent moment avec cet excellent "accrolivre" !


La Main tendue - Poul Anderson
Une assez bonne surprise. Une courte novella de space opera qui à travers un différent entre deux espèce et une ingérence terrienne plein de bonne intentions, aborde l'imperialisme occidental et la manière dont celui-ci en s’immisçant dans des conflits qui ne le concerne pas avec son arrogance colonialiste finit par uniformiser le monde parce qu'il ne voit que sa culture comme valable.
"Ne me libère pas je m'en charge" pourrait s'appliquer sans souci ici.
Ce n'est pas toujours fin et on voit venir la résolution avec ses gros sabots à 1000km mais c'est intéressant, surtout en remettant dans le contexte. Pour un texte écrit par un homme blanc américain en 1950, c'est assez progressiste et lucide.


Dernières nouvelles de Sapiens - Silvana Condemi
Un très bon ouvrage de vulgarisation sur l'évolution du genre humain, qui nous fait un bel état des lieux des connaissances actuelles, des premiers bipèdes il y a -7 millions d'années jusqu'à l'apparition des structures étatiques, le mode actuel le plus complexe d'organisation sociale.
L'ouvrage est court, 155pages et simple mais pas simpliste et paraît (pour le relatif profane que je suis) très complet.


Ces hommes qui m'expliquent la vie - Rebecca Solnit
Globalement intéressant, mais surtout pour des personnes qui découvrent le fonctionnement de la domination masculine.
Un peu déçu tout de même car il s'agit d'une compilation de divers long articles ou très courts essais publiés sur plusieurs années. Le résultats c'est que c'est parfois un peu décousu, qu'il y a des redites et que ça ne va pas au fond des choses.

Rentrée littéraire SFFF 2019 - Une sélection

Posted by with 12 comments

Allez, après avoir vu mes camarades Yogo et Lune se prêter à l'exercice, je vous fais aussi un petit récap de quelques sorties à venir pour la rentrée littéraire 2019 que je trouve des plus alléchantes !
Ne nous leurrons pas, je sais que je n'arriverais pas à en lire la moitié d'ici la fin de l'année, mais c'est pas grave, après quelques mois où j'ai peu lu et peu suivi ce qu'il se passait, ça fait plaisir de se replonger dans les catalogues des éditeurs et de trouver des choses bien alléchantes !


Contes hybrides - Lionel Davoust
1115 - Septembre 2019
Des nouvelles de Lionel Davoust, je dis oui, et quand en plus l'écrin est aussi beau (oui je suis superficiel, rapellez-vous un peu) je dis encore plus oui ! Et puis, ça se lit vite les nouvelles, c'est bon pour moi ça vu mon temps disponible ^^ 

 
Trop Semblable à l'éclair - Ada Palmer
Le Bélial - Octobre 2019
Bon, ça à l'air d'être LA parution SF de la décennies. Les avis aperçu ici ou là sur ce roman ou ses suite sont dythirambique, on a l'air d'être sur de la SF de très haute volée. Je ne veux pas en savoir plus, je veux le lire et je n'irais voir aucun avis tant que ce ne sera pas fait


Lumières Noires - NK Jemisin
J'ai Lu Nouveaux Millénaires - Octobre 2019
Après la grosse claque de la Cinquième Saison, et un second tome qui confirme haut la main (il me reste le dernier à lire mais il est perdu au fond d'un carton de déménagement, j'ai pas encore mis la main dessus...), je suis plus que curieux de voir ce que l'autrice à pu faire en format court. D'autant plus que ce recueil à remporté le Locus 2019 du meilleur recueil de nouvelles !


Jardins de poussières - Ken Liu
Le Bélial - Novembre 2019
Ken Liu, en nouvelle. Que dire de plus, il me le faut, absolument et puis c'est tout. 



Raven Stratagem - Yoon Ha Lee
Denoël Lunes d'Encre - Novembre 2019

J'avais plutôt aimé l'exigeant et complexe Gambit du Renard, et je suis curieux de sa suite. Il y avait vraiment un bon potentiel dans ce premier tome qui demandait un peu de concentration et une forte suspension d'incrédulité pour accepter l'aspect très... étranger de sa physique.
Je vais probablement attendre de lire quelques retour dessus avant de voir si je fonce ou pas.


L'incivilité des fantômes - Rivers Solomon
Les Forges de Vulcain -  Septembre 2019

Un roman de SF queer avec un.e héro.ïne non-binaire et écrit par un.e auteurice non-binaire et qui traite de problème sociaux et raciaux notamment, je signe direct ! :D
Bon par contre, je n'aime franchement pas cette couv VF même si elle est raccord avec la charte de l'éditeur :-/ (Et oui, ça compte pour moi, désolé ^^)


Hors concours
Les titres une heure lumière comme toujours ^^

Feuillets de cuivre - Fabien Clavel

Posted by with 4 comments
Feuillets de cuivre - Fabien Clavel 
Editions ActuSF // 2015 // 344 pages

De Fabien Clavel, je n'avais lu que deux romans. Le sympathique Metro Z, un roman de zombie orienté jeunesse plutôt réussi, et le très drôle mais aussi très glauque Evangile Cannibale, du zombie adulte vraiment réussi.
Comme je suis superficiel (et que j'avais aimé ma découverte de l'auteur), j'ai craqué pour la superbe édition de Feuillets de cuivre. Couverture rigide, dos cousu, tranche-fil, dorure, bref l'objet est beau. Mais qu'en est-il du contenu ?

Ce livre nous raconte les aventure de Rougon, inspecteur de police à Paris à la fin du XIXème siècle et au tout début du XXème. Construit dans un premier temps comme un fix-up de nouvelles, Feuillets de cuivre va donc nous présenter différentes enquêtes de l'inspecteur Rougon dans un Paris où la magie semble faire de timides apparitions, où des machines volantes en avance sur leur temps nous ébahissent, où l'ether est une réalité et où les problèmes temporels peuvent arriver.

Si comme on peut le voir ce livre, s'apparente bien à l'imaginaire, et même au genre du steampunk, ces éléments se font relativement discret, émaillant les différentes enquêtes de petites touches de science-fiction, de fantastique ou même de fantasy.

Dans toute la première partie du livre, l'ensemble de ces enquêtes se présentent comme des récits indépendants, tel les aventures d'un Sherlock Holmes français, et ce n'est qu'à partir de la seconde partie qu'un lien se dégage, qu'un fil rouge apparait et qu'on comprends les connections entre les différents récits.

Feuillets de cuivre possède de très nombreuse qualités, parmi lesquelles le style riche et travaillé de son auteur ainsi que son évidente érudition (à ce titre, la postface est remarquable). Les références son légions, de même que les citations ou bien les apparitions de personnages historiques, comme tout bon roman steampunk qui se respecte.

Côté personnages, le livre n'est pas en reste avec une galerie détaillé et varié, mais c'est notre héros Rougon qui marque le plus. Inspecteur bouru, passionné par les livres, au point de trouver des références littéraire dans toutes ses enquêtes, être qui parait presque anachronique par son ouverture d'esprit et sa sensibilité.

Feuillets de cuivre est vraiment un livre très réussi autant sur le fond que sur la forme. Il joue avec les codes du steampunk avec brio, propose un savant mélange entre classicisme et originalité, possède de multiple niveaux de lecture et regorge de trésors littéraires.