L'Arpenteuse des rêves - Estelle Faye

Posted by with No comments

L'Arpenteuse des rêves - Estelle Faye
Rageot // 2021 // 352p
Livre lu en service presse via Netgalley

Après avoir découvert avec succès la plume d'Estelle Faye, je poursuis dans un registre différent puisqu'il s'agit non plus d'horreur mais de fantasy jeunesse. Mais si le genre est différent, la qualité est tout autant au rendez-vous !

Myrie survit difficilement dans la dure cité de Claren. Une ville construite en strates où les plus riches vivent dans la haute ville et les plus pauvres dans les bas fonds, exploité par les castes supérieures.

Mais Myrie cache un talent particulier, elle est Arpenteuse de Rêves, un don permettant de s'infiltrer dans les songes d'autrui et que l'on retrouve habituellement dans les classes les plus favorisées où il est scrupuleusement encadrée par l'académie.

Le quotidien de Myrie et de sa famille d'adoption faites de jeunes adoptées et de laissés pour compte va se trouver bouleversé par la multiplication d'apparitions spectrales et de cauchemars puissant qui vont profondément perturber le quotidien des habitants de la citée.

Entre son passée douloureux, sa lutte pour sa famille, le destin de la cité et une rencontre onirique à travers le temps, la jeune fille va avoir fort à faire !

*  *  * 

Une fois encore, il faut saluer la belle plume d'Estelle Faye qui donne vie avec talent à un très bel univers. Son style est évocateur, immersif et poétique et il transporte très efficacement dans cet univers.

Un univers qui est assez archétypal par certains côté mais qui s'avère très bien construit d'ailleurs. Les pauvres d'un côté, les riches de l'autre, dans une ville au bord de l'asphyxie pour cause de pollution et d'exploitation des ressources à outrance, une magie qui transcende les classes même si bien sûr les privilégiés ne le reconnaissent pas.

Un univers qui permet de servir une intrigue qui s'avère simple mais efficace et prenante, un récit d'émancipation, de remise en question de l'ordre établi, une révolution, et le tout est porté par une galerie de personnage des plus réussie qui donne beaucoup de cœur à cette histoire.

La famille d'adoption de Myrie est très attachante, et on se prend très rapidement d'affection pour cette petite bande de laissé pour compte qui mettent l'entraide et la solidarité au cœur de leur vie.

Estelle Faye livre un très bon roman de fantasy jeunesse qui offre une intrigue prenante, un univers onirique très réussi, une galerie de personnage qu'on prend plaisir à suivre et aborde avec simplicité et justesse des thèmes sociaux et écologique d'importance qui parlerons à n'en pas douter aux plus jeunes et moins jeunes.

 










2001, l'odyssée de l'espace - Arthur C. Clarke

Posted by with 5 comments

2001, l'odyssée de l'espace - Arthur C. Clarke
Ailleurs et demain // 2021 nouvelles traduction (1968 Vo) // 270p
Livre lu dans le cadre du Mass Critique de babelio

C'est toujours difficile de s'attaquer un grand classique de cette envergure, surtout quand il est aussi daté et que globalement j'ai de plus en plus de mal à accepter les défauts inhérents aux vieux textes du fait de l'évolution de la société et de la qualité des productions actuelles.

Mais bon, j'ai tout de même encore de l'affection pour les écrits de Clarke dont je picore régulièrement l'intégrale des nouvelles (lol, elle est en standby depuis longtemps mais c'est mon chantier 2022 on va dire) avec grand plaisir.

Il y a 3 millions d'années, sur Terre, un monolithe mystérieux apparait auprès d'une tribu d'ancêtres des êtres humains, mettant en branle une évolution qui conduira jusqu'à notre espèce.

3 millions d'années ont passés et sur la Lune, les humains découvrent avec stupéfaction un monolithe qui emet un signal en direction de Saturne.

2001, le vaisseau Discovery est en route pour un voyage perilleux en compagnie d'une IA perturbé, vers ce qui sera la prochaine étape de l'évolution humaine.

*  *  *

Le roman est lent, et sa construction éparpillé participe à cette impression de lenteur malgré ces 270 pages. Quasiment la moitié du roman semble être une introduction à l'histoire principale telle qu'on la conçoit, le voyage du Discovery. Sauf que bien évidemment, il ne s'agit pas tant de l'histoire de personnages voyageant dans l'espace que de l'histoire de l'humanité franchissant différents stade d'évolution. 

Les protagonistes sont donc assez maigres, peu développés, ce qui donne un sentiment de détachement et peine à impliquer le lecteur.

Cependant, on lit rarement Clarke pour ses personnages, mais pour le Sense of Wonder, ce sentiment d'émerveillement devant l'ampleur de l'univers. 

Et de ce côté, on est bien servi. LEs monolithe mysterieux, le voyage long et solitaire aux confins du cosmos, la fronde gravitationnelle autours de Jupiter et puis, Japet et l'ultime étape.

2001 est un roman intéressant aussi en le remettant en contexte. Il est publié en 1968, avant donc que Neil Armstrong pose le pied sur la Lune et nombre de scène grandiose sont à juger en fonction de ça.

J'ai mis du temps à rentrer dans ce roman, à raccrocher les bouts, et ce malgré ma connaissance du film éponyme. Mais j'ai apprécier tout de même une grande partie du voyage proposé.

2001 est un texte daté, tant sur le fond que sur la forme, mais il reste un grand texte qui offre de belles choses aux lecteurices qui accepteraient de faire un bon en arrière, durant l'âge d'or de la conquête spatiale (et qui ne seraient pas trop tatillons sur le manque de personnages féminin et leur traitement que l'on qualifiera gentiment de... perfectible.)

D'autres avis:   Xapur, Lorhkan


Sur la PàL - Octobre 2021

Posted by with 2 comments


Octobre à été globalement un bon mois de lectures. Des circonstances indépendantes de ma volonté (enfant malade donc fatigue) ont ralentis mon rythme en fin de mois mais je finis avec 5 romans lus et un TPB de comics, ce qui est plutôt pas mal.

Par contre, moi qui souhaitait faire un mois dans l'ambiance Halloween, c'est un peu raté puisque seule une lecture rentre vraiment dans cette catégorie. La faute à une pile de SP trop importante, ça m'apprendra à être gourmand. Le point positif, c'est que les lectures en question étaient quand-même de qualité. Et puis pour moi l'ambiance Halloween s'étale jusqu'à fin novembre donc j'ai encore de quoi faire :D

Sinon, octobre aura été pour moi le mois de la découverte d'Estelle Faye dont malgré de nombreux retours de qualité je n'avais jamais rien lu, et clairement, je vais poursuivre ma découverte de l'autrice !

Livres Lus

Les Maitres enlumineurs, 2 : Le retour du Hiérophante - Robert Jackson Bennett (Chronique ici)
Un second tome de qualité qui m'a plu autant que le premier !

Les Chroniques de la Lune Noire, 1 : De Gueules - Jeanne-A. Debats & Froideval (Chronique ici)
Une plongée nostalgique que j'ai beaucoup apprécié malgré quelques défauts.

Widjigo - Estelle Faye (Chronique ici)
Un récit fantastique oppressant et immersif sur l'île de Terre-Neuve

La Monture - Carol Emshwiller (Chronique ici)
Une SF dystopique dérangeante qui pousse à la reflexion

L'Arpenteuse de rêves - Estelle Faye (Chronique à venir)
Une belle fantasy onirique passionnante au fond social travaillé.

Saga, volume 1 - Brian K Vaughan & Fionna Staples
Une nouvelle relecture pour se préparer à la reprise de la série après quasiment 3 ans de hiatus. C'est toujours aussi excellent.

Le Mois prochain

Bon aller, je termine rapidement ma lecture papier en cours, à savoir 2001 l'odysée de l'espace dans sa nouvelle traduction, et ensuite je me consacre pleinement à des lectures Halloweenesque. J'ai en vu du Shirley Jackson, le recueil Fournaise, ainsi que l'intégrale Hellraiser/Evangiles Ecarlates qui sort ce mois-ci.
Il y aura aussi la relecture de Saga à avancer, et puis il me restera décembre pour écluser la pàl d'automne !  On y croit !

Bonnes lectures à toustes ! :)

Sur le Sonar d'Elessar - Novembre 2021

Posted by with 1 comment


 Bon, qu'ais-je donc vu comme sortie qui fait de l'oeil ce mois-ci !

Stephen King : Après
Ha mais oui, un King nouveau, pourquoi pas ! Mais je vais essayer de lire L'institut avant.

 

 

 

 

 

Clive Barker : Hellraiser - Pinhead Edition
Je garde un souvenir mémorable du film Hellraiser que j'ai adoré, il va être temps de lire le texte original et de découvrir vraiment l'auteur. D'autant plus que cette édition s'annonce somptueuse !

 

 

 

 

Kiersten White : La Trahison de Camelot
J'ai pas lu le premier tome, mais bon je note, ça me tentait bien ^^

 

 

 

 

 

Leigh Brackett : Le Grand Livre de Mars
Du vieux space opéra des 50's mais écrit par celle qui fut l'autrice du premier jet du scenario de l'empire contre attaque. Cette saga éveille ma curiosité !

 

 

 

 

 

Adrian Tchaikovsky : Sur la route d’Aldébaran
Oui bah un UHL, ça sera pris et lu à un moment quoi XD

 

 

 

 

 

Diana Wynne Jones : La Maison aux mille détours
Le 3e tome de la trilogie du Chateau de Hurle. J'ai lu et adoré le premier tome il y a quelques années, il faudrait que je reprenne et poursuive cette trilogie à l'occasion tout de même ! 








Straight - Chuck Tingle

Posted by with 2 comments

Straight - Chuck Tingle
Autoédition // 2021 // 130p

Après ma lecture de l'amusant et complètement barré Space Raptor butt Invasion, je m'étais dit que je retenterai cet auteur si mystérieux et particulier et la sortie d'une novella d'horreur au pitch alléchant m'a fait sauté le pas à nouveau.

Il y a 3 ans, une brèche est apparu dans l'espace causant pendant 24h une sorte d'épidémie de zombification. Toute les personne cisgenre hétéro se sont retrouvées assoiffée de sang et complètement décérébré, se ruant avec un désir de destruction inarrêtable sur toute personne LGBT+ à leur portée.

La novella de Chuck tingle commence donc la veille de la 3e itération de cet événement et va suivre un groupe de 4 ami.e.s, bi, gay lesbienne, trans qui ont pour projet de passer les 24h de ce Saturation Day à l'abri dans une cabane isolée au fond du désert. bien sûr, rien ne va se passer comme prévu, il va y avoir du sang des cris et des morts horribles.

*  *  *

Il y a deux manière d'aborder Straight. Au premier degré c'est un genre de pastiche qui reprend de nombreux code du slasher et du genre zombie. Nos 4 ami.e.s vont se retrouver confronter à la mort, dans un lieu isolé et vont devoir tenter de survivre. Iels vont affronter leurs doute, prendre des décisions stupides et un poil inconsciente qui vont les exposer au risque d'être démembrer, déchiqueter, pendu ou autre mort atroce, et iels vont affronter ça avec peur, courage, détermination, trouvant au fond des ressources insoupçonnés, et finir par se lâcher totalement avec pour seul but leur survie.

C'est classique mais bien fait. L'horreur est bien représentée, c'est gore, on a des surprises prévisible et d'autres plus surprenante, c'est fluide et prenant, on passe un très bon moment.

*  *  *

Mais Straight est plus profond que le laisse penser la première lecture et possède une dimension qui peut échapper à la plupart des personnes cis hétéro justement. C'est que Straight sous ses allures de roman horrifique parle surtout de ce que c'est que d'être queer. Et il en parle extrêmement bien.

Les doutes, la peur, la colère, les blessures qu'on garde, le soutient qu'on ne peut trouver qu'auprès de ses pairs, le sentiment d’appartenance qui fait du bien, ce que l'on attend des alliés et ce que l'on peut attendre d'eux. Chuck Tingle adresse ainsi un certains nombre de problématiques LGBT+, avec beaucoup de justesse. Il est pertinent dans sa représentation de ce que peut être d'être queer, et il en profite aussi pour tacler sans concession les discours TERF (Trans Exclusionnary Radical Feminist. Une frange de personnes considérant [à tort, fuck them] que les femmes trans ne seraient pas des femmes et cherchant à les exclure des luttes féministes).

Que vous souhaitiez juste passer un moment fun avec un roman d'horreur court et efficace ou que vous souhaitiez une lecture pleines de personnages aux genres et sexualités diverses qui évoque avec talent ce qu'est être queer, foncez, ce livre est une vrai réussite, et j'espère sincèrement qu'un éditeur français se penchera dessus !

La Monture - Carol Emshwiller

Posted by with 2 comments

La Monture - Carol Emshwiller
Argyll // 2021 (2002 vo) // 224p
Livre lu en service presse

Un jour, les Hoots ont débarqués sur Terre, et cette espèce extraterrestre aux jambes faibles à peine capables de les porter à eu la bonne idée d'asservir l'espèce humaine pour en faire leurs montures. Oui, comme des chevaux. Ceux-ci sont élevés depuis le plus jeune âge dans l'optique d'être une bonne monture, ne pas trop parler, suivre les directives aux gestes, faire confiance à son cavalier, etc.
Et c'est dans ce contexte que nous allons suivre Charley alias Smiley, un jeune garçon de 11 ans ainsi que son Hoot, Son-Excellence-Vouée-A-Devenir-Notre-Maître-A-Tous durant leur apprentissage de la liberté.


Au moment où commence le récit, un vent de révolte souffle sur les montures et Charley, bien contre son gré est libéré par son père et emmené en montagne dans un village de montures sauvages. Pour Charley qui a déjà bien intégré sa domination et qui se satisfait, voir même s'enorgueillit, de son sort, la confrontation avec sa libération va être rude.

*  *  *

Carol Emshwiler livre avec la monture un récit passionnant, qui parle de domination au sens large, et surtout de la difficulté de s'affranchir de ces codes qu'on intériorise au point de trouver normal certaines forme d'asservissement.
Le personnage de Charley est fascinant sur ce point avec sa manière de normaliser récompenses et mauvais traitement, avec ses rêves bridés par l'horizon de la domination qui se limitent à être une bonne monture, faire des courses, gagner des rubans…

Être libre est compliqué, c'est difficile et quand on est conforme aux attentes de la servitude, il est parfois plus simple et bien plus confortable de s'en satisfaire.
Mais bien sûr, pour tout ceux qui ne se coulent pas dans ce carcan, c'est la violence, les brimades, la torture même, et toujours sous couvert d'une fausse bienveillance, porté par cet hypocrite crédo de gentillesse des Hoots. Là encore le roman tape juste, et on ne peut pas ne pas penser à cette frange politique naïve qui justifie les pires copinage fascistes sous prétexte de gentillesse et bienveillance.

De la naïveté, il y en a dans l'écriture simple et sans fioritures de l'autrice qui renforce ainsi le sentiment de malaise qui prend devant certaines scène au fond franchement horrible mais vue par les yeux de Charley avec un détachement et une normalisation glaçante.

Finalement, le chemin sera long, mais surprenamment, aidé par la relation avec son jeune Hoot forte et en fin de compte débarrassé de son rapport de force, Charley et avec lui probablement l'humanité, trouvera une nouvelle voie vers une cohabitation inévitable.

Carol Hemshwiller livre avec la monture un roman fort, marquant, dérangeant à bien des égards qui parle avec acuité des rapports de force, de la domination et peut-être aussi de la façon dont l'humanité considère les autres animaux. Elle le fait avec un récit perturbant tant dans le fond que dans la forme qui n'est pas sans évoquer le conte philosophique et qui marque fortement.

D'autres avis : Le Syndrome Quickson, Lune, Un dernier livre, L'Epaule d'Orion

Les Maîtres enlumineurs, tome 2 : Le Retour du Hiérophante - Robert Jackson Bennet

Posted by with 6 comments

Les Maîtres enlumineurs, tome 2 : Le Retour du Hiérophante - Robert Jackson Bennet
Albin Michel Imaginaire // 2021 (VO ) //615p
Livre lu en service presse

Après un excellent premier tome, il va sans dire que j'avais hâte de mettre la main sur cette suite pour découvrir enfin ce qu'allait donner les promesses faites à la fin du premier tome.

Il s'est passé 3 ans depuis les événements du tome précédent et la chute de la maison Candiano. Trois années qui ont apporté un vent de changement sur Tevanne. La maison marchande lancé en toute hâte par Sancia, Orso et leurs comparses à évolué et lancé une hémorragie d'enlumineurs qui suivant leurs exemples se sont lancé aussi, quittant les 3 maisons marchandes principales restantes. Mais alors que toutsemble bien se passer pour nos amis, le retour du premier des Hiérophantes, Crasedes est annoncé, et avec lui, c'est la mort et la destruction qui risque de s'abattre sur toute la cité.

*  *  *

Bon aller, trêve de suspens, j'ai adoré ce second tome.

Bennet livre avec ce second volet une intrigue qui monte d'un cran dans l'épique. L'ennemi évoqué dans le premier tome et entraperçu fugitivement se dévoile complètement et il est effrayant. Effrayant par sa maitrise de l'enluminure, effrayant par ses buts, effrayant par ses désirs violents et impitoyables.

Face à lui nos héros n'ont que peu de choix et luttent avec un désespoir créatif qui emmène l'Enluminure dans des zones encore inexploré et dévoile de nouvelles facette de cette magie passionnante à découvrir.

Si le premier volume s'attardait principalement sur Sancia Grado, nous faisant découvrir tout son quotidien, sa vie, son passé et ses désirs, ce second volume donne la part à tous le casting enrichi.

C'est ainsi l'occasion de découvrir en profondeur Gregor e d'explorer ses traumatisme. On entre aussi dans la tête de Bérénice, et on comprends son fonctionnement, son intelligence. Orso se dévoile aussi, et celui-ci s'avère toujours aussi intéressant, avec son côté papi grognon, son interêt pur pour l'Enluminure et son côté paternel bienveillant pour ses nouveaux amis.

C'est un plaisir de continuer à suivre ainsi nos personnages, d'en découvrir plus sur et c'est d'autant plus un crève cœur de les voir souffrir.

Car ils vont souffrir, et pas qu'un peu. Bennet, loin d'offrir un tome de transition avec ce second volet n'hésite pas une seconde pour bouleverser en profondeur les cartes de son monde et amener des changements radicaux qui se feront pour beaucoup dans la douleur.

Ce deuxième tome de la série est à mon sens une grosse réussite. Il construit avec talents sur les bases du premier en explorant plus avant les possibilités offertes par celui-ci. Mais loin de se contenter de se reposer sur ce qu'il a construit, il fait évoluer ses personnages et bouscule son univers pour surprendre le lecteur offrant ainsi un deuxième tome passionnant et surprenant !

Radar à diversité : PP / PS lesbiennes

Widjigo - Estelle Faye

Posted by with 6 comments

Widjigo - Estelle Faye
Albin Michel imaginaire // 2021 // 250p
Livre lu en service presse


Première incursion pour moi dans l'univers d'Estelle Faye avec Widjigo, et on peut dire que c'est réussi.

1793, Jean, jeune soldat révolutionnaire doit arrêter Justinien de Salers, un noble Breton. La rencontre va tourner à l'étrange quand Justinien propose au jeune homme de lui narrer un épisode important de sa vie au nouveau monde 40 ans plus tôt avant de se rendre.
On suit donc le récit étrange et perturbant de Justinien, et d'un groupe de survivant sur l'île de Terre Neuve en 1754 alors que secrets, monstres et morts semblent les suivre et s'accumuler...

*  *  *

Porté par un style riche et immersif, Widjigo nous plonge dans les territoires sauvages du nouveau monde avec talent. La plume de l'autrice décrit une terre hostile et reculés, une atmosphère poisseuse, brumeuse, loin de la civilisation et pose très rapidement une ambiance extrêmement oppressante. On se retrouve dans ce cadre en nombre réduit, Justinien et ses camarades d'infortunes étant rescapé du naufrage de leur goélette au large de Terre-Neuve, leurs destination première où ils se rendait pour enquêter sur la mort mystérieuse d'un cartographe.

Bien sûr, il n'est plus question pour eux que de survie à présent. Une survie qui, malgré les talents certains d'un forestier et d'une native sang mêlée, semble compliquée par la dégradation des circonstances. Cauchemars récurrents, visions, mort mystérieuse, présence insaisissable vont bientôt se mettre en travers de la réussite de nos personnages.

*  *  *

Des personnages qui sont d'ailleurs très réussi, car loin de se reposer uniquement sur le style et l'ambiance, Estelle Faye pose une galerie de personnages variés et intrigants. Ephraïm, le pasteur puritain plus hypocrite qu'on l'imagine, l'officier anglais, le jeune garçon survivant d'une expedition, Veneur le botaniste, et d'autres encore.

Chacun d'entre eux portent des secrets, qui se dévoileront au fur et à mesures, éclairant le lecteur sur les liens qui existent entre chacun, sur les raisons de ce qui leur arrivent.

L'intrigue resserré, presque un huis clos naturaliste fait doucement monter la pression et l'horreur jusqu'à un climax haletant et une révélation finale bien amené que le lecteur attentif aura pu repéré grâce à des indices savamment distillés.

Avec se roman fantastique horrifique alternant entre la Bretagne de 1793 et Terre-Neuve en 1754, Estelle Faye livre un récit de survie oppressant et angoissant ou l'ambiance poisseuse du cadre ainsi que les secrets inavoués des personnages captivent de bout en bout ! On frissonne, on est happé et fasciné par l'angoisse qui monte, par les légendes qui prennent vie et les morts violente dispensé à ceux qui au final méritent tous leur sort ou presque !

   

Autres avis: L’épaule d’Orion, Outrelivres, Fantasy à la carte, Lullaby, Yuyine, Celindanae, L'Ours Inculte