Les Livres de la Terre Fracturée - N. K. Jemisin

Posted by with 6 comments

Les Livres de la Terre fracturée - N. K. Jemisin
Editions J'ai Lu Nouveaux Millénaires
Tome 1 : La Cinquième saison // 2017 (VO 2015) // 457 pages
Tome 2 : La Porte de Cristal // 2018 (VO 2016) // 434 pages
Tome 3 : Les Cieux Pétrifiés // 2018 (VO 2017) // 434 pages

Attention, chef d'oeuvre !!
Je pense qu'on pourrait mettre cet avertissement au début du premier volume de cette trilogie dont chacun des tomes a, fait inédit, remporté le très prestigieux prix Hugo du meilleur roman. Un triplé amplement justifié et mérité.

L'histoire

Sur le fixe, continent principal de ce monde, survient à intervalles régulier, ce que les habitants appellent une Cinquième Saison. C'est à dire un grand bouleversement géologique et climatique causé par l'activité tectonique intense et violente de la planète. Ces cinquième saisons se caractérisent par de grands changements, ciel obscurci plusieurs mois, épidémies, famines, bref, tout un tas de conditions apocalyptiques très rudes mais relativement provisoire.
Et pour y faire face la société est construite autour de l'éventualité inévitable de ces saisons. Les gens sont distribués selon un système de caste qui prend tout son sens en saison, permettant d'exploiter au mieux les habiletés et talents de chacun pour favoriser la survie du plus grand nombre.
L'autre particularité de ce monde, ce sont les Orogènes, des personnes ayant la capacité de ressentir et de manipuler les forces tectoniques. Une capacité qui pourrait s'avérer très utile dans ce monde sans la haine viscérale dont sont la cible ces "géneurs".
Il n'y a que peu de possibilité pour ces derniers, soit ils arrivent à vivre toute leur vie caché, soit ils sont découvert et tué par la population, soit ils sont découvert par les Gardiens, qui les emmènent au Fulcrum, et qui à force d'éducation, de brimades, tortures et enseignements impitoyable les transforment en outils sans vie propre au service des communautés.

Notre histoire commence lorsqu'une de ces saisons survient, une saison d'une violence inouïe, probablement jamais vue jusque ici. Une saison qui à mesure que le fixe s'enfonce dedans semble bien partie pour ne jamais finir.
Et c'est dans ce contexte que nous allons suivre au début du premier tome, 3 femmes différentes, 3 orogènes, 3 périodes, 3 histoires convergeant.
Impossible d'en dire beaucoup plus sur l'intrigue sans risquer de divulgacher un point pivot de celle-ci. Par contre, l'on peut dire que Jemisin nous livre ici un superbe récit de Fantasy apocalyptique et post-apocalyptique de haute volée.

Les thèmes

Si une grosse partie du premier tome se déroule avant cette cinquième saison dévastatrice, c'est pour nous permettre de découvrir et comprendre la société du fixe. Son système de caste rigide tourné entièrement vers la survie en cas de Saison, ces tensions raciales entre les différentes ethnies, et surtout l'oppression raciste impitoyable qui repose sur les épaules des Orogènes.
L'autrice effectue un superbe travail en représentant la manière dont ceux-ci subissent discriminations, haine et réification. Elle aborde avec talents tous les aspects de la manière dont se met en place et se perpétue une oppression systémique. Il y a les Géneurs qui ont intégrés qu'ils étaient dangereux et se détestent, ceux qui arrivent à s'élever dans la hierarchie du Fulcrum et tâchent de profiter du peu de semblant de pouvoir qu'ils ont l'impression de grappiller. Il y a bien sûr la majorité silencieuse qui souffre sous les mains des gardiens jusqu'à parfois en mourir, ceux qui n'ont même pas l'opportunité d'espérer y entrer et finissent lynchés par les populations haineuses, ceux qui malaxent leur rage de liberté.

"Il est impossible de faire justice de certains crimes – on ne peut que concéder des réparations." 
Jemisin nous montre bien comment tout un système mis en place pour favoriser le pouvoir de certains est finalement essentialisé, naturalisé et présenté comme allant de soi pour la majorité que cela arrange.

L'écologie est aussi l'un des grands sujets de cette œuvre bien sûr, ce thème prenant de l'ampleur dans les tomes suivant à mesure que les origines des saisons se dévoilent. On y découvre une société arrogante, ivre de son pouvoir et de ses envies, hypocrite au possible dans ses visées humanistes et aveugles aux graines de haine et de destruction qu'elle sèmera.

"N'oublie pas : quand on dit « C'est la fin du monde », il s'agit le plus souvent d'un mensonge, parce que la planète va très bien."

Si Jemisin nous offre aussi un roman Post-Apocalyptique ici, elle s'élève à contre-courant de la tendance actuelle qui tend à montrer des sociétés incapables, en cas d’effondrement, d'aller au-delà de l'égoïsme de la survie immédiate et de la perpétuation de son confort.

"Premièrement, garder les portes. Veiller à la propreté et à la sécheresse des caches. Obéir à la lithomnésie. Prendre les décisions difficiles. Peut-être alors, à la fin de la Saison, restera-t-il des gens pour se rappeler à quoi devrait ressembler la civilisation." 
Il ne s'agit pas ici de montrer que tout va bien malgré tout, non, bien au contraire, ce monde extrêmement inégalitaire qui s'effondre va être traversé par des conflits aussi violent qu'inévitables.
Mais malgré l'apparente noirceur des évènements, Jemisin nous montre des individus qui ont compris qu'ils ne peuvent espérer survivre seul. Que le salut repose sur l'interconnexion des individus et que pour vivre, il faut faire société.

Loin d'être uniquement une œuvre d'idées pures, l'autre grande force de la trilogie de Jemisin repose sur ses personnages. Que c'est rare et que c'est bon d'avoir le droit dans une œuvre de fantasy à un ensemble de personnages aussi différents, aussi varié et diversifiés, que ce soit d'un point de vue de genre, d'appartenance ethnique ou d'orientations sexuelle.
Des personnages bi, gay, lesbien, transgenre, polyamoureux parsèment le récit, sans faire de leurs identités un point de l'intrigue. Ils sont parce qu'ils sont. Parce que notre monde est aussi divers que cela et c'est franchement rafraichissant.
Et si il est important à mes yeux de signaler ce type de représentation, il est important d'insister sur le fait que les personnages de l'autrice ne sont pas définit par ces caractéristiques, qu'ils sont extrêmement riches, et complexe. Parfois aimable, parfois détestable, prenant des décisions stupides, se montrant altruiste un jour, égoïste le lendemain, bref, humain avec toutes la richesse et la nuance que cela suppose.

Les livres de la Terre Fracturée sont une des œuvres le plus riches parut ses dernières années. Une pierre angulaire de l'imaginaire qui fera date, à n'en pas douter un futur classique qui n'a pas volé sa foultitude de prix et récompenses.
J'ai l'impression ici d'avoir à peine effleuré cette richesse tant il y aurait de choses à dire encore.
Mais j'espère que ces quelques lignes sauront vous donner envie de lire ces superbes romans. 

D'autres avis

Lune
Lorhkan
Shaya
L'ours inculte (Mais il a pas aimé, bouh)
Xapur
Anudar

L'Outsider - Stephen King

Posted by with 2 comments
L'Outsider - Stephen King
Albin Michel // 2019 (Vo 2018) // 576pages 
J'ai eu une période Stephen King dans mon adolescence et j'ai dévoré avec plaisir certains de ses classiques d'horreur, puis plus rien pendant des années. Ma lecture récente de l'excellent Marche ou Crève m'a rappelé à quel point c'était un bon auteur et je me suis du coup jeté sur son dernier opus dont la couverture et le résumé m'ont pas mal fait de l’œil, augurant d'un récit sombre et glauque comme il sait le faire. Alors, il y a de ça, mais finalement pas tant que ça et ce n'est pas grave car le livre a tout de même pas mal de qualités.

Franck Peterson, 11 ans a été sauvagement assassinée et violé et toutes les preuves, de très solides preuves même, pointent en direction de Terry Maitland, le coach sportif populaire et très aimé de Flint City. Une arrestation sous les feux des projecteurs, l'admiration et la popularité qui se transforme en étonnement, en incrédulité puis en haine. Sauf que Terry clame son innocence, et que malgré la somme de preuves contextuelles et matériels qui l'accablent, il a un alibi en béton armé, renforcé et indéboulonnable.

Le moins qu'on puisse dire c'est que ce thriller horrifique est extrêmement prenant. Dès les premières pages, King nous plonge au coeur de l'arrestation de Terry avec de courts chapitres alternant entre l'action présente et des entretiens, témoignages et rapport d'autopsie et d'analyses. On tourne les pages frénétiquement, écœuré par les détails que King nous livre sans fard sur l'ignominie du crime mais hypnotisé par ce besoin de savoir, de comprendre, de découvrir la vérité au-delà du monde que l'on croit connaitre.

King nous fait plonger avec cette première partie du roman dans le système judiciaire américain, dans les rouages de la machine infernales qui commence à broyer la vie de Terry malgré ce qu'il clame. Est-il coupable ? Innocent ? Le suspens ne fera pas long feu car le propos n'est pas là. 
On est rapidement renseigné sur la question, et le plus gros du livre consistera à comprendre comment les preuves ont pu s'accumuler ainsi, qui est responsable, et pourquoi ? Et surtout comment réparer une erreur judiciaire.

King nous montre l'horreur inhumaine avec son Outsider, un être qui à de quoi faire trembler, mais il nous montre encore une fois avec talent l'horreur humaine. La noirceur qui se cache dans les foules haineuse, l'aveuglement mortifère de ceux qui commettent des erreurs irréparable, la manière dont la haine et l'envie ronge et transforme en criminel.


Mais malgré tout, il livre ici un livre très positif, grâce à deux de ces personnages principaux épris de justice, lumineux et attachant, l'inspecteur Ralph Anderson et la détective Holly Gibney. La foi et l'intelligence de cette dernière porte toute la fin du roman son duo avec le flic rongé de remord fonctionne parfaitement.

Si le roman contient de purs moment fantastique proprement effrayant, ce n'est pas forcément par cet aspect que brille L'Outsider, mais plutôt pour son côté thriller, son suspens savamment orchestré, par cet enchainement de chapitre court, cette traque de la vérité qui fait voler en éclat les certitudes et ses
personnages principaux très réussi.
Dans sa dernière partie le roman perd un peu de cette tension distillé depuis le début mais encore une fois Ralph et Holly sauve la mise et King nous livre au final un roman des plus plaisant à lire.

--------------------
D'autres avis  Lune

Avis Express : Fantasy, SF et Essais

Posted by with 8 comments

Allez hop, quelques avis rapides sur des livres lus ces derniers mois avec au programme du bon et du moins bon, de la fiction et de la non fiction.


La bibliothèque de Mount Char - Scott Hawkins
C'est l'histoire de douze enfants qui à la mort de leurs parents furent recueilli par Père pour devenir bibliothécaires. Mais des bibliothécaire particuliers, très spécialisés dans des domaines assez... particuliers comme les langues animales, la résurrection des morts,

C'est un excellent roman ! Je recommande absolument. Entre fantasy urbaine, récit guerrier aux dimensions mythologiques surhumaine, roman initiatique d'une cruauté sans fond, horreur ironique et noire, enfance volée, quête de vengeance impitoyable, bref, c'est bon, très bon.
Le style est prenant, l'intrigue heu intriguante (oui bon hein) et le récit bien ficelé, drôle et épique. Il faut parfois avoir le cœur bien accroché cependant face à certaines scènes de torture, physique ou psychologique, (haaaa, le barbecue...) mais l'ensemble vaut le coup de s'y plonger pour découvrir la vérité derrière le voile du réel, la cosmogonie indicible de l'auteur et passer un excellent moment avec cet excellent "accrolivre" !


La Main tendue - Poul Anderson
Une assez bonne surprise. Une courte novella de space opera qui à travers un différent entre deux espèce et une ingérence terrienne plein de bonne intentions, aborde l'imperialisme occidental et la manière dont celui-ci en s’immisçant dans des conflits qui ne le concerne pas avec son arrogance colonialiste finit par uniformiser le monde parce qu'il ne voit que sa culture comme valable.
"Ne me libère pas je m'en charge" pourrait s'appliquer sans souci ici.
Ce n'est pas toujours fin et on voit venir la résolution avec ses gros sabots à 1000km mais c'est intéressant, surtout en remettant dans le contexte. Pour un texte écrit par un homme blanc américain en 1950, c'est assez progressiste et lucide.


Dernières nouvelles de Sapiens - Silvana Condemi
Un très bon ouvrage de vulgarisation sur l'évolution du genre humain, qui nous fait un bel état des lieux des connaissances actuelles, des premiers bipèdes il y a -7 millions d'années jusqu'à l'apparition des structures étatiques, le mode actuel le plus complexe d'organisation sociale.
L'ouvrage est court, 155pages et simple mais pas simpliste et paraît (pour le relatif profane que je suis) très complet.


Ces hommes qui m'expliquent la vie - Rebecca Solnit
Globalement intéressant, mais surtout pour des personnes qui découvrent le fonctionnement de la domination masculine.
Un peu déçu tout de même car il s'agit d'une compilation de divers long articles ou très courts essais publiés sur plusieurs années. Le résultats c'est que c'est parfois un peu décousu, qu'il y a des redites et que ça ne va pas au fond des choses.

Rentrée littéraire SFFF 2019 - Une sélection

Posted by with 12 comments

Allez, après avoir vu mes camarades Yogo et Lune se prêter à l'exercice, je vous fais aussi un petit récap de quelques sorties à venir pour la rentrée littéraire 2019 que je trouve des plus alléchantes !
Ne nous leurrons pas, je sais que je n'arriverais pas à en lire la moitié d'ici la fin de l'année, mais c'est pas grave, après quelques mois où j'ai peu lu et peu suivi ce qu'il se passait, ça fait plaisir de se replonger dans les catalogues des éditeurs et de trouver des choses bien alléchantes !


Contes hybrides - Lionel Davoust
1115 - Septembre 2019
Des nouvelles de Lionel Davoust, je dis oui, et quand en plus l'écrin est aussi beau (oui je suis superficiel, rapellez-vous un peu) je dis encore plus oui ! Et puis, ça se lit vite les nouvelles, c'est bon pour moi ça vu mon temps disponible ^^ 

 
Trop Semblable à l'éclair - Ada Palmer
Le Bélial - Octobre 2019
Bon, ça à l'air d'être LA parution SF de la décennies. Les avis aperçu ici ou là sur ce roman ou ses suite sont dythirambique, on a l'air d'être sur de la SF de très haute volée. Je ne veux pas en savoir plus, je veux le lire et je n'irais voir aucun avis tant que ce ne sera pas fait


Lumières Noires - NK Jemisin
J'ai Lu Nouveaux Millénaires - Octobre 2019
Après la grosse claque de la Cinquième Saison, et un second tome qui confirme haut la main (il me reste le dernier à lire mais il est perdu au fond d'un carton de déménagement, j'ai pas encore mis la main dessus...), je suis plus que curieux de voir ce que l'autrice à pu faire en format court. D'autant plus que ce recueil à remporté le Locus 2019 du meilleur recueil de nouvelles !


Jardins de poussières - Ken Liu
Le Bélial - Novembre 2019
Ken Liu, en nouvelle. Que dire de plus, il me le faut, absolument et puis c'est tout. 



Raven Stratagem - Yoon Ha Lee
Denoël Lunes d'Encre - Novembre 2019

J'avais plutôt aimé l'exigeant et complexe Gambit du Renard, et je suis curieux de sa suite. Il y avait vraiment un bon potentiel dans ce premier tome qui demandait un peu de concentration et une forte suspension d'incrédulité pour accepter l'aspect très... étranger de sa physique.
Je vais probablement attendre de lire quelques retour dessus avant de voir si je fonce ou pas.


L'incivilité des fantômes - Rivers Solomon
Les Forges de Vulcain -  Septembre 2019

Un roman de SF queer avec un.e héro.ïne non-binaire et écrit par un.e auteurice non-binaire et qui traite de problème sociaux et raciaux notamment, je signe direct ! :D
Bon par contre, je n'aime franchement pas cette couv VF même si elle est raccord avec la charte de l'éditeur :-/ (Et oui, ça compte pour moi, désolé ^^)


Hors concours
Les titres une heure lumière comme toujours ^^

Feuillets de cuivre - Fabien Clavel

Posted by with 4 comments
Feuillets de cuivre - Fabien Clavel 
Editions ActuSF // 2015 // 344 pages

De Fabien Clavel, je n'avais lu que deux romans. Le sympathique Metro Z, un roman de zombie orienté jeunesse plutôt réussi, et le très drôle mais aussi très glauque Evangile Cannibale, du zombie adulte vraiment réussi.
Comme je suis superficiel (et que j'avais aimé ma découverte de l'auteur), j'ai craqué pour la superbe édition de Feuillets de cuivre. Couverture rigide, dos cousu, tranche-fil, dorure, bref l'objet est beau. Mais qu'en est-il du contenu ?

Ce livre nous raconte les aventure de Rougon, inspecteur de police à Paris à la fin du XIXème siècle et au tout début du XXème. Construit dans un premier temps comme un fix-up de nouvelles, Feuillets de cuivre va donc nous présenter différentes enquêtes de l'inspecteur Rougon dans un Paris où la magie semble faire de timides apparitions, où des machines volantes en avance sur leur temps nous ébahissent, où l'ether est une réalité et où les problèmes temporels peuvent arriver.

Si comme on peut le voir ce livre, s'apparente bien à l'imaginaire, et même au genre du steampunk, ces éléments se font relativement discret, émaillant les différentes enquêtes de petites touches de science-fiction, de fantastique ou même de fantasy.

Dans toute la première partie du livre, l'ensemble de ces enquêtes se présentent comme des récits indépendants, tel les aventures d'un Sherlock Holmes français, et ce n'est qu'à partir de la seconde partie qu'un lien se dégage, qu'un fil rouge apparait et qu'on comprends les connections entre les différents récits.

Feuillets de cuivre possède de très nombreuse qualités, parmi lesquelles le style riche et travaillé de son auteur ainsi que son évidente érudition (à ce titre, la postface est remarquable). Les références son légions, de même que les citations ou bien les apparitions de personnages historiques, comme tout bon roman steampunk qui se respecte.

Côté personnages, le livre n'est pas en reste avec une galerie détaillé et varié, mais c'est notre héros Rougon qui marque le plus. Inspecteur bouru, passionné par les livres, au point de trouver des références littéraire dans toutes ses enquêtes, être qui parait presque anachronique par son ouverture d'esprit et sa sensibilité.

Feuillets de cuivre est vraiment un livre très réussi autant sur le fond que sur la forme. Il joue avec les codes du steampunk avec brio, propose un savant mélange entre classicisme et originalité, possède de multiple niveaux de lecture et regorge de trésors littéraires.

Vox - Christina Dalcher

Posted by with 12 comments

Vox - Christina Dalcher
Editions Nil // 2019 (2018) // 432 pages
Livre audiolu en partenariat avec Audible

Vox, la dystopie qui va vous laisser sans voix

Futur proche, très proche, l'année prochaine, voir celle d'après suppose-t-on, des fondamentalistes chrétien sont arrivés au pouvoir et en à peine un an on lancés une série de mesure drastique à l'encontre des droits des femmes.
Suppression des passeports, interdiction de travailler, interdiction d'avorter, interdiction d'avoir des relations sexuelles hors mariage, ségrégation genré dans les écoles, et puis surtout limitation de la parole.

Cette dernière mesure qui est au centre du roman est réalisée à l'aide du port d'un bracelet envoyant des décharges électrique quand le quota de 100 mots par jours est dépassé. A chaque incartade, la puissance de la décharge augmente, allant de désagréable à totalement débilitant voir mortel.
C'est dans ce contexte que l'on va suivre le Docteur Jean McClellan, socio-linguiste devenue par la force des choses femme au foyer muselée. Jusqu'au jour où ses compétences dans le domaine de la recherche sur l'aphasie de Wernicke vont être requisent par le président lui-même

Le poids des mots
La première partie du roman alterne entre le présent avec le quotidien bien morose de et silencieux de Jean et des flashback sur avant et notamment son passé d'étudiante bourgeoise privilégiée et peu au fait des problématique féministes, source de conflit avec sa coloc et amie Jacky, une femme noire lesbienne, féministe engagée qui correspond un peu trop au stéréotype de la féministe négligée et de la "Angry black woman"... (premier problème d'une longue liste...).

Clairement, le début du roman choc. Avec ce contexte ignoble de ségrégation, ce fondamentalisme religieux poussé à son paroxysme, on enrage, beaucoup, énormément. On voudrait foutre un grand coup de pompe dans le cul de ce gouvernement totalitaire et passé tout ça au napalm.

Le problème, c'est qu'avec ce contexte outrancier d'une injustice flagrante, on ne peut rester indifférent et il est difficile de garder la tête froide. On est ainsi pris aux tripes par les premières pages. Malheureusement, quand l'intrigue démarre véritablement, et à mesure que le roman dévoile le pourquoi du comment, la suspension d'incrédulité s'effrite.

Il est difficile de trouver crédible des changements aussi drastiques et rapide dans une amérique post #MeToo, et là ou la marche des femmes à eue lieu et a rassemblée autant de monde, femmes ET hommes. La proximité temporelle vraiment trop importance nuit ainsi grandement à la vraisemblance du postulat de base. Et quand des références à la X-Box et à Pokemon Go sont balancées, impossible de trouver cet univers dystopique réaliste.

Et plus on découvre la manière dont ce monde fonctionne plus la cohérence s'effrite. Les femmes n'ont plus le droit de travailler, mais alors qu'en est-il de tous les postes et fonctions actuelles, tous les domaines dit du "care" où elles sont majoritaire par exemple. Hopitaux, maisons de retraite...
Des camps de travail sont ouvert pour les éléments les plus réfractaires et fournissent de la main d’œuvre gratuite pour le travail agricole, ou d'usine mais cela ne remplace pas les postes vacants...
Pour info, 74 millions de femmes travaillent aux USA, soit 47% de la force de travail

Et quid des révoltes ? des sabotages ?  Une résistance est évoqué à un moment, mais la piste est peu poussé, on a juste l'impression de 3 gus dans une grange... Et qu'en est-il des réactions de la communauté internationale ?
Bref, ça manque cruellement de construction, et ça pourrait ne pas être un problème si le contexte n'était pas si proche et si tangible.

Trouver sa voi(e)(x), se perdre en chemin
Second soucis du roman et d'importance, la platitude des personnages. Que ce soit l'héroïne Jean, passive et presque sans caractérisation ou bien son mari sans consistance, ou même les personnages secondaire qui se définissent en quelques adjectifs et n'ont aucun intérêt autre que vaguement utilitaire, c'est pauvre, très pauvre, aussi pauvre que le style, aussi pauvre que l'intrigue.

Parlons en de cette intrigue. Si l'on abandonne rapidement l'exploration de la dystopie pour tomber dans le thriller scientifique poussif, ce qui reste finalement ce n'est qu'une banale histoire de romance hétéro adultérine. Et oui, dans un roman qui, on l'espère va nous offrir une critique au vitriole du patriarcat, une dénonciation violente de la domination masculine, on se retrouve finalement avec une femme qui ne supporte plus son mari mou, lâche et passif et qui ne rêve que de son bel amant italien bronzé, fort, viril, qui lui n'hésiterait pas à casser la gueule aux méchants... Vous le voyez le gros soucis ? 

C'est là le plus gros point noir de ce roman, la manière dont il met en scène et reproduit des clichés sexistes et stéréotypés alors qu'il est censé les dénoncer. Parce que si ce point est flagrant et saute aux yeux, c'est régulièrement que l'on peut voir passer des remarques plus subtile du même genre, tout juste si l'on a pas un "boys will be boys" ?!
On remarquera aussi que la plupart des femmes sont relativement passives au sein de l'histoire et qu'à la toute fin le monde est sauvé par un mec, autant pour l'"empowerment". Une fin d'ailleurs qui sombre dans le fouillis le plus total, l'incohérence, la facilité et qui finit d'enterrer le roman.

Moins de 100 mots pour conclure
L'impression qui ressort de cette lecture, c'est que l'autrice à voulu surfer sur le filon de La Servante écarlate. Alors, peut-être dans le but louable de mettre en garde sur la facilité avec laquelle peuvent disparaitre les droit acquis durement par les luttes féministes. 
Pourquoi pas, le problème c'est qu'il ne suffit pas d'une idée de base intéressante pour faire un bon roman et que passé le choc de la description forcément révoltante de cet univers ignoble, le tout retombe comme un soufflet et tous les défauts sautent au visage.
Et c'est franchement dommage car il y avait très certainement matière à produire quelque chose de plus politique, de mieux construit, de moins manichéen et de plus subtile.
Un autre avis
Lune a aimé le livre elle :)

Le Fini des mers - Gardner Dozois

Posted by with 6 comments
Le Fini des mers - Gardner Dozois
Le Bélial' (Une Heure Lumière) // 2018 (1973 VO) // 112pages

Allez, on replonge dans la très belle et excellente collection une heure lumière avec pour moi la belle découverte d'un auteur qui nous a quitté il y a peu.

Gardner Dozois livre ici un récit qui oscille entre le premier contact, l'invasion douce et une histoire intimiste et sociale. Les extraterrestres arrivent, ils posent en 4 endroits des structures, probablement des vaisseaux ovoïdes, lisse, sans aspérité et provoquent bien sûr la panique chez les humains.

Le texte propose deux histoires concomitantes qui alternent à chaque chapitre. On a tout d'abord la Grande Histoire, le point de vue surplombant qui vous fait découvrir ce qui se passe à l'échelle globale. Les réactions humaines, les agissements des gouvernements, la prise en main des IA pour s'occuper du problème, les troubles. Cette partie est intéressante, mais reste relativement classique et possède même un petit parfum suranné qui fleure bon la SF à l'ancienne. Ce côté daté est discret et donne du charme à l'ensemble plutôt que d'être rédhibitoire.

Mais ce qui fait toute la force de ce novella, c'est l'histoire de Tommy. Ce jeune garçon victime de violence par un père abusif qui cogne aussi une mère passive coincé dans un schéma de violence conjugale hélas bien trop vraisemblable ici. Il en résulte que Tommy ne vit pas bien tout ça et s'évade régulièrement au propre comme au figuré. Tommy voit des choses, des créatures qu'il est le seul à voir, des espèces et un monde superposé au nôtre. Un délire psychotique ? A moins que cela soit lié à l'invasion extraterrestre qui se met lentement en place.

L'alliance de ces deux histoire donne une perspective très intéressante sur ce récit de fin du monde presque apathique tant les humains sont ignorant de ce qui se trame réellement et cette angle totalement "anthropodécentré" est une grosse réussite.

Un récit touchant et intense, une ambiance doucereuse, pleine d'amertume, une tristesse et une colère qui sourde à chaque page lue de l'histoire de Tommy, l'enfant qui a vu la fin mais que les adultes ont broyé jusqu'à la fin.

Ils l'ont lu aussi :  :  Nebal, L’ours inculte, Yogo, Blackwolf, Just a word, Lorhkan, Xapur

[Relecture 15 ans après...] Hypérion - Dann Simmons

Posted by with 12 comments
Hypérion - Dan Simmons, lu par Matthieu Dahan
Audible Studio // 2017 (VO 1989) // 21h21min

Ha ! Hypérion, un des grands classique de la SF, assez incontournable et pour une fois il a moins de 50ans !
Pour moi, Hypérion a une saveur particulière. Je l'ai découvert à 19ans, il y a bientôt 16ans, après avoir rencontré celle qui est ma compagne depuis ce temps et grâce à elle. Nous étions ensemble depuis quelques semaines, une séparation de deux mois pour vacances scolaires nous attendais et elle me l'a mis dans les mains en me disant qu'il fallait que je lise ça.
Et je l'ai dévoré suite à quelques nuit très courtes.

Sa relecture me faisait envie depuis longtemps mais le temps se faisant rare, j'ai toujours repoussé. Et finalement c'est en audiolivre que j'ai sauté le pas. Un format que j'apprivoise doucement depuis quelques mois et que j'ai particulièrement apprécié ici, même si j'ai quelques remarques, mais on y reviendra.

De quoi ça cause

Hypérion c'est le nom d'une planète en dehors de l'hégémonie humaine sur laquelle on trouve les tombeaux du temps, des artefacts mystérieux entouré de champs anentropiques qui jouent sur le passage du temps. C'est la aussi que se trouve le Gritch, une créature plus ou moins mythique, un monstre de métal au corps hérissé de lames et de pointes qui à certaines périodes enlève et tue ceux qui s'approche trop de ces tombeaux.
Et c'est là que se rendent 7 personnages pour l'ultime pélerinage organisé par l'église gritchtèque.
Qui sont-ils, pourquoi se rendent-ils sur cette planète aux confins de l'empire humain quand la guerre interstellaire menace, qu'est-ce qui les relie au Gritch et qu'elles sont leurs point communs ? Ce sont des tas de questions qui vont commencé à trouver réponses alors que tours à tours, les pélerins vont livrer leurs récits.

Un roman riche et vertigineux
Pfiou, j'avais oublié a quel point ce roman est riche et dense. Si les récits ne sont pas tous aussi intéressants il permettent de dessiner en creux un univers foisonnant et d'une très grande richesse. Tout comme les personnages qui les narre, ces histoires sont toutes très différentes, passant du récit d'exploration au roman noir cyberpunk, à la romance impossible, au récit familial tragique ou bien à l'histoire décadente d'un poète et la fin de la Terre.
On a ainsi une multitudes d'éléments qui s'offre à nous, de thèmes SF tel que la religion, l'écologie radicale, la poésie, l'amour, les complots politique, des guerres interstellaire, bref, un vrai melting pot réussi de tout ce que peut offrir le genre. Car loin d'être noyé par cette abondance qui pourrait être un peu trop, Simmons réussi une synthèse de tout ce que peut offrir le genre ou presque.


En somme j'ai vraiment, vraiment kiffé cette relecture, mais pourtant j'ai des choses à redire, parce que je n'ai plus 19 ans et que ma conscience politique de Social Justice Warrior s'est bien développée depuis, et puis je connais un peu les orientations de l'auteur. Et du coup il y a quand même plusieurs points qui m'ont fait grincer des dents :
- Le récit du père Paul duré qui est quand même bourré de colonialisme et de paternalisme dans sa manière de dépeindre les Bikuras, sans oublié le validisme. Alors oui c'est le postulat de base que ce peuple est "retardé" à cause d'une influence externe, mais cette manière de le présenter et puis de dépeindre les pensés du Père Duré, ça pue un peu.
- Globalement les relations hommes femmes et notamment le rapport au sexe hétéro est super moisi, mais bon c'est comme ça même dans des tas de bouquin récent hein.
- ça découle du précédent point, mais le récit du colonel Kassad est une purge qui m'a fait grincer des dents tellement de fois. Il rencontre un personnage en réalité virtuelle et genre c'est le grand amour alors qu' chaque fois qu'ils se voient, ils n'échangent pas plus de 3 mots et passe leur temps à baiser. Bref, ça pue le fantasme et c'est inintéressant.

L’expérience audio
Comme je le disais au début, j'ai relu Hypérion en audiolivre, et l'expérience à été vraiment très réussie. Le lecteur a une voix vraiment agréable qu'il adapte pour chaque personnage avec beaucoup de talent, c'est un plaisir pour les oreilles à une exceptions près.
Dans le premier récit, un personnage secondaire qui apparait heureusement peu de temps s'avère être noir, et le lecteur prend un "accent africain" (remarquez bien les guillemets...) pour faire parler ce personnage. Vous savez l'accent presque à la Michel Leeb avec les "R" remplacé par des "W" genre : "Bonjouw". C'est extrêmement malaisant, et totalement inacceptable.

Alors, au final, ça valait le coup quand-même de relire Hyperion ? Oui et mille fois oui, parce que malgré les points noirs relevés, ça reste un roman riche, ambitieux, monumental, une pierre angulaire du genre qui mérite amplement son titre de classique, et je vais m'audiolire la suite sans tarder, parce que, il faut quand-même le dire, toutes les hitoires entamé ici ne trouveront leur conclusion que dans La Chute d'Hyperion !