Avis Express #2

Posted by with 4 comments

C'est le retour de la rubrique Avis Express avec comme la fois précédente des avis repris de mon compte instagram, mais aussi un inédit :p
Ayant moins de temps qu'avant, je pense que je vais continuer régulièrement de publier des chroniques courtes sur insta pour ensuite les reprendre ici histoire d'alimenter le blog et d'en garder une trace plus accessible :)


La Quête Onirique de Vellit Boe - Kij Johnson
Le Bélial // 2018 // 220p 
Un court et très beau roman de Fantasy qui prend place dans les contrées du rêve, un univers crée et visité par Lovecraft à de nombreuses reprises.
Si l'intrigue de ce texte est somme toute assez linéaire, Kij offre un magnifique voyage à travers des paysages extraordinaires, à la rencontre de créature étranges et où la beauté côtoie l'horreur.
Elle nous offre aussi la quête initiatique d'une femme ayant du vécu, du bagage et qui quitte la quiétude d'un poste universitaire pour repartir sur la route, comme par le passé, sa jeunesse en moins mais toujours aussi alerte.
L'autrice nous offre avec Vellitt, femme d'âge mûr et accomplie, une relecture qu'on pourrait qualifier de féministe de l'univers onirique de Lovecraft.
Les références aux écrits de l'auteur sont ainsi légion, donnant au connaisseurs beaucoup de grain à moudre. Cependant, et il faut bien insister sur ce point, nul besoin d'être familier du papa de Cthulhu pour apprécier ce superbe récit plein de poésie.
Une magnifique Fantasy à l'ambiance surannée et onirique, mais modernisé pour le plus grand plaisir des lecteurs.
On notera aussi que le roman est parsemé de très belles illustrations à l'encre de Nicolas Fructus qui font de cette édition un très bel objet.


Au bonheur des ogres - Daniel Pennac
Folio // 1997 (1985) // 286p
Première plongée pour moi dans l'univers de la Saga Malaussène et ce fut un régal.
Allez savoir pourquoi j'avais l'image d'une série jeunesse légère, et j'étais totalement à côté de la plaque.
On a ici un récit plein d'humour, parfois à la limite de l'absurde, portée par une galerie de personnages hauts en couleurs aux spécificités marquantes.
La plume de Pennac toute en circonvolutions est un plaisir pour les yeux, et l'intrigue tortueuse est passionnante.
Loin d'être légère sous ses atours rigolards, on découvre une histoire assez sombre et torturée, qui va même parfois jusqu'à l'ignoble mais sans aucune lourdeur.
Très riche, elle développe beaucoup de thèmes qui s'avèrent, plus de 30 ans après très actuel.
J'irai définitivement lire la suite de la série !

Eleanor & Park - Rainbow Rowell
Pocket jeunesse // 2014 (2012) // 378p
Avec son roman Fangirl, probablement l'un de mes plus gros coup de cœur depuis des années, Rainbow Rowell est devenu l'une de mes autrices favoris. J'ai pourtant lu peu d'elle, Carry On, et puis l'actuelle série de comics Runaways qu'elle scénarise et qui est un petit bijoux.
J'ai donc enfin attaqué Eleanor & Park dont j'ai lu ici et là de nombreux avis très enthousiastes, et je n'ai pas été déçu.
On suit ici deux adolescents geek et perdus dans les années 80. Tout deux relativement en dehors de la norme ils vont développer au fil du livre une relation un peu particulière au début, amicale ensuite et jusqu'à un amour sincère et très fort.
Comme toujours avec Rainbow Rowell, c'est la consistance de ses personnages qui touchent, ceux-ci font réel. Que ce soit Park, l'ado discret un peu passe partout toujours le nez dans ses comics ou bien Eleanor, la rousse un peu trop flamboyante, trop grosse, trop voyante, pour le reste du monde et dont la famille difficile est engluée dans les problèmes financiers.
Entre les références à la pop culture et culture geek, la progression de leur relation et la découverte de la vie peu reluisante d'Eleanor, on est happé par cette romance qui touche en plein cœur.

Juste un peu de cendres - Thomas Day & Aurélien Police

Posted by with 10 comments

Juste un peu de cendre - Thomas Day & Aurélien Police
Éditions Glénat // 2017 // 128 pages
Service Presse demandé par mes soins.

C'est peu dire que j'apprécie énormément le travail d'illustration d'Aurélien Police, chacune de ses couverture est un régal pour les yeux et voir son nom associer à un roman me donne très souvent envie de lire celui-ci. Oui je suis superficiel, j'aime les belles couvertures ^^
Le voir donc en compagnie de Thomas Day pour ce qui est son premier travail de BD, cela titille forcément la curiosité.


Ashley Torrance à 17 ans et elle à décidé de partir de chez elle pour protéger ses parents. Ses yeux vairons lui permettent de voir l'invisible, et dans ce monde, elle découvre des êtres singulier, d'apparence humaine, que seul sa vision particulière permet de voir sous leur véritable apparence, des monstres qui vivent parmi nous et les filaments de cendre qui les relie quelque part, ailleurs... Mais Ashley n'est pas seule, et c'est avec une bande un peu disparate qu'elle part à la recherche des racines du mal.

Thomas Day offre ici une histoire sombre et horrifique, une chasse aux démons sous forme de road trip mais aussi une plongée dans l’Amérique contemporaine et ses démons que sont la misère et la pauvreté.
L'intrigue s'avère relativement classique dans son déroulé, l'équipe se réunit, affronte les démons, etc. mais grâce au propos politique sous-jacent, l'histoire est ainsi étoffée et à bien plus à offrir qu'un déjà très bon divertissement. Thomas Day plonge dans la pop culture, dans l’histoire des USA, dans de vieux mythes amérindiens et mélange le tout avec succès pour nous exposer le voyages d'adolescents perdus dans un monde en déliquescence.

Côté graphique, il va sans dire que les planche d'Aurélien Police sont somptueuses, sont style qui mélange illustration numérique et montage photos est superbe. On s'éloigne pas mal de la BD traditionnelle avec des pages très déstructurée, une narration qui passe aussi beaucoup par l'écrit et une construction qui tend parfois vers le roman illustré. Si en général l’appellation roman graphique à tendance à m'exaspérer, étant souvent utilisée à tort et à travers avec une sorte de snobisme insupportable pour parler de BD, je trouve que pour une fois le qualificatif lui va à merveille. Pas vraiment une BD dans le sens traditionnelle, pas non plus un roman illustré, mais un savant mélange de narration romanesque et de d'illustrations.
Le seul reproche que l'on pourrait faire, c'est que la conséquence de ce style fait que la plupart des pages sont assez statiques, très illustratives puisque délaissant la narration, de même que parfois il y a une certaines froideur qui se dégage de certaines planches donnant à l'ensemble un côté un peu artificiel. Ce qui est assez paradoxale puisque souvent Aurélien Police propose des choses très organiques.

Mais que l'on ne se méprenne pas, ces maigres défaut n'entache en rien le plaisir que l'on a à parcourir ce bel ouvrage qui sous couverts d'horreur nous parle d'adolescence et de notre société de bien bel manière, comme d'ailleurs toujours les meilleurs œuvres du genre.

Pyramides - Romain Benassaya

Posted by with 10 comments
  Pyramides - Romain Benassaya
Critic // 2018 // 533 pages

Aujourd'hui on parle space opéra avec un titre paru chez Critic qui navigue entre Janus d'Alastair Reynolds et Interstellar.

Futur lointain, la Terre a lancé une vague de colonisation sous forme de gigantesques vaisseaux arches embarquant les futurs colon en sommeil cryogénique. Le Stern III est l'un de ces vaisseaux, et a priori il n'atteindra jamais sa destination puisque lorsque les colons se réveillent le vaisseau est échoué au sein d'un artefact labyrinthique aux dimensions titanesque. Coincé dans la structure, les colons vont devoir trouver l'équilibre entre survie immédiate et exploration.

Si l'on a effectivement un peu de "Sense of Wonder" (émerveillement devant l'immensité propre à la SF) dans ce titre, il reste tout de même assez décevant.
Comme dans Janus de Reynolds, on s'attarde ici sur le développement d'une colonie humaine loin de la Terre, perdue et confronté à un inconnue aussi étrange qu'incompréhensible. L'histoire va ainsi se focaliser principalement sur les problèmes sociaux que vont traverser les colons, sur les divergence d'opinions quand à la conduite à tenir, entre partisans de la survie et partisans de l'exploration. Une idée de base qui si elle n'est pas forcément des plus originale se trouve être relativement intéressante. Sur le papier en tout cas.

Le problème, c'est que l'ensemble manque cruellement de nuances dans ce récit "politique", et que les personnages sont relativement caricaturaux dans leurs traits et leurs réactions. Si l'on accepte sans sourciller certaines idées et concept intéressant comme ces insectes génétiquement modifiés pour être ultra adaptable qui vont gagner en sentience au fil du récit, c'est vraiment du côtés des humains que le tout manque de vraisemblance.

Et c'est très dommage puisque la quasi totalité du livre se base sur ces interactions humaines, délaissant l'exploration quasiment jusqu'à la toute fin. Une fin en demi teinte d'ailleurs qui tranche étrangement avec la teneur du roman jusqu'ici, comme si l'auteur avait brusquement décidé de changer de point de vue sur son histoire pour s'attaquer à un récit d'exploration.
Si elle renouvèle un peu l’intérêt pour l'histoire, elle arrive tardivement, et offrant une ultime conclusion lorgnant du côté d'Interstellar qui  surprend mais laisse un poil dubitatif.

Le roman, aidé par de court chapitre et une écriture agréable se lit plutôt facilement, il propose tout un amalgame de concept science-fictif déjà vu mais qui synthétisé correctement et porté par des personnages plus réussi aurait pu donner un récit classique mais prenant. Au final il ne reste qu'une impression de déjà vu et un sentiment de déception devant un rendez-vous manqué. On préférera Janus d'Alastair Reynolds qui traite le thème avec bien plus de succès.


3 livres d'éveil à toucher pour bébé

Posted by with 1 comment



Ceux qui ont suivis le savent, au début de l'année je suis donc devenu papa, un évènement qui explique en grande parti le fort ralentissement du rythme déjà lent du blog ainsi que la mise en pause de la chaîne Youtube. Etant passionné par les livres, il va sans dire que j'espère de tout coeur arriver à transmettre cette passion à ma fille. J'ai donc commencé à lui constituer une petite bibliothèque, et cela fait un moment que je voulais partager un peu ses lectures.
Je commence ici avec 3 petits albums à destination des tout petits, puisque ceux-ci sont indiqué à partir de 6 mois, mais je pense que l'on peut sans soucis commencer bien plus tôt, les formes simples et contrastées étant suffisante pour susciter un intérêt visuel chez bébé. 


Mes animaux tout doux - Xavier Deneux
Editions Tourbillon // 12 pages


Un très bel album en noir et blanc qui présente à chaque double page deux animaux à toucher.
Les textures sont variés, les dessins ont des formes simples et sont très contrasté. Le texte est réduit au minimum puisque seul le nom de l'animal est indiqué.
Trouvé en médiathèque, c'est must pour mini puce qui adore agripper les fourrures, et gratter les textures un peu plus rêches. L'absence de texte laisse libre court à l'imagination pour ce livre tout doux.



 Il ne faut pas toucher un Dragon ! - Rosie Greening & Stuart Lynch
1, 2, 3 Soleil Éditions // 12 pages


Avec ce petit livre plein de couleurs c'est l'occasion de peut-être initier bébé à la fantasy !
A chaque double page on a un dragon, présenté par un petit texte en rime assez rigolo et chacun possède une texture silicone différente qui fait la joie des petits doigts de bébé.
Les illustrations sont simples mais très bien faites, pleines de couleurs et assez drôle, de plus chaque dragon possède son style propre. Les différentes textures absorbent à coup sûr minipuce qui adore les gratter avec attention.
Si elle est pour l'instant peu sensible au texte, la présence et l'humour de celui-ci font que le livre devrait garder son intérêt pendant encore un moment.



Bébé Loup s'habille - Emiri Hayashi
Petit Nathan // 10 pages


J'aime beaucoup la série des Bébé Loup. Les dessins sont pleins de douceurs, et chacun propose une petite histoire mignonne ainsi qu'une petite activité, un petit bonhomme à promener, un élément à trouver ou comme ici, plusieurs matière et textures à découvrir.
L'histoire est simple, Bébé loup veut sortir et pour cela il doit s'habiller. On découvre ainsi ses différents habits et c'est l'occasion de se dégourdir les petits doigts pour  toucher tout ça. Les textures sont variés, et le déroulé permettra d'aborder plus tard l'habillement.



Avis Express #1

Posted by with 7 comments
Bon allez, j'essaie de reprendre doucement les chroniques de livre sur le blog, avec un petit panaché de certaines de mes lectures du début d'année. Oui, on est fin septembre, don't judge me, je fais comme je peux T_T
Pour ceux qui me suivent sur Instagram ou bien Goodreads, vous remarquerez que j'ai repris certains de mes courts avis déjà partagés sur ces réseaux, oui c'est de la triche, mais ça me permet d'alimenter un peu le blog :p

L'âme de l'empereur - Brandon Sanderson
C'est court, moins de 200 pages et c'est excellent.
On retrouve dans ce récit tout ce qui caractérise l'auteur en un condensé des plus réussi.
Le système de magie est encore une fois très innovant et cohérent et permet à travers son héroïne d'aborder la manière dont on se construit en tant qu'individu, ce qui nous défini, de voir comment les différents embranchements d'une vie nous façonnent. Le texte interroge aussi sur ce qu'est la création, par rapport à la copie, sur ce qui peut définir l'art.
Les personnages de Sanderson sont travaillés et varié et sa plume alterne entre introspection, description réussies, passage plus remuant et pose même quelques touches de poésie.
L'un des meilleurs textes de l'auteur !

Star Wars : Revan - Drew Karpyshyn
Grosse déception.
Le personnage de Revan est entouré d'une aura de mystère et de charisme depuis le jeu Kotor 1 et après l'excellente trilogie Dark Bane de l'auteur, j'attendais beaucoup de ce roman.
Et s'il y a des bonnes choses, notamment le lien avec Old Republic, le développement du contexte de ce dernier, il y a de très gros soucis avec ce roman.
L'intrigue est inintéressante au possible.
Les personnages sont très faibles, le pire étant Revan qui n'a aucune caractérisation, si ce n'est d'être cool et badass :-/
Et puis on a affaire à un méchant très méchant, tellement, que même les méchants le trouve méchant...
Bref, c'était vraiment pas top -_-

Kappa16 - Neil Jomunsi
Un très bon récit de SF sur le thème des robots avec l'un d'eux en personnage principal.
Une plongée dans les déboires de la psyché humaine, une réflexion sur la parentalité, le tout par le truchement de ces yeux synthétique et de cette IA qui se trouve parfois être bien plus humaine que les humains.

Magie des renards - Kij Johnson
J'ai beaucoup aimé Un Pont sur la Brume, premier titre de l'autrice publié chez nous dans la très chouette collection Une Heure Lumière du Bélal'. C'était donc un plaisir de retrouver sa plume enchanteresse ici avec un nouvelle qui sent bon le conte japonais.
C'est beau, triste, et très agréable à lire.


Les Stagiaires & à durée déterminée - Samantha Bailly
découverte de l'autrice avec ces deux romans que j'ai vraiment bien apprécier. S'ils ne sont pas sans défaut, j'ai été cependant happé par l'histoire, retrouvant avec Pyxis, ces stagiaires et intrigue de couloirs un univers que j'ai bien connus, ayant travaillé quelques années dans le service marketing d'une grosse boite qui se la jouait jeune en mode startup.
Bon par contre, qu'est-ce que je ne peux pas blairer les choix sentimentaux d'Ophélie...

Goupil ou face - Lou Lubie
Lu dans le cadre du Club de lecture Comic Whales, cette BD qui parle de trouble bipolaire m'a énormément plu. C'est très instructif, expliquant simplement et clairement cette maladie, et c'est très touchant.

Orange, tome 6 - Ichigo Takano
J'ai adoré les tomes 1 à 5 de cette série, j'étais du coup curieux de lire ce tome hors série.
Un tome qui explore le futur sans changement présenté au début de la série. 
C'est sympathique mais au final un peu anecdotique et en dessous des 5 premiers et excellent tomes qui n'ont pas besoin de cette suite. En plus de cela j'ai trouvé la narration un peu confuse et l'histoire manquait de l'originalité qui faisait le sel des premiers tomes.















All-New Wolverine #25 à #30 - Orphans of X

Posted by with No comments
All-New Wolverine #25 - #30 - Orphans of X
Tom Taylor & Juann Cabal

Daken, le fils de Wolverine/Logan et donc par extension le frère de Laura/Wolverine a été enlevé assez brutalement, comme en témoigne le bras qui a été retrouvé dans un coin. Laura décide donc de partir à sa recherche dans une quête qui va la confronter à une espèce de secte qui semble s'en prendre à la famille Wolvie et aux porteurs de facteur guérisseurs. Une histoire qui va amener Wolverine à se replonger dans ses origines et qui va la confronter à ses actions passés. 

S'il faut avouer que globalement on est pas vraiment dans une période faste concernant l'univers des mutants, il y a tout  de même une série qui sort du lot, c'est All-New Wolverine. On retrouve au commande le scénariste Tom Taylor que j'ai découvert sur le comics Injustice, adapté du jeu du même nom. Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, il a rendu une copie de très grande qualité sur cette série. 
Et c'est encore le cas ici, alors qu'il a repris en main le destin de Laura Kinney, qui reprend le nom de Wolverine suite à la mort de Logan, et alors que le vieux Logan ne veut plus du titre (ouais, faut suivre). 

Et si depuis le début de la série Taylor est vraiment bon, il passe un cran au-dessus ici, et je pense que la présence de Cabal aux dessins n'y est pas pour rien. Il faut dire que malgré ses qualité scénaristiques, la série n'était pas particulièrement gâtée d'un point de vue graphique, c'est un peu la valse des dessinateurs et c'est bien dommage, mais avec cet arc, on a le droit à un superbe boulot. 

Le récit possède une certaine touche classique en confrontant Wolverine à ce qui semble être une secte haineuse mais ne se contente pas de faire du réchauffé, loin de là, sortant même d'un manichéisme simpliste comme on pouvait le supposer au début. Le passé violent de Laura est donc exploré de nouveau, offrant des moments forts et riches en émotions, mais cet arc aborde aussi le reste de la famille Wolverine et l'héritage de Logan, et de bien belle manière. 

Ce qui fait la plus grosse force de ce récit, c'est incontestable les dessins plus que réussi de Juann Cabal. Son trait fin est très précis, et il lui sert à illustrer des personnages d'une très grande expressivité. Les visages sont superbes, les émotions les traversent, les poses sont dynamiques. En plus de ça il proposent des cadrages originaux et innovant, des découpages qui sortent de l'ordinaire et des mises en scènes extrêmement vivantes. 
Si la série est très réussie depuis le début, on sans conteste affaire ici à son meilleur arc ! À lire !


[Comics] Rogue & Gambit #1 - #5

Posted by with 1 comment
Bon, dans ma tentative de faire revivre un peu le blog, je vais essayer de parler de nouveau de comics un peu plus régulièrement. Peut-être pas de manière très détaillé, ni toutes les semaines, mais je vais essayer de faire un petit focus sur un ou plusieurs titres lus dans la semaine ou le mois et qui m'ont marqués.


Rogue & Gambit #1 - #5
Kelly Thompson & Pere Pérez

Pour moi c'est LE couple de l'univers mutant, et probablement deux de mes X-men favoris. Si Rogue à été plutôt bien utilisé ces dernières années, notamment dans Uncanny Avengers, il faut avoué que pour Gambit (un temps le plus classe des X-men) a été assez malmené. C'est donc l'occasion ici de les rabibocher un coup et de redorer l'image de mon cajun préféré.
Le pitch est simple, des mutants disparaissent sur une île paradisiaque où ils se redent pour suiverent des thérapies, du coup Kitty décide d'envoyer Rogue et Gambit enquêter. L'occasion pour eux de suivre une thérapie de couple et donc de faire le point sur leur relation depuis le début.

Soyons honnête, c'est très loin d'être la série de l'année. C'est parfois gnangnan voir un peu mièvre et pas toujours très passionnant. MAIS, ça fonctionne totalement en jouant la carte de la nostalgie et en revenant aux bases des deux personnages et ça fait le boulot en remettant à plat leur romance pour repartir sur de bonnes bases, et c'est exactement ce que je voulais.
Si l'intrigue n'est pas forcément des plus palpitante, il y a suffisamment d'alternance entre romance, action, humour et aventure pour que l'on ne s'ennuie pas.

Côté graphique, c'est en demi teinte. Le trait est assez inégal, les compositions relativement classiques, même si quelques pages mettant en scènes un mélange de séquences passés et présentes sont très réussies. Quoi qu'il en soit, le dessinateur fait le boulot, et la colorisation rend le tout assez agréable.

Une mini-série qui contre toute attente s'avère donc assez réussie. Pas énormément d'originalité, mais c'est frais, léger et agréable, encore plus si comme moi l'on aime énormément le couple titre et que l'on attendait avec impatience de les voir enfin renouer !





La Forme de l'eau - Guillermo Del Toro et Daniel Kraus

Posted by with 4 comments
couverture de l'audiolivre la forme de l'eau
 La forme de l'eau - Daniel Kraus & Guillermo Del Toro
Bragelonne/Audible

Livre audio-lu en partenariat avec Audible

1963, Elisa une femme de ménage muette travaillant au centre de recherche Occam va surprendre un soir Deus Branchia, le dieu à branchie, une créature amphibie ramené des confins de l'amazonie pour être étudié, exploité ou disséqué. Petit à petit une relation va naitre entre ces deux êtres.
Ce livre est la novélisation du film aux 4 oscars réalisé par Guillermo Del Toro, film que je n'ai d'ailleurs pas vu.

Si l'on s'en tient au résumé et à l'intrigue principale, on se retrouve face une romance sur fond defantastique qui s'avère plutôt sympathique, mais relativement classique dans sa construction et dans l'évolution des relations entre la créature et Elisa.
Mais heureusement pour le lecteur, ou l'audio-lecteur dans mon cas, ce roman offre bien plus que ça, notamment grâce à une galerie passionnante de personnages secondaire qui s'avèrent au final plus intéressant à suivre que l'histoire principale, et grâce aussi aux nombreux thèmes abordé à la marge de cette romance.
La plupart des personnages, principaux ou secondaire sont des "rebuts" de la société de l'époque, des laissé pour compte, des abimés de la vie. 
L'héroïne Elisa, une orpheline coincé dans un boulot de merde grâce auquel elle survit. L'antagoniste, le militaire Strickland, ignoble et détestable, notamment par sa misogynie, mais qui souffre très certainement d'un syndrome de stress post-traumatique qui le fait sombrer petit à petit. Et puis il y a Gilles, le voisin homosexuel que sa condition a privé de son emploi. Zelda, femme noire et grosse dont la voix n'existe pas dans ce monde et qui tisse un lien fort avec Elisa. Et la femme de Strickland, Lenny qui après 2 ans sans son mari, parti en opération, doit réapprendre à cohabiter, à vivre de nouveau comme une bonne épouse en mettant ses désirs de côté, une chose qui s'avèrera au final impossible pour elle.

J'ai beaucoup aimé ce livre donc, mais pas pour son histoire principale, plutôt pour sa plongé dans la société américaine des années 60, pour ses thèmes passionnants, pour ses personnages vibrant, mais clairement pas pour son histoire d'amour ou son côté fantastique qui m'ont je l'avoue laissé plutôt de marbre.
Un mot sur l’expérience audio. Les premiers chapitres dans la jungle amazonienne, malgré leur ambiance sale, poisseuse et intéressante ont été un peu laborieux. Le ton parfois très froid et factuel de la lectrice, peu décontenancer au début, mais passé le début, on s'y fait sans soucis et celui-ci s'avère être au final un très bon choix.