La Forêt des araignées tristes - Colin Heine

Posted by with 8 comments
La Forêt des araignées tristes - Colin Heine
Actu SF // 2019 // 487 pages
- Service Presse transmis à ma demande -
 
Bastien de Corville est une sorte de petit noble, peu argenté, qui procrastine depuis apparemment un certain temps devant ce qu'il espère devenir une encyclopédie des bestioles et créatures qui vivent dans la vape, la brume mystérieuse qui recouvre le monde. Régulièrement Ernest Gulliver, explorateur de son état pour le compte de La Compagnie collabore avec Bastien pour lui fournir des restes et vestiges de bestioles étrange et alimenter ainsi sa future encyclopédie.
Le quotidien des deux lascars va se retrouver chamboulé quand notre scientifique en herbe va se retrouver mêler coup sur coup à un accident spectaculaire et un assassinat dont il va réchapper de justesse à chaque fois.
Ébranlé par ces évènements, Bastien va être entrainer dans une intrigue tortueuse et des complots mystérieux.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le roman de Colin Heine est ambitieux. L'intrigue s'avère assez riche, pleine de fils et ramifications faisant intervenir de multiples personnages assez variés et permettant de donner un aperçu du vaste monde qu'il nous a concocté.
Le tout est écrit dans un style souvent riche et travaillé qui participe à l'immersion dans ce riche univers, même si parfois certaines tournures de phrases m'ont parues confuses.

Un univers, qui avec son habillage steampunk fait de machines à vapeurs, de dirigeable, de gargouilles que l'on peut chevaucher et d'ambiance belle époque, est une grosse réussite. L'atmosphère 19eme siècle poisseuse, est tangible, les clins d'oeil à notre monde multiples fonctionne bien (que ce soit l'omniexpo ou bien le vaisseau Gigantic) et toutes les strates de la société sont présentés, certains chapitres pouvant presque s'appeler "Le marxisme pour les nuls".

Côté personnage, là encore c'est assez réussi. Si notre héros Bastien est parfois insupportable de naïveté et de privilège, les personnages secondaires qui gravitent autours et les antagonistes sont tous intéressants. Que ce soit Gulliver l'explorateur (héhé), Gerfon le tueur en série un peu spécial ou bien Agathe la domestique au grand cœur, tous ont une utilité.

Le roman n'est tout de même pas exempt de défauts. Certains des personnages, dans leur caractérisation manquent de finesse ou d'originalité et s'avère ainsi un peu trop stéréotypé.
L'intrigue semble retorse mais on a parfois l'impression d'une complexité un peu artificielle. Certaines intrigues paraissent un peu parachutées et il faut avouer qu'il y a tout de même de gros concours de circonstances pour que le tout se tienne.
On pourra aussi s'interroger sur le titre. La forêt fait quelque pages et on a une araignée (certes vraiment balèze) qui ne m'a pas l'air particulièrement triste.

Cependant, malgré ces points négatifs, j'ai passé un bon moment grâce a une construction de monde réussie, une ambiance travaillé et un style assez agréable. Un roman qui s'il n'est pas la révélation espéré s'avère très divertissant.

Le Gambit du Renard - Yoon-Ha Lee

Posted by with 6 comments

Le Gambit du Renard - Yoon-Ha Lee
Lunes d'encre // 2018 (VO 2016) // 384p
 
Je marche beaucoup aux couverture moi, et je dois avouer que celle de ce roman m'a fortement donné envie. Oui, c'est pas forcément malin, mais bon, c'est surtout le fait qu'on ai un space opéra hard sf qui m'a convaincu de sauter le pas pour ce titre qui a reçu le prix Locus 2017 du meilleur premier roman.

Et il faut dire qu'il y a clairement de la qualité et du potentiel pour ce 1er tome de ce qui est une trilogie. Petit aparté d'ailleurs sur le fait passablement agaçant que ce ne soit indiqué nulle part dans le livre. Ce n'est pas le premier éditeur qui procède de la sorte et c'est un peu malhonnête. Bref.


Avec Ninefox Gambit, on a droit à du Space Opéra Hard SF et militaire. Le côté Hard SF tient dans la conception de son univers qui se base sur un domaine des mathématiques appelé la topologie (merci à Feyd Rautha pour l'explication). honnêtement, c'est incompréhensible, mais ça n'a pas grande importance. La seule chose à retenir c'est que les propriété physique et temporelle sont maléable et altérable en fonction des systèmes de croyance dominant. Et l'Hexarcat, la société expansionniste dominante au cœur du récit à un intérêt particulier à maitriser ces conditions car cela influe grandement sur la technologie qu'ils utilisent et donc sur leur main mise sur les territoires.


L'Hexarcat est donc un état totalitaire, séparé en six factions ayant chacune leur rôle (militaire, renseignement, endoctrinement...), qui contrôle les corps, et les esprits surtout. Pour que la doctrine soit suivi et que les conditions soient maitriser, cela passe par le lavage de cerveau, les fêtes rituelles impliquant tortures et conditionnement et par l'utilisation de forteresses spatiales répartis dans leur espace contrôlé et qui projettent le calendrier, la référence temporelle qui maintient l'orthodoxie.
C'est là qu'on arrive au cœur de l'intrigue puisque tout commence par l'irruption d'une hérésie calendaire majeure dans une de leur forteresse principale, La Forteresse des Aiguilles Diffuses.
Pour combattre cette hérésie, Cheris une capitaine de la faction militaire des Kel va être sélectionné. Et pour l'aider, Jeadao, un général de la faction des Shuos. Ce dernier, considéré comme le traitre ultime devant les atrocités qu'il a commises a été condamné être décorporé et placé en animation suspendu. Il est sorti du congel à intervalles régulier pour être utilisé car il reste le plus grand stratège de l'Hexarcat, toujours invaincu sur le champs de bataille.


L'ensemble du roman va tenir sur une chose, comment accéder à la forteresse hétérodoxe et mettre un terme à l'hérésie. Le résultat c'est que sur 500 pages, nous avons quasi exclusivement le récit d'une bataille. Et cela peut-être parfois un peu long, d'autant plus que l'étrangeté des armes et technologies utilisés ne rendent pas toujours l'ensemble très clair. 
Heureusement, si l'aspect militaire et bataille est relativement prépondérant, il n'y a pas que cela, et ce qui va faire tout l’intérêt du roman et sa grande force c'est la relation entre Kel Cherris et son fantôme, Jedao. 
Au fil de l'histoire, on découvre avec intérêt la construction de la confiance, la manière subtile qu'à Jedao depuis le début d'enseigner une leçon cruciale à Cherris. Et bien sûr on finit par comprendre que comme souvent les apparences sont très trompeuses.
Avec leurs interraction, c'est l'arrière plan du roman et de son univers qui s'éclaire peu à peu. On découvre des aspects sociaux et historiques de l'Hexarcat et c'est passionnant.

Le Gambit du Renard est clairement un roman exigeant. Déjà de part son concept de base qui peut avoir tendance à donner mal à la tête, ensuite, au-delà de ça, par l'étrangeté générale qui se dégage de l'univers. Que ce soit les technologies, les noms de lieux, de vaisseaux, on est vraiment ailleurs, dans une société proprement étrangère. Aussi bien sûr par son intrigue riche et tortueuse qui réserve beaucoup de surprises. Et puis par le fait qu'il nous plonge directement dans le bain sans nous tenir la main. L'immersion est brutale mais elle vaut la peine car malgré la possible difficulté à rentrer dedans ou bien le côté très militaire qui peut éventuellement rebuté, c'est un roman riche et intelligent, plein de potentiel, et de la bonne SF.