eReader vs Book

Posted by with 12 comments

Aujourd'hui petit tag concernant la lecture numérique trouvé sur le blog d'Albédo.

- Pourquoi la lecture numérique ?

Pourquoi pas ? Bon je pense que si je passe un peu plus par le numérique, c'est principalement pour des raisons de prix. C'est effectivement les promotions régulières qui m'ont fait craquer pour des livres numériques.
Une autre raison, c'est la VO, ou plus précisément l'anglais. C'est très pratique d'obtenir les sorties récentes de livres en anglais, et surtout quand on est pas parfaitement bilingue (mais suffisamment pour lire) les principales applis de lecture numériques ont toutes des dictionnaires intégrés, ce qui est vraiment très pratique pour s'améliorer.
Et puis, il y a aussi pour les livres du domaine public, même si là on rejoint le prix, et le côté instantané pour avoir un livre.
Il y a peu j'ai rejoins un peu au dernier moment une lecture commune sur un livre de Zola. Hé bien en quelques clics j'ai pu trouver le bouquin et le récupérer gratuitement (domaine public \o/).


- Pourquoi avez vous choisi cette marque et pas une autre ?

Hé bien, je n'ai pas de liseuse, mais je lis sur une tablette Samsung Galaxy Note 10.1. Pourquoi ? Hé bien parce que je la possédais avant de me mettre à la lecture numérique, et que jusqu'à présent, lisant assez peu en numérique, je ne voyais pas l’intérêt d’investir dans un nouvel appareil.


- Que pensez-vous des DRM ?

Les DRM, c'est le pansement sur la jambe de bois. C'est inutile.
Au mieux ça ne sert à rien, au pire ça emmerde le lecteur qui va avoir des problèmes pour lire son livre sur son support.
Et croire que cela empêche le piratage, c'est vraiment avoir vécu dans un grotte ces 15 dernières années et ne pas avoir vu ce qu'il c'est passé dans l'industrie de la musique ou du cinéma.


- Que pensez-vous du piratage ?

Haha, la question qui fâche ^^
C'est très mal, bouh, vilains jamais je... bon allez je vais être transparent, même si je dois me faire taper dessus.

Si j'ai régulièrement tipiaké sans vergogne film et série TV, j'ai toujours eu beaucoup plus de scrupule en ce qui concerne les livres. D'une part parce que je n'ai pas le même rapport à l’œuvre, et puis ensuite parce que je connais bien mieux les conditions de vie de la majorité des auteurs.
Et pourtant, oui, j'ai déjà piraté des livres.

Le prêt dans le cadre d'un cercle restreint... Avec Internet et les amitiés virtuelles, jusqu'à quel point s'étend ce cercle restreint ? Et quand le livre en question était sous DRM, est-ce que ça devient du piratage ?

Lorsque j'avais déjà le livre papier, mais que je voulais l'avoir en numérique (pour des tas de raison), parce que je trouve ça assez aberrant qu'on ne puisse pas trouver un moyen d'avoir à chaque fois qu'on achète en papier l'équivalent en numérique. C'est d'ailleurs valable pour la musique ou les films/séries. Le truc c'est que c'est plus facile de ripper un CD/DVD qu'on vient d'acheter que de scanner en OCR un bouquin de 1000 pages :-/ Du coup... Alors oui, à cause du prix unique, je comprends bien qu'actuellement il n'est pas possible de faire des pack, mais bon ça me parait être une bonne idée que de légiférer dans ce sens.

Lorsque le livre est épuisé chez l'éditeur, et que du coup il n'est disponible qu'en occasion à des prix déments. Par exemple, de nombreux romans Star Wars épuisés se revendent en occasion à plus de 50€, certains atteignent même les 100€ facile. Heureusement, l'éditeur les rend petit à petit disponible en numérique, mais c'est très récent, et il y a quelques années, cette solution n'existait pas.

Lorsque le prix du numérique est plus cher que celui du papier. Là, on passe un cran plus répréhensible moralement. Mais dernièrement j'ai voulu prendre un bouquin en numérique, et bon, le prix supérieur m'a fait  me rabattre sur d'autres solutions. Alors oui, techniquement j'aurais très bien pu acheter la version papier. Mais les librairies sont loin de chez moi, pas forcément bien achalandée dans les genres que je lis et je souhaitais disposer du fichier numérique. Ceci-dit, une semaine après je suis tombé sur le dit livre chez un bouquiniste et je l'ai pris, la morale est sauve.

Pour tester. Il y a eu des livres dont tout le monde parlait, qui ne m'inspirait pas du tout mais que j'ai voulus essayé pour  voir, parce que quand-même, on ne sait jamais, mais j'ai quand-même pas envie de l'acheter.
Oui, difficile à justifier autrement que par : Je le veux :-/

Pour des raisons financière. Alors là, ça y est, j'ai dépassé les zones grises pour passer du côté obscur. Donc oui, j'ai piraté parfois des livres juste parce que, c'était possible et que je voulais le livre tout de suite mais que j'estimais de pas pouvoir/vouloir payer pour.
Il s'agissait en général de livre en langue anglaise, souvent des franchises publiés, par des groupes qui font beaucoup (mais alors vraiment beaucoup) de bénéfices et dont les auteurs sont de toute façon payé à la commande et dont les livres sont toujours des grosses ventes.
Oui, ça sonne comme des excuses, des justifications capillotracté, mais bon il faut bien trouver des arrangements avec sa conscience.

La vrai question, que tous ceux qui combattent le piratage occultent c'est : Est-ce que si je n'avais pas pu le pirater, je l'aurais acheté ?
Alors, on conviendra, que pirater les bouquins c'est mal, d'autant plus quand on sait que la majorité des auteurs ont du mal à vivre de leur travail. Et on peut très bien me jeter des cailloux, mais j'ai quand-même voulu être honnête sur ce coup.
Bien sûr, il existe des bibliothèques, bien sûr, il existe le marché de l'occasion, mais quand on a grandit avec Napster, Kazaa et tuti quanti, on baigne dans cette culture de l'immédiateté qui fait que si je veux ce film, cet épisode, ce livre, hé bien, je vais le prendre.
A côté de ça, j'achète beaucoup de bouquins, en papier bien sûr, mais en numérique, avec d'ailleurs une part de plus en plus importante de ce côté, notamment pour des raisons budgétaires.


- Les ebooks : trop cher ou pas assez ?

Hé bien c'est assez variable on va dire.
Il y a les mauvais élèves qui vendent leurs bouquins numériques à peine moins cher que le papier, et c'est franchement agaçant. Il y a aussi ceux qui font pire, en les vendant plus cher que le poche, et là, bah je ne sais pas trop quoi leur dire à part que j'ai envie de leur mettre le nez dans leur caca. Littéralement.
Peut-être est-ce pour favoriser le poche ? Meh, la seule chose que ça favorise c'est le piratage.

Mais tout de même, il y a les bons élèves, au rang desquels je citerais (entre autres) les Indés de l'Imaginaire, le Bélial', Dystopia et Bragelonne qui globalement pratiquent une politique de prix vraiment cohérente et raisonnable.


- Les qualités et défauts de la liseuse.

Plus que de parler des liseuses je vais plutôt parler de la lecture numérique. Bah oui, je n'ai pas (encore) de liseuse, du coup en numérique, je lis sur la tablette, mais aussi parfois sur le pc fixe, ou sur mon Smartphone.

Et du coup le premier est principal avantage, c'est le transport et la disponibilité. C'est-à dire qu'à tout moment, j'ai accès à mon livre en cours, ou même à un autre si je veux changer, quelque-soit le lieux et l'heure. Sous réserve bien sûr de disposer d'une connexion Internet (le temps de récupérer le bouquin en question) puisque tout mes livres numériques sont uploadés sur Google Livres.
L'autre avantage, c'est pour la lecture de nouvelle à l'unité. J'aime beaucoup les nouvelles, même si je n'en lis pas autant que je devrais, mais, la lecture numérique c'est vraiment bien pour récupérer et lire des nouvelles à l'unité. Que ce soit à l'achat bien sûr, mais aussi gratuitement, puisque de nombreux éditeurs proposent régulièrement des nouvelles de leur catalogue gratuitement. Et ça c'est très cool.

Ça me rappelle du coup cet excellent strip de Boulet
Pour ce qui est des défauts, le principal concerne mes habitudes de lecture et le fait que je n'ai pas de liseuse puisqu'il faut avouer que sur l'écran, parfois, la lecture fatigue un peu les yeux. Ce genre d'écran n'est pas forcément ce qu'il y a de plus adapté pour de très longues sessions de lectures de texte.
Les seuls autres éventuels défauts que je vois concerne le fétichisme de l'objet livre. Vous savez, la texture du papier, l'odeur, etc. (Oui j'en suis, mais bon il faut relativiser, le numérique ce n'est pas le grand Satan).

Utopiales 2016 | Vlog

Posted by with 2 comments



Plus personne n'y croyait mais il est pourtant là ! Mon petit compte-rendu vidéo des Utopiales 2016. Le retard est du à un gros plantage quand je me suis mis au montage qui m'a fait perdre, hé bien, tout ou presque ce que j'avais déjà fais. Du coup, il m'a fallut 6 mois pour retrouver la motivation pour m'y mettre parce que c'était un peu long à faire.
C'est mon premier essai pour une vidéo de ce genre, du coup c'est loin d'être parfait mais j'espère que ça vous plaira quand-même. Je ferais mieux la prochaine fois :)


Update Comics | Avril 2017

Posted by with 5 comments

Et c'est donc parti pour l'update comics du mois d'avril Avec pas mal de lecture, et du bon ! :)


Au sommaire :
- Secret Empire #0
- The Mighty Thor #17
- Thanos #5
- Spider-woman #17
- Nova #5
- The Flash #20
- Action Comics #977
- Reborn #5
- Extremity #2
- Sunstone, volume 3 et 4

Naruto | Marathon de lecture - Bilan

Posted by with 6 comments

Voici le bilan de mon marathon de lecture Naruto. Le sommaire se trouve sur le post d'Intro.

Si vous vous rappelez, l'année dernière, j'ai décidé de profiter de la fin de la saga pour me lire l'intégrale des Naruto que je n'avais jusqu'ici découvert qu'en anime. Un anime plein de qualité mais qui malheureusement m'a lassé pour cause de trop gros delayage et d'épisodes sans rapport avec l'intrigue principale.
J'étais bien parti, publiant un billet tout les 5 volumes, quand soudain, paf, c'est l'accident bête, je fais une pause après le tome 35 ! résultat, il s'est passé presque un an avant que je me dise "tient, si je terminais".
Bon du coup, j'ai repris mi-mars et je me suis enfilé les tomes 36 à 72 en une 15aine de jours. Du coup, autant dire que je ne vais pas faire de billets par tranche de 5, haha, nope. Je vais tâcher de faire une petite bafouille pour faire le bilan de la série.
Si j'ai globalement apprécié ma lecture de la série, il faut avouer qu'à la fin j'ai atteins l'overdose d'action.

L'histoire construite par l'auteur progresse vers une guerre titanesque qui doit décider du futur de tout le monde des Shinobis. Une guerre qui résulte des fautes du passé et des erreurs des anciens qui ont crée un monde de rancœur, de mensonges, de souffrances et de vengeances interminables. C’est à la jeune génération d'assumer ces fautes et de tâcher d'y apporter du changement. Et Naruto, fidèle à sa parole et à son rêve de devenir le plus grand Hokage sera l'artisan de ce changement, son catalyseur, et rassemblera autours de lui toutes les bonnes volontés, éveillant par sa nature l'envie de se racheter chez nombres des fautifs.

Le personnage de Naruto, entre naïveté et candeur réussi à être attachant jusqu'au bout. Il incarne à la perfection la figure héroïque inspirante, possède une volonté à toute épreuve et peut bien sûr compter sur le soutient sans faille des ses amis dont le nombre n'a cessé de grandir au fil des tomes.
Et tout son cheminement, de jeune turbulent solitaire jusqu'à son statut de semi légende est vraiment réussi. S’il gagne en sérieux à mesure que l'histoire progresse, il ne se départira jamais de son caractère farceur et gaffeur qui permet de continuer à l'humaniser malgré la puissance incommensurable qui devient sienne.

Avec la puissance incommensurable, on touche par contre l'un des gros points négatifs de la série. Si au début, voir les différents personnages gagner en puissance, en expérience et apprendre de nouvelles techniques possède une certaine logique, voir un charme indéniable inhérent au genre, vers la fin, la surenchère fatigue. Une surenchère qui s'exprime au niveau des personnages, mais aussi dans les rebondissements de l'intrigue.
Il y a toujours un personnage plus fort, plus puissant, plus méchant, plus destructeur qui arrive, et pour le vaincre, nos héros vont sortir la technique de plus, puiser plus profond dans leurs réserves d'énergie, éveiller un pouvoir inconnus, bref, en faire toujours plus.
Voir trois fois de suite un vilain sortir de l’ombre et clamer qu’en fait c’était lui le méchant derrière tout ça qui tirait les ficelles m’a je l’avoue, un peu lassé :-/

On notera aussi le recours à de nombreux deus ex machina, ainsi qu’un manque flagrant de vraisemblance dans la manière de fonctionner de la magie de ce monde (Oui, il s’agit de techniques ninjas, blablabla, mais on peut très bien considérer l’œuvre comme de la fantasy et les techniques comme un système de magie). Quand des soi-disant techniques secrètes interdite (*touss touss* Edo tensei *touss touss*) sont utilisés en masse, ça perd un peu de son charme je dois dire.

Au final, à trop vouloir faire dans l’épique, l’apocalyptique et le titanesque, ça en devient presque ridicule. Et c’est un peu dommage car tout n’est pas à jeter. Si le système de magie manque d’une certaine cohérence dans ses limites et sa montée en puissance, il fonctionne tout de même sur d’autres points et s’avère assez original et intéressant. L’univers développé par l’auteur est aussi passionnant, et assez inventif, même s’il montre ses limites quand il s’attarde sur la politique des pays.
Côté personnage, c’est souvent réussi aussi, avec des personnages secondaires variés ayant chacun des histoires personnelles travaillés, des luttes et des traumas.
Mais, on arrive sur un autre problème, qui encore une fois est inhérent au genre, et il concerne les personnages féminins. Il est surprenant de constater que ceux-ci sont assez nombreux, et mis en avant dès le début, puisque notre trio de héros comprend la jeune Sakura.

Alors que la série avance, on en découvre d’autres, et il se trouve même à un moment une femme pour accéder au titre suprême de Hokage et diriger toute notre petite bande.
Et pourtant… quasiment toutes les femmes de ce manga sont quasi exclusivement définies par les hommes autours desquels elles gravitent (Sakura est amoureuse de Sasuke et Ino aussi. Hinata dans un premier temps est vue comme la princesse d’une famille à protéger, puis devient le soutien indéfectible de Naruto n’ayant d’autre but que de l’aider à réaliser son rêve.).
Concernant leur rôle de ninja, celui-ci consiste la plupart du temps en un rôle de support, de soutien, de soigneur, jamais ou presque de combattante à part entière capable de se débrouiller seule, et rarement mise en avant.

Quand à Tsunade, la femme qui accède au poste suprême, elle est médecin, traumatisé par la perte de son jeune frère et de son amour, compte sur un garçon de 12 ans pour devenir un jour le meilleur Hokage, et se trouve être la dirigeante la plus remise en question par les vieux conseillers. En plus de ça, elle est extrêmement préoccupé par son apparence, à tel point que, alors qu'elle est âgée, elle utilise sa puissance pour conserver une apparence jeune. Une apparence qui s'estompe quand elle doit se battre trop longtemps. Sauf qu'on ne verra jamais son visage vieillit, caché par des artifices d'auteur (une bulle de texte ou une plante) lorsqu'il apparaît...

En gros, c'est l'illustration parfaite de « la permanence dans le changement » dont parlait Bourdieu dans La Domination Masculine.
Il y a plus de femmes visibles, et si on regarde en surface, elles ont des rôles d'actions, voir de dirigeantes. Sauf qu'en allant dans le détail, on remarque que la différenciation genré se retrouve encore et toujours, et que les femmes sont en permanence réduite à leur féminité.

Mon dernier regret concernera la manque de prise de risque de l'auteur concernant le destin final de certains personnages. C'est une guerre et la quasi totalité des héros s'en sort. Les pertes sont rare voir légère et encore une fois c'est un autre des défauts du genre. C'est dommage.

La plupart des défauts cité sont inhérent au genre Shonen qui est très codifié, mais ils ne doivent pas non plus occulter le fait qu'on a ici une œuvre qui vaut le coup d'être lue pour peut qu'on s'intéresse au genre. J'ai vraiment apprécié ma lecture, mais il était tout de même temps que cela se termine, 72 tomes, c'était probablement un peu long pour tout ce qu'avait à dire l'auteur. Mais bon, ayant découvert la saga en 2004, ça fait quand-même quelque chose d'arriver au bout 13 ans après !

Cérès et Vesta - Greg Egan

Posted by with 6 comments

Cérès et Vesta - Greg Egan
Le Bélial’ ( Une Heure Lumière) // 2017 (2004 vo) // 140 pages

Nouvelle vidéo aujourd'hui où je vous parle d'un titre de la collection Une Heure Lumière. Et oui, encore, mais que voulez-vous, c'est une franche réussite alors autant lui donner le plus de visibilité.
Et on se retrouve dans l'espace donc avec un superbe titre de Greg Egan.
Mais trêve de blabla, tout est dans la vidéo ci-dessous ;)


Du nouveau dans la PàL | Avril 2017

Posted by with 10 comments
Bannière Pàl Avril 2017

Chaque mois, quand vient l'heure de faire le bilan de la PàL et le moment de publier ce billet, j'appréhende particulièrement le moment du jugement impitoyable de Tigger Lilly et de sa PàL minimaliste.
Mais je pense que ce mois-ci, j'aurais droit à un bon point puisque, contrairement à la débauche du mois dernier, il n'y a aucun nouveau venu !



Les Sorties :

Couvertures des lectures sorties de la pàl

King Kong Théorie - Virginie Despentes
Un grosse claque pour cet essai féministe. (ma chronique de King Kong Théorie)

La Fortune des Rougon - Emile Zola
Ma première lecture de ce grand auteur classique. Une lecture que j'appréhendais mais qui c'est avéré très plaisante. J'ai été frappé par les qualité stylistiques, l'intrigue tortueuse et les personnages complexe de l'auteur.    

Cérès et Vesta - Greg Egan
Le recueil Axiomatique est un de mes livres préférés, et j'attendais avec impatience ce nouveau titre de l'auteur. Je n'ai pas été déçu, c'est excellent. Un récit prenant, intelligent et qui fait mentir la réputation complexe et inaccessible de l'auteur.

Feed - Mira Grant
Un récit de zombie atypique qui s'éloigne des canons du genre pour lorgner du côté du thriller politique. C'est un vrai page turner, un bon divertissement qui pose en plus quelques réflexions intéressantes.

Morwenna - Jo Walton
Le journal intime d'une jeune fille fan de littérature de l'imaginaire à la fin des années 80 avec de la magie et des fée. J'en parle bientôt plus en détail, mais j'ai énormément aimé ! :)

Lecture hors pàl :

Couvertures des lectures Hors PàL

Happy Sex - Zep
Un recueil de courtes BDs humoristique sur le sexe. C'est dessiné de manière explicite et s'adresse donc à un public plutôt adulte.
si certaines scénettes sont plutôt drôle, globalement c'est assez décevant. Il y a pas mal de clichés et c'est assez classique.

Sunstone, tome 3 et 4 - Stjepan Seijic
après deux tomes coup de cœur, j'ai repris cette romance atypique. L'humour est toujours au rendez-vous, le traitement de l'histoire est toujours aussi réussi, et l'intrigue avance doucement, avec l'arrivée de nouveaux personnages.
Côté graphique, c'est toujours de toute beauté !

Quelques instants de lecture... | Avril 2017

Posted by with 10 comments

Quelques instants de lecture est un rendez-vous mensuel, proposé par le blog Les lectures de Mariejuliet, qui se tient le 1er jour de chaque mois et revenant sur le mois précédent. Son objectif est de partager nos photos de livres, de moments de lecture, du mois passé, mis en scène.

Nous sommes le 1er du mois, il est temps de partager les photos livresques du mois passé ! :)
Et il y a en a un peu moins puisque la plupart de mes lectures du mois ont été entamé le mois précédent.

1 - Cérès et Vesta - Greg Egan

2 - Morwenna - Jo Walton