Straight - Chuck Tingle

Posted by with 2 comments

Straight - Chuck Tingle
Autoédition // 2021 // 130p

Après ma lecture de l'amusant et complètement barré Space Raptor butt Invasion, je m'étais dit que je retenterai cet auteur si mystérieux et particulier et la sortie d'une novella d'horreur au pitch alléchant m'a fait sauté le pas à nouveau.

Il y a 3 ans, une brèche est apparu dans l'espace causant pendant 24h une sorte d'épidémie de zombification. Toute les personne cisgenre hétéro se sont retrouvées assoiffée de sang et complètement décérébré, se ruant avec un désir de destruction inarrêtable sur toute personne LGBT+ à leur portée.

La novella de Chuck tingle commence donc la veille de la 3e itération de cet événement et va suivre un groupe de 4 ami.e.s, bi, gay lesbienne, trans qui ont pour projet de passer les 24h de ce Saturation Day à l'abri dans une cabane isolée au fond du désert. bien sûr, rien ne va se passer comme prévu, il va y avoir du sang des cris et des morts horribles.

*  *  *

Il y a deux manière d'aborder Straight. Au premier degré c'est un genre de pastiche qui reprend de nombreux code du slasher et du genre zombie. Nos 4 ami.e.s vont se retrouver confronter à la mort, dans un lieu isolé et vont devoir tenter de survivre. Iels vont affronter leurs doute, prendre des décisions stupides et un poil inconsciente qui vont les exposer au risque d'être démembrer, déchiqueter, pendu ou autre mort atroce, et iels vont affronter ça avec peur, courage, détermination, trouvant au fond des ressources insoupçonnés, et finir par se lâcher totalement avec pour seul but leur survie.

C'est classique mais bien fait. L'horreur est bien représentée, c'est gore, on a des surprises prévisible et d'autres plus surprenante, c'est fluide et prenant, on passe un très bon moment.

*  *  *

Mais Straight est plus profond que le laisse penser la première lecture et possède une dimension qui peut échapper à la plupart des personnes cis hétéro justement. C'est que Straight sous ses allures de roman horrifique parle surtout de ce que c'est que d'être queer. Et il en parle extrêmement bien.

Les doutes, la peur, la colère, les blessures qu'on garde, le soutient qu'on ne peut trouver qu'auprès de ses pairs, le sentiment d’appartenance qui fait du bien, ce que l'on attend des alliés et ce que l'on peut attendre d'eux. Chuck Tingle adresse ainsi un certains nombre de problématiques LGBT+, avec beaucoup de justesse. Il est pertinent dans sa représentation de ce que peut être d'être queer, et il en profite aussi pour tacler sans concession les discours TERF (Trans Exclusionnary Radical Feminist. Une frange de personnes considérant [à tort, fuck them] que les femmes trans ne seraient pas des femmes et cherchant à les exclure des luttes féministes).

Que vous souhaitiez juste passer un moment fun avec un roman d'horreur court et efficace ou que vous souhaitiez une lecture pleines de personnages aux genres et sexualités diverses qui évoque avec talent ce qu'est être queer, foncez, ce livre est une vrai réussite, et j'espère sincèrement qu'un éditeur français se penchera dessus !

2 commentaires:

  1. Et bien j'aurais jamais pensé dire ça un jour mais j'ai envie de lire un Chuck Tingle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein je m'attendais pas non plus à ce que ce soit aussi sympa :D

      Supprimer