WH40K - L'ascension d'Horus - Dan Abnett

Posted by with No comments

L'Hérésie d'Horus #1 : L'ascension d'Horus - Dan Abnett
Black Library France // 2006 // 416p

Ha Warhammer 40 000 ! Cet univers sombre, torturé, bourrin et décérébré exerce une certaine fascination sur moi depuis mon adolescence et les quelques figurines achetés et jamais terminées de peindre. 

J'ai aussi un vieux bouquin de règles dans un coin, donné par un ami à l'époque, que j'ai lu dans tous les sens pour le background, l'historique, le lore de cet univers fascisant et décérébré. Je ne sais pas ce qui m'attire dans ce monde là, le côté "classe" des armures, les photos de figurines superbes qu'on peut trouver...

C'est un univers dans lequel je n'avais jamais poussé plus avant mon intérêt, déjà parce que les figurines coutent une blinde, ensuite ça prend du temps, et puis globalement faut avouer que c'est pas le milieu qui semble le plus progressiste (même si je connais au moins une personne de qualité qui y joue). Et enfin, l'univers étendu est constitué de beaucoup trop de roman pour je me risque à y mettre un orteil.

Enfin c'est ce que je disais, je n'ai pas pu résister à la sortie en audiolivre du premier tome de la saga L'Hérésie d'Horus, et résultat, j'y suis jusqu'au cou à parcourir les wiki, chercher des fanfilms, baver sur le site de Games Workshop... C'est désespérant...

Mais c'est quoi ce livre ?

L'hérésie d'Horus, c'est l'évènement fondateur de cet univers, qui se passe 10000 ans avant le jeu, et qui raconte comment Horus, le tout fraîchement nommé Maitre de Guerre de l'Empereur de l'humanité, son fils préféré, va le trahir.

L'Empereur aimé de tous à pour but d'unifier les colonies humaines dispersé dans la galaxie depuis des milliers d'années et coupés les unes des autres, et pour se faire, il emploie ses légion de l'Adeptus Astartes, les space Marines, des surhommes, post humains modifiés pour être grand, fort, viril, et immortel (et un peu con aussi globalement). Oui parce que l'Empereur bien aimé de tous a une vision spécifique de l'unité et ceux qui ne s'y conforment pas se font cogner dessus jusqu'à s'y conformer ou crever dans des gargouillis sanglant. Voilà, ça pose l'ambiance, Warhammer 40K c'est de la baston. Contre les hérétiques d'humains, les races Xenos, et tout ce qui sort de la conformité. C'est un univers fasciste et désespéré où le seul horizon visible est la guerre totale et l'exploitation dans la machine de guerre millénaire qui broie tout et tout le monde.

*  *  *

L'Ascension d'Horus débute alors que ce dernier vient juste d'être nommé Maitre de Guerre par l'Empereur, qui a décidé de se retirer de la croisade et de délégué celle-ci à son fils, et que la légion d'Horus, les Luna Wolves s’apprête à apporter la Vérité à 63-19 un monde se prenant pour la Terre.

On va suivre principalement le capitaine Loken, capitaine de la 10e compagnie des Luna Wolves, en première ligne lors de la pacification de ce monde. Suite à cette mission il va intégrer le Mournival, sorte de conseil rapproché informel d'Horus et va ainsi se retrouver mêler aux grandes décisions de la croisade.

Invasion, répression, sauvetage de frères en difficultés face à une espèce extraterrestre insectoïde meurtrière, contact avec une autre société humaine avancé, trahison, incursions de créatures issus du Chaos, le roman va nous proposer tout ça et bien plus encore dans un enchainement de bataille sanglantes et épiques, de moment glorieux où l'Honneur et la Vérité triomphe. C'est un roman sans concession, brutal, parfois bas du front et qui laisse peu de place à la nuance, mais dans le genre militaire, action débridé et moments Bigger Than Life, on est amplement servi. Tout est démesuré. Les tailles des Space Marines, leurs armes, leurs batailles, leurs capacités, les échelles de temps (ceux-ci peuvent vivre éternellement).

*  *  *

Mais grâce au point de vue du Capitaine Loken, un être qui arrive à penser au-delà de sa fonction d'outils de l'Empereur bien aimé de tous, ainsi qu'à ces échange avec des êtres humains plus conventionnel partageant la croisade, on a un ancrage d'humanité bienvenu, un semblant de réflexion et de remise en question.

Un semblant bien sûr car si Loken se pose parfois des questions sur la manière d'apporter la Vérité et la Lumière de l'Empereur, faisant preuve d'une compassion qui semble rare dans les rangs de l'Astartes, il ne doute pas de sa mission.

L'Ascension d'Horus n'est que le premier tome d'une saga qui compte désormais plus d'une cinquantaine de volumes (même si tous ne se suivent pas et ne sont pas essentiels à l'histoire) et à ce titre, il fait effectivement œuvre d'introduction. Des bases sont posées, des éléments juste introduit (le chaos par exemple) et il est impensable de s'arrêter ici.

J'ai vraiment passé un excellent moment avec ce roman, c'est épique à souhait et bourré d'action. Les personnages sont délicieusement monolithique à quelques exceptions prête, ils agissent comme des glands virilistes, tout ce que je déteste et pourtant, je me suis honteusement éclaté avec cette lecture.

Iels en parlent : Lianne, Lorhkan


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire