L'éducation de Stony Mayhall - Daryl Gregory

Posted by with 8 comments
L'éducation de Stony Mayhall - Daryll Gregory
Le Bélial 2014 - 448 pages


Stony est né pendant l'hiver 68, lors de la toute première épidémie de zombie. Sauf que lui, il est né zombie. Ce petit bébé qui bouge dans les bras du cadavre de sa mère ne devrait pas être en vie, et pourtant si ; apeuré puis attendri, la famille Mayhall va le récupérer. Et contre toute attente, il va grandir, comme n'importe quel enfant ou presque, lui bien-sûr, il est mort-vivant. Il va vivre caché dans la ferme des Mayhall, entouré d'une famille aimante malgré ce qu'il est. Ce roman est l'histoire de sa vie.

Étalé de 1968 à nos jours, ce roman raconte donc l'histoire de la non-vie de John "Stony" Mayhall. Mais à travers ses yeux, c'est toute l'histoire du peuple mort-vivants que nous allons découvrir. Un peuple oui, car ils sont loin des créatures décérébrées que les médias présentent. La fièvre tueuse les prends pendant 48h certes mais après cela, ils retrouvent leurs esprit et peuvent continuer à vivre.

De son enfance caché dans la ferme, entouré par l'amour inconditionnel de sa famille adoptive, jusqu'aux geôles obscurs gouvernementales en passant par la découverte de ses semblables, peuple caché fuyant les rafles, la vie de Stony va être très mouvementé et passionnante.
Porté par le style vif de Daryl Gregory, on se prend rapidement d'affection pour cet enfant pas comme les autres. On rit lorsque ses sœurs et son meilleur ami veulent exploiter sa condition d'immortel pour faire de lui un super-héros, on tremble quand il tente pour Halloween de se mêler incognito à la vie de la ville, on pleure, quand il est temps de quitter l'enfance, de fuir les hélicoptères et les voitures de police.

Roman initiatique d'un côté par tout le cheminement personnel de Stony, c'est surtout un livre éminemment politique par ses thématiques, car à travers Stony et les morts-vivants, ce sont les opprimés de tout temps et leurs combats que l'on découvre. Mais loin de se limiter à cela, Daryl Gregory se permet aussi d'étudier l'impact de la religion, faisant de Stony une figure messianique qui devra trouver le moyen de faire face à son destin, ainsi que de dépeindre les milieux militants, leurs réussites et leurs querelles avec beaucoup de sagacité. Impossible aussi de ne pas penser au tournant sécuritaire prit par l’Amérique post 11 septembre quand on arpente les couloirs de Deadtown, ou quand on voit les commandos anti zombies en action ainsi qu'un gouvernement impitoyable dans le traitement d'un pan de sa population.

Mélangeant avec succès des passages tantôt humoristiques, tantôt dramatiques, abordant de nombreux sujets,  L'éducation de Stony Mayhall se révèle être un passionnant roman aux multiples facettes. Un véritable coup de cœur pour un livre qui mérite d'être lu, que l'on soit ou non intéressé par le mythe du mort-vivant. Gregory dévoile ici une nouvel facette du zombie, éloigné des classiques survival, et très politique au sens premier du terme. Il offre une superbe fresque qui devrait être un incontournable du genre et qui en tout cas se trouve être un de mes coup de cœur 2014.


Participation N°7

http://laprophetiedesanes.blogspot.fr/p/zombies-challenge.html
Participation N°6

8 commentaires:

  1. Oui oui, je sais, il faut que je lise. Ca sera fait... en 2015 (comme ça je ne m'avance pas trop ! :D ) !

    RépondreSupprimer
  2. Un excellent bouquin de zombie, qui élève le niveau à l'image de Feed, Celle qui a tous les dons et WWZ bien sûr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Feed est dans la PàL, Celle qui à tous les dons, je l'ai mis en wishlist ^^
      Et WWZ à été ma première lecture zombie, et quelle lecture ! : )

      Supprimer
  3. Un super bouquin ^^ D'ailleurs, je me demande si je n'achèterais pas un exemplaire en format papier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha bah c'est qu'il vaut le coup d'être dans la bibliothèque celui-là, surtout que la couv est assez sublime je trouve : )

      Supprimer
  4. je te rejoins sur le message politique, ça m'a surprise d'ailleurs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein, c'est un roman plus riche qu'on ne l'imagine ! :)

      Supprimer