Binti - Nnedi Okorafor

Posted by with 4 comments
Binti - Nnedi Okorafor 
ActuSF - Naos // 2020 (VO : Binti 2015 & Binti Home 2017) // 320 pages

Aujourd'hui on part dans l'espace avec la série jeunesse Binti de Nnedi Okorafor.
Nnedi Okorafor est une autrice américaine d'origine nigériane, qui participe au courant afrofuturiste qui vise à développer un imaginaire SF en lien avec le continent africain, ces nombreux peuples et tradition variés afin de sortir d'une vision trop occidentalo-centrée. 
Cette série est composé de 3 novellas (Binti, Binti: Retour et Binti: The Night Masquerade) et d'une nouvelle (Binti : Feu Sacré). Le premier texte eponyme, publié en 2015 a remporté cette année là le Nebula de la meilleure novella et en 2016 le prix Hugo de la meilleure novella.
Publié en France par les éditions Actu SF dans la collection Naos, un label jeunesse commun aux indés de l'imaginaire, ce premier volume intitulé Binti reprend donc les deux premières novellas ainsi que la nouvelle se situant entre les deux. The Night Masquerade, ultime (pour l'instant) volet de cette série sera publié en principe l'an prochain.

Binti est une jeune fille Himba de 16 ans, un peuple du nord de la Namibie réputé pour une pratique qui consiste à s'enduire le corps et les cheveux d'Otjize, un mélange de terre ocre et de graisse qui les protège notamment de l'ardeur du soleil. Binti est une surdouée en math et une harmonisatrice, elle voit les équations et est capable de générer une sorte de courant électrique, et surtout Binti a reçu une lettre l'invitant à rejoindre l'université d'Oomza, un établissement situé à plusieurs systèmes solaire de là. Le problème, c'est qu'aucun Himba n'a quitté la Terre et que sa famille ne voit pas d'un très bon oeil cette invitation. Mais Binti a pris sa décision et elle part pour les étoiles en quête de connaissance, une quête qui va s'avérer semer d'embuches et qui va la confronter à elle même, aux autres et à sa famille.

Évacuons tout de suite les points qui peuvent coincer. Binti est une œuvre jeunesse et ça se sent. C'est parfois naïf, notamment dans la résolution du conflit entre les Méduses, un peuple alien ennemi héréditaire des Koush, un peuple humain qui traitent avec mépris et parfois haine les Himba que la peau plus sombre et la pratique de l'otjize rebute...
L'histoire est basée sur une coïncidence un peu forte, un device ex-machina pourrait-on dire. Binti possède un Edan, un morceau de technologie antique et mystérieux trouvé dans le désert pendant son enfance et qui va s'avérer crucial pour affronter les Méduses, pour discuter et résoudre le conflit.

Parlons maintenant de ce qui fait le grand intérêt de ce livre

Binti, l'héroïne de l'histoire est attachante, et son parcours intéressant. L'univers, les cultures abordés permettent d'ouvrir au monde, et c'est passionnant de découvrir cela par les yeux de Binti.
Les thématiques abordés par les textes sont variés, on y parle de racisme bien sûr par la manière dont sont traités les Himba par les Koush. On y parle des conséquences de la guerre, de la faculté à pardonner à l'ennemi pour des conflits qui nous ont touchés mais dont les raisons ne nous concernent pas.

On y parle aussi du poids des traditions, d'une manière très fine et complexe. Il y a la façon dont celles-ci peuvent être une entrave à l'apprentissage, un frein à l'émancipation et aux désirs individuels. Mais Okorafor apporte de la nuance en montrant aussi comme ces traditions qui peuvent être un poids sont parfois aussi un ancrage salutaire dans ses racines quand on quitte son foyer pour s'ouvrir au monde.

Binti : Retour poursuit encore la réflexion en abordant comme son nom l'indique le retour aux sources. Comment retrouver sa famille, ses racines, sa culture et accepter tout de celle-ci quand on a été confronté à un univers si vaste et si cosmopolite ?
Peut-on retrouver sa place comme si de rien n'était ? Peut-on renouer les liens brisés avec ceux qui n'ont que rancœur envers nous pour avoir ainsi trahit notre identité ?

La question de l'identité se pose aussi beaucoup. Binti est transformée part son émancipation des règles stricts des Himba et sa découverte de l'université, mais elle est aussi transformée physiquement à un certains point du récit, et une nouvelle rencontre va finir de renverser toutes ses certitudes sur qui elle est ?
Peut-elle se raccrocher à son identité Himba ? N'est-elle pas plus que ça, un pont entre les cultures, les espèces ? Les identités sont changeantes, fluctuante, rien n'est figé et Binti va devoir le comprendre pour accepter pleinement toutes les facettes de son être.

Toutes ces questions sont abordées avec justesse, et l'identité de Nnedi Okorafor, une femme noire, au carrefour de deux cultures, expérimentant régulièrement le racisme de plein fouet, n'est pas étranger à cette finesse dans ces interrogations.

Binti est une œuvre de SF jeunesse plus que réussie et une excellente porte d'entrée pour un jeune public novice qui voudrait s'initier au genre. C'est une œuvre riche et originale qui pousse à la réflexion sur des sujets peu abordés dans le genre ou en tout cas pas avec ce point de vue et cette réussite.

D'autres avis : Célindanaé, Feydrautha, Lutin, Blackwolf, Lune, Tigger Lilly

https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2019/12/le-projet-maki-presentation-inscriptions.html

4 commentaires:

  1. Les thèmes m'intéressent, moins l'aspect jeunesse. A voir donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as du mal à apprecier la littérature jeunesse, ce n'est pas forcément pour toi effectivement.
      Après... je trouve tout de même que c'est très bien donc bon... XD

      Supprimer