Alcatraz contre les Ossements du Scribe - Brandon Sanderson

Posted by with 1 comment
Alcatraz contre les Ossements du Scribe - Brandon Sanderson
Le livre de poche // 2013 // 301 pages

Alcatraz contre les Ossements du Scribe et le deuxième tome de la série Alcatraz, une saga de fantasy jeunesse de Brandon Sanderson commencé avec Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires.
Alcatraz est un jeune orphelin de 13 ans, balloté de maison d’accueil en maison d’accueil depuis toujours. Difficile pour lui de rester longtemps au même endroit, surtout quand on a la fâcheuse habitude de casser tout ce que l'on touche. Bien qu'involontaire, ce "don" lui cause vraiment tout un tas d'ennuis. Tout change pour lui le jour de son treizième anniversaire quand un sac de sable mystérieux arrive envoyé par son père qu'il n'a jamais connu, quand il découvre qu'il a un grand-père un peu frappadingue, que sa capacité à tout casser est un talent rare et recherché, et puis que le monde qu'il connait n'est qu'un mensonge répandu par une secte de bibliothécaire maléfique qui veut diriger le monde !

Le deuxième tome démarre 3 mois après la fin des événements narrés dans le livre précédent. Alcatraz et papi Smedry sont en cavale et depuis tout ce temps et alors que le jeune homme attend dans un aéroport des nouvelles de son grand-père, il va devoir prendre la fuite avant de recevoir le message attendu. Sauvé in extremis par son amie Bastille ainsi que des membres de sa famille qu'il ne connaissait pas jusque-là, Alcatraz va se retrouver en route vers l'Égypte sur les traces de son père tout en essayant d'échapper à une terrifiante créature à moitié humaine lancée sur ses traces par les bibliothécaires.

Après un premier tome hilarant qui mettait en place l'univers loufoque de la série, c'est reparti de plus belle avec ce nouveau roman. Tout d'abord, la famille d'Alcatraz s'agrandit puisque l'on fait la connaissance de Kazan, un oncle d'Alcatraz et d'Australie, une cousine. Évidemment, comme chacun des membres de la famille, ils possèdent chacun un talent dont l'utilité semble à première vue plus que discutable (se perdre pour l'un, se réveiller avec une tête de déterrée pour l'autre), mais pour lesquels Sanderson fait preuve d'un humour et d'une inventivité à toute épreuve quand il s'agit de les utiliser. À cette équipe de Smedry, s'ajoute Drauline, la mère de Bastille, une sévère Chevalier de Crystallia qui entretient des relations assez conflictuelles avec sa fille.
Lancée à la recherche du vieux papi Smedry, et potentiellement sur les traces du père d'Alcatraz, cette équipe va nous entrainer avec humour dans une folle course poursuite. Au programme, dragon de verre, Ossements du Scribe, bibliothécaires fantômes voleurs d'âmes et autres inventions vont enrichir l'univers farfelu d'Alcatraz. 

Comme dans le tome précédent, Alcatraz est le narrateur de cette histoire. Et l'on peut dire qu'il est en forme. Il brise le quatrième mur à tout bout de champ, induit le lecteur en erreur à l'aide de fausses pistes et de déclarations complètement sans queue ni tête, et part dans d'extravagantes digressions qui ne manquent pas de toujours faire rire le lecteur.

Du côté de l'intrigue, on avance rapidement. Sanderson distille avec soin les rebondissements imprévisibles, et contrairement à son habitude, il fait court, mais toujours aussi dense. Car en 300 pages il prend soin d'élargir un peu plus son monde, rajouter de nouvelles têtes, développer ses systèmes de magies, faire avancer son intrigue principale et lancer de nouvelles pistes très intrigantes.

Humour et aventures sont les maitres mots pour ce deuxième tome qui se maintient largement au niveau du précédent en terme de qualité. Mais en plus de cela, Brandon Sanderson utilise ses personnages loufoques pour faire passer des messages sur la différence, la tolérance et pousse à la remise en question. Comme souvent avec cet auteur, on n’est pas déçu, on passe un très bon moment de lecture et on en redemande !

Participation N°34

Participation N°8

1 commentaire:

  1. C'est fort sympa à lire (encore plus quand on est bibliothécaire, faudrait que je pense à obliger les gens à vendre leur âme pour consulter les livres :D), faudra que je me procure la suite.

    RépondreSupprimer