Star Wars, La Haute République : Maître-Tempête - Cavan Scott

Gidéon la Neuvième (Le Tombeau scellé, tome 1) - Tamsyn Muir


Le Tombeau Scellé, tome 1 : Gidéon La Neuvième -Tamsyn Muir

Actes sud Exofiction // 2022 (VO 2019) // 528p

Ha ! que j’avais hâte de mettre la main sur ce roman qu’on m’a vendu comme « des necromanciennes lesbiennes dans l’espace ». Et ouais, il y a bien sûr carrément de ça, mais beaucoup d’autres choses, qui font de ce roman un gros coup de cœur et une de mes lectures préférés de cette année pour l’instant !
 
On suit dans ce récit Gidéon, 20 ans, résidente de la neuvième maison d’un empire nécromantique 10 fois millénaire. Elevée au milieux des nonnes décrépites, des cadavres animés, des squelettes grinçants et des coup bas d’Harrow, l’héritère de cette maison moisie dont la détestation réciproque égaye leur quotidien, GiGi n’a qu’une envie, se tirer de ce trou à rats miteux déserté par les vivants. Ce qu’elle essaye de faire depuis de nombreuses années, hélas sans succès.
Une opportunité s’offre à elle lorsque l’Empereur décide de rassembler les 9 maisons sur une planète lointaine pour mettre en place une sorte de concours, de sélection afin de choisir de nouveaux Lycteur, des nécromants aux pouvoirs surpuissants.
Harrow convoite le poste et à besoin pour concourir d’un cavalier. La démographie étant ce qu’elle est chez la Neuvième, elle propose le poste à Gidéon en échange de sa liberté.

Bon donc comme je disais j’ai adoré ce roman, et je crois qu’une des raisons principales est clairement dans sa protagoniste, Gidéon, et le ton sarcastique, grinçant et vulgaire qu’elle emploie tout du long. Gidéon s’ennuie, elle déteste Harrow de tout son être, mate les meufs dès qu’elle peut et rêve de s’engager dans l’armée impériale pour s’éloigner des sinistres secrets et de la paranoïa de la Neuvième maison.
Et son duo avec Harrow fonctionne à la perfection. Cette dernière parait froide, calculatrice, presque insensible et la détestation que les deux jeunes femmes partagent donne lieu à de savoureux échanges.
Bien évidemment, l’intrigues et les évènements vont les mettre toute deux dans des positions compliqués vis à vis de l’autre. Elle vont devoir apprendre à se tolérer, se faire confiance même et finalement lâcher les secrets, s’ouvrir et dévoiler qui elles sont vraiment.

Côté intrigue c’est aussi très bon. Le défis de l’empereur met en huis clos sur une planète abandonnée un assemblage hétéroclite de personnages, nécromancien et cavaliers, et les oppose à différents défis, allant de l’exploration au combat en passant par la réflexion et le tout dans une ambiance macabre, oppressante et glauque des plus réussie.

L’univers reste par contre pour l'instant relativement opaque. On a un gros world building qui est réalisé, mais les informations nous arrivent au compte goutte, distillé avec parcimonie, en même temps que les secrets des différentes maisons, et personnages. On a faim de savoir et Tamsyn Muir joue avec ça, elle laisse traîner des pistes, suggère des choses et dévoile sa création petit à petit. Les secrets et révélations n’en sont que plus percutantes.

Avec son mélange entre horreur, sf et fantasy  Tamsyn Muir livre ici un premier tome percutant qui démarre sur les chapeaux de roues. Elle offre un roman prenant et dynamique qui laisse entrevoir un univers et une saga pleine de potentiel. Elle accroches le lecteur, surprend, captive et fait rire aussi.

Vraiment je recommande cette excellente lecture dont je lirais la suite avec très grand plaisir !

 

D'autres avis : Anudar, Chut Maman lit 




Commentaires

  1. C'est en effet une ouverture intrigante, car on ne voit pas trop bien où cela pourrait nous mener à terme...

    En tout cas, merci pour le lien :)

    RépondreSupprimer
  2. Très heureuse de voir que ce titre t'a également séduit !

    RépondreSupprimer
  3. Ce roman est vraiment très intrigant !!

    RépondreSupprimer
  4. Un gros coup de cœur pour moi aussi, j'ai adoré le ton que donne l'autrice aux joutes verbales de Gideon. J'ai très très hâte de pouvoir lire la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le ton est parfait, c'est tout le sel du roman, vraiment bien trouvé :)
      Tellement hâte de savoir comment ça continue !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire