[Star Wars] La lumière des Jedi - Charles Soule

Posted by with 2 comments
La lumière des Jedi - Charles Soule
Pocket SF // 2021 // 512 p
- Livre reçu en SP -

C'est peut dire que ce roman Star Wars était attendu, en effet, il s'agit du roman qui ouvre un nouveau pan de la saga Star Wars, La Haute République, une nouvelle période temporelle se passant 200 ans avant la menace fantôme et présentant une république au sommet de sa gloire, et un âge d'or pour l'Ordre Jedi. 

Je dois dire que j'étais fortement enthousiasmé devant les annonces de cette nouvelle saga littéraire. Même si le nouveau canon Star Wars nous a offert de beaux romans jusqu'à présent (et je suis loin d'avoir encore tout lu), je trouve que l'on manquait de saga littéraire d'ampleur comme à pu l'être par le passé la série du Nouvel Ordre Jedi, 20 tomes publié sur de nombreuses années et qui a marqué profondément l'univers Star Wars. Et là, en privilégiant le volet littérature (et comics), Lucasfilm nous fait un très beau cadeau qui promet de belles histoires pour les années à venir. 

La tâche est rude pour Charles Soule puisqu'avec ce roman il doit donner le la de la Haute République, présenter la période, ouvrir la voie aux nombreuses histoires à venir et bien sûr ne pas oublier de raconter une histoire. Alors trêve de suspens, c'est une très grosse réussite, et nous allons voir ça en détails. 

* * * 

200 ans avant la menace fantôme, la chancelière Lina Soh s’apprête à inaugurer le Flambeau Stellaire, une station spatiale située dans la Bordure extérieure dont le but est de faire rayonner la république jusque dans ses confins, de montrer aux systèmes reculés qu'ils ne sont pas oubliés, d'améliorer les communications, d'offrir un point de rencontre culturel, politique, d'héberger un avant-poste Jedi d'importance. Sauf qu'il y a un accident, un drame, le Legacy Run rencontre un problème dans l'hyperespace et le vaisseau se disloque propulsant un monceau de débris quasiment à la vitesse de la lumière dans le système Hetzal, et même au-delà. Heureusement, un contingent de Jedi à proximité mené par la Maitre Avar Kriss intervient pour gérer la catastrophe. Cette catastrophe est-elle accidentelle ou bien a-t-elle un rapport avec les mystérieux Nihil, sorte de gang de pilleurs qui surgit et disparaît presque à volonté, pliant l'espace à ces désirs ? 

* * *

Le roman de Charles Soule se partage en deux grosses parties qu'il faut presque considérer séparément, tout d'abord la catastrophe et sa gestion immédiate, et ensuite, l'enquête et les conséquences à moyen terme. 

La première partie est un concentré d'action, elle alterne des chapitres courts, introduits une multitude de personnages, et nous présente, à travers la gestion immédiate de la crise, une partie du fonctionnement de la république et de l'ordre Jedi. Et de ce côté-là c'est grandiose, ceux-ci sont les gardiens de la paix et de la justice dans toute leur splendeurs. Ils sont flamboyants, éclatant, les Jedi tels qu'on les rêve et tels qu'on ne les a jamais vraiment vu. Alors certes, la prélogie nous présente certains de ces aspects, mais dès l'épisode I, on ressent que l'ordre n'est plus ce qu'il a pu être à une époque. Là, il est au sommet de sa gloire, les Jedi sont nombreux, compétents, différents, juste et magnifiques. 

Cette première partie présente beaucoup de personnages, et même si certains nous tapent dans l'œil plus que d'autres, il ne s'agit pas ici d'approfondir les passé et les caractérisations de tous les personnages. Cela viendra plus tard. Dans des comics ou d'autres romans pour certains, dans la seconde partie pour d'autres. 

* * *

La seconde partie du roman est en comparaison plus posée, plus lente, mais elle possède de nombreuses qualités. Elle va s'attarder sur plusieurs choses. D'abord l'enquête de la république, la découverte des Nihil, et l’approfondissement de certains personnages. 

Les Nihil sont donc amenés à être les antagonistes principaux de cette nouvelle période, et si dans un premier temps les personnages principaux composant l'organisation, de même que l'organisation en elle-même peuvent paraître un peu cliché dans le genre "criminels très méchant", tout est beaucoup plus subtil. On retiendra particulièrement le personnage de Marchion Ro, l'Oeil des Nihil, un personnage ambigu et manipulateur dont l'évolution et la transformation et l'espace d'un roman laisse présager le meilleur. 

Du côté des Jedi, on ne sait plus où donner de la tête. On a par exemple Avar Kriss, une maitre Jedi qui a la particularité de visualiser la Force sous forme de musique et qui peut s'y accorder et accorder les autres ensemble. Le duo qu'elle forme avec Elzar Mann, leur amitié, les non-dits qui flottent entre eux et qui laisse deviner ce que pouvait être l'ordre sur certaines règles à l'époque est des plus intéressant. 

Sur la planète Elphrona, nous allons suivre un petit avant-poste Jedi, l'occasion de découvrir leur quotidien loin du temple de Coruscant et de voir des personnages très humains, dont les liens d'amitiés sont fort, faisant preuve d'humour. Des personnages qui vivent, mangent, rient, et agissent quand il le faut, des Jedi vivants ! 

On découvre ainsi le vieux maître Porter Engle qui préfère finir ses vieux jours dans ce genre de coin reculé, qui a développé une passion pour la cuisine (haaaa, son ragoût aux neuf oeufs !) et qui quand la Force en a besoin n'hésite pas à devenir le guerrier dont elle a besoin. C’est un personnage très ambivalent qui par certain côté démonte totalement le cliché du Jedi guerrier justement. " L'aventure heh !l'agitation heh, ces choses, un Jedi ne les désire point." C'est exactement ça et c'est abordé de façon si simple, évidente et claire ! 

Les dynamique Maitre / Padawans que l'on découvre sont aussi très diverses, très variés et sont toutes passionnante, comme entre Loden Greatstorm et Bell Zetifar, un padawan peu sûr de lui, malmené gentiment par son maître qui croit profondément en ses capacités.

* * * 

Niveau personnages, on est admirablement servi, ceux-ci sont nombreux, variés, différents, avec un vrai souci de représentation de genre et d'ethnicité. On a des Jedi femmes puissantes, en grand nombre et c'est agréable ! On pourra juste regretter que la seule représentation LGBT concerne un couple d'homme assez secondaire, mais vu les règles sur l'attachement, il est sûrement compliqué de représenter des Jedi gay, bi ou lesbiennes on imagine… (Ceci-dit on notera que la série de comics La Haute République, scénarisée par Cavan Scot, présente deux Jedi non binaire)

* * *

La lumière des Jedi avait pour mission de nous introduire à la Haute République, et il le fait de la plus belle des manières. Le roman de Charles Soule est d'une grande richesse, il est empreint de l'esprit Star Wars à chaque page tout en nous offrant en même temps une ambiance comme on n’en avait jamais vu. Il se passe énormément d'évènement dans ce roman, de nombreuses intrigues sont mises en place, une multitude de personnages nous est présenté n'attendant que d'être développés dans les années à venir. L'émotion est palpable à de nombreux moments, on ne peut qu'être touché par les événements, les Jedi, la République que rêve cette Chancelière suprême. 

La lumière des Jedi est une magnifique réussite, un roman enthousiasmant qui ouvre la voie à de nombreuses choses, qui fait rêver, passionne et ne donne qu'une envie, plonger encore un peu plus longtemps dans une galaxie très lointaine ! 


 

2 commentaires:

  1. Je n'ai plus vraiment l'envie de lire des romans SW mais merci de me faire toujours vivre ce plaisir par procuration ^^

    RépondreSupprimer