Fanfictions : quelques reflexions

Posted by with 15 comments
Il y a plusieurs jours, l'auteur Neil Jomunsi, très engagé sur la question du droit d'auteur et de son évolution, a publié un article revenant sur la légalité du procédé de la fanfiction et la situation hallucinante qui fait que, même si c'est un procédé toléré, le partage (gratuit, cela va sans dire) d'une fanfiction reste quelque chose d'illégal. (voir son article)
Si l'article est très intéressant, s'en est malheureusement suivi une série de commentaires oscillant entre le franchement désagréable et le joyeusement méprisant.
J'ai donc voulu réagir sur la question, et après y avoir réfléchi un peu plus, j’ai décidé de reprendre et remanier un peu le commentaire que j'ai laissé pour en faire cet article.
Il est loin d'être exhaustif sur le sujet, mais j'espère qu'il vous intéressera. J'ai mis à la fin quelques liens vers des sources très intéressantes si vous souhaitez approfondir le sujet.

Création et fandom

Personnellement, je lis assez peu de fanfic, pour pleins de raisons, mais cela m’arrive tout de même parfois. J’en ai même écrit deux ou trois quand j’étais ado, avant de savoir que ça s’appelait comme ça et sans jamais les publier ou les partager. Et très régulièrement, je parcours les Internet à la recherche de fanart, fancomics ou fanfilm à propos des univers que j’apprécie.

Les créations de fans sont pour moi l’expression ultime du fandom, une déclaration d’amour envers une œuvre, un exutoire, et une appropriation totale de l’œuvre qui permet à l’auteur de se lâcher, d’évacuer, de partager. Bref, réaliser une fancréation, quel que soit son format est un acte qui est tout sauf anodin et pour lequel j’ai beaucoup d’amour et respect.

S’il y a bien un point qui peut fâcher les auteurs d’œuvres originales, c’est bien le terme appropriation. Chacun à un rapport personnel vis-à-vis de la création, mais concernant un livre (je vais me concentrer sur ce média même si c’est certainement valable pour d’autres) je pense qu’en général celui-ci cesse d’appartenir à son auteur à chaque fois qu’un lecteur pose les yeux dessus. Chaque lecteur fait sien le texte et interprétera à sa manière les mots et propos des auteurs (au grand dam de ceux-ci parfois).

Alors attention, je ne dit pas que les auteurs ne doivent pas rester propriétaires de leurs œuvres, ni qu’ils ne doivent pas gagner d’argent avec. Ce point là est indiscutable pour moi, j’ai trop conscience de la précarité qui est le quotidien de la majorité des artistes. Mais je parle ici de fanfiction, et à aucun moment n’envisage le fait de se faire de l’argent sur la création d’un autre.

Fanfiction et écriture 

Une chose que je ne supporte pas, c’est le mépris des fanfictions qu’ont certains. La remarque revenant le plus souvent concerne d'ailleurs leur qualité, ou plutôt leur prétendue manque de qualité. Les fanfictions voyez-vous seraient mal écrites...

Hé bien, scoop, mais pour certaines, oui, tout à fait. Mais en fait, comme des tas de livres qui arrivent sur le marché en étant passé par le circuit traditionnel des maisons d’éditions j’ai envie de dire. Et oui, il y a des fanfic qui manquent d'originalité, mais il y a aussi des tas d’auteurs publiés qui souffrent hélas de ce travers. Il n'y a qu'a voir les monceaux d'autofictions qui infestent les rayons de littérature blanche.
Pourtant, j’ai lu des fanfic qui feraient rougir certains auteurs, devant la qualité de la plume, des idées, de la puissance évocatrice et de la réflexion qu’elles apportent !

Pour un auteur en devenir, la fanfiction a un intérêt pour plusieurs raisons.
C’est un excellent exercice de style qui est loin d’être aussi facile et évident que beaucoup de personnes s’imaginent. Pour faire une bonne fanfiction, il faut vraiment très bien connaître l’univers, l’œuvre dans laquelle on s’inscrit, connaître les personnages intimement, comprendre comment ils fonctionnent, les caractéristiques qui les définissent, leur psychologie, leurs manies, leur histoire, bref s’impliquer à un degré que beaucoup ne soupçonnent pas.
Prendre un personnage existant, et le faire évoluer de la manière dont on a envie, et sans trahir ce personnage demande beaucoup de travail, parfois plus que de partir de zéro où l’on est libre de construire de toute pièce.
Il s’agit aussi d’un terrain d’apprentissage fascinant qui permet de suivre des codes, s’en affranchir, les tordre, les déplacer dans des contextes parfois surprenant, bref s’amuser comme dans un bac à sable pour écrivains et apprendre énormément.

Fanfiction et partage

Lorsque certaines personnes arguent que la fanfiction devrait être réservé au domaine privé et ne pas dépasser dans la sphère publique, je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel. L’intérêt c’est justement le partage

Permettre à des centaines, des milliers, parfois plus, de fans de poursuivre leur voyage dans un univers qu’ils ont aimés, avec des personnages qu’ils ont adorés, leur offrir des contextes inattendus, des aventures parfois loufoques, parfois tragiques mais surtout infinies, c’est quelque chose de merveilleux.
Cela permet des échanges passionnants, des rencontres, et aide des tas de gens à obtenir la représentativité que souvent, ils n’ont pas dans les œuvres originales.

Parce que l’on peut très bien ricaner devant les personnes qui écrivent les amours torrides d’Harry et Drago, mais l’une des forces de la fanfic c’est de pouvoir justement offrir aux « minorités » la place qu’ils voudraient et qu’ils n’ont pas. D'échanger les genres des protagonistes pour mettre une femme au premier plan, leur orientation sexuelle afin de créer la romance homosexuelle qu'on aurait aimer voir, ou bien de prendre cet insignifiant personnage secondaire noir et d'en faire le héros.

A une époque où la production culturelle était principalement blanche, masculine et hétéro avec des héros blanc, masculins et hétéro, ce n’est pas un hasard si les autrices et lectrices de fanfic étaient majoritairement féminines et le sont toujours.
C'est un genre qui permet d'explorer tout un tas de registre différents et d'offrir au lecteur ce qu'il aurait voulu, ce qu'il ne trouve pas ailleurs et dans l'univers qui le passionne le plus.

Et les auteurs ?

Certains, comme J.K. Rowling affiche ouvertement une opinion favorable au procédé, laissant les fans libres de laisser courir leur imagination.
D'autres comme GRRM, s'y opposent totalement. Un comble, quand on sait qu'après tout, le trône de fer n'est qu'une fanfic fantasy de la guerre des roses et des rois maudits ! ;)

Bien sûr, je peux comprendre la réticence de certains auteurs qui peuvent se sentir dépossédés de leur création, mais personne ne les oblige à s’y intéresser, personne ne remet en doute leur paternité de l’œuvre, et surtout personne ne se permet de se faire de l’argent sur leur dos.

Alors il y a évidemment la peur du vol, du plagiat, de la copie. Mais on parle ici de dérives plus que marginales et qui n’ont pas eu besoin des fanfictions pour exister.

Y-a-t-il alors pour eux la crainte de se retrouver déposséder de leur œuvre, la crainte que le succès de certaines fic dépasse celui de la source ? Est-ce vraiment une possibilité ? Encore une fois, j’en doute. Les fans qui exercent leur passion de cette manière ont généralement le plus grand respect pour les auteurs et savent très bien ce qu’ils leur doivent.

Quand la fanfic devient légitime

Un point qu’il est intéressant d’aborder et qui se décline en deux cas de figures.

Tout d’abord, il y a le cas des œuvres passées dans le domaine public et qui nourrissent l’imaginaire collectif et la création.

Les multiples adaptations des légendes arthuriennes en sont un bon exemple. Ces histoires appartiennent désormais à tous, et si l’on s’y intéresse, on verra qu’il existe des dizaines, probablement des centaines de versions de ces mythes, qui abordent des angles différents, qui le modernise, ou qui tentent d’apporter des points de vue inédits.

Et qu’en est-il de la série de romans Anno Dracula de Kim Newman qui fait intervenir de nombreux héros imaginaire de l’époque victorienne ? Ou bien encore d’un comics comme La ligue des gentlemen extraordinaires d’Alan Moore qui mélange entre autre le capitaine Nemo et le Dr Jekyll ?

La seule différence avec une fanfiction, c'est le passage des œuvres dans le domaine publique, ce qui autorise les auteurs à faire un usage commercial de leur création et leur donne de la légitimité vis à vis du public.

L’autre cas intéressant, est celui des fanfic ayant étés repérés par des éditeurs et qui finissent par être publiée. Bien sûr par sous leur forme d’origine, mais en gros, on garde l’histoire et on change les noms et l’univers, et parfois ça cartonne !
Le meilleur exemple étant la série des 50 nuances de Grey, à l’origine une série de fanfic dans l’univers de Twilight !
Ou bien la série de roman After d’Anna Todd, des fanfiction sur le groupe de musique One Direction.

Le cas des fanart

Un cas intéressant je trouve, qui me fait me poser plein de questions vu que je n’ai pas les connaissances légales nécessaires.
Il n’est pas rare de voir, en convention ou ailleurs, des artistes réaliser sur demande ou non, des illustrations de personnages issus d'univers dont ils ne possèdent pas les droits, et de les vendre au public.

Alors il ne s’agit pas de réaliser un comics complet, de l’éditer et le vendre. Mais je ne pense pas avoir vu quelque part remettre en question leur talent, la qualité de leur travail ou bien leur droit à effectuer ce genre de choses, et je trouve que ça interroge.

Pour finir

La fanfiction, comme toute forme de création de fan est pour moi quelque chose de merveilleux. C’est l’expression sincère d’un amour pour une œuvre et c’est une manière extraordinaire de rassembler des gens qui partagent une passion. Quand un fan passe de consommateur passif à créateur actif dans le fandom, c’est pour moi la meilleure chose qui soit.

Alors bien sûr, on peut s'interroger sur la qualité des œuvres, sur leur pertinence, leur légalité, mais au-delà de ça, c'est un exercice qui pose surtout la question de ce qu'est la création. Jusqu'à quel point un auteur est le produit de ses influences, à quel moment une œuvre est originale, et quelle liberté doit-on laisser à la création.

Concernant la fanfiction en général, mon point de vue est clair, cela ne regarde pas les auteurs.  Il s'agit d'un échange entre fan, qui s'est popularisé au point de devenir public grâce à l’essor d'internet. Mais au fond, il s'agit toujours de fans perdus devant leur écran à laisser dériver leur imagination dans le seul but de rêver un peu plus longtemps. La seule différence, c'est que la chambre, le bureau, la pièce où l'on vivait sa passion parfois de manière très solitaire est devenu une fenêtre sur un monde rempli de nos semblables.

Pour aller plus loin :





L'excellent roman Fangirl qui aborde le sujet à la perfection



15 commentaires:

  1. J'aurais aimé que mon commentaire ne soit qu'un gif d'applaudissement, mais malheureusement impossible. Donc voilà, j'applaudis absolument tout. Tu adresses tous les aspects du sujet auquel je pensais ^^

    Ton point sur la fanfic comme alternative à la diversité est d'ailleurs hyper intéressant, je ne m'étais jamais fait cette réflexion mais ça fait tellement sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hooooo *_* ! Merci, ça fait plaisir !! :')

      Supprimer
  2. Bel article sur la fanfiction. Ca fait plaisir de voir un avis positif sur cet aspect fondamental du fandom sans qu'il soit dénigré ou ridiculisé (y compris quand tu parles des fanfics abordant des thèmes homosexuels, qui sont souvent usées pour faire rire et rabaisser les fanfics).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! :)
      Si ça peut aider à ce que cet aspect soit moins raillé, j'en serais heureux.
      Concernant les thèmes homosexuels, c'est hélas un triste reflets de notre société qui continue de trouver que le sujet prête au rire et à la moquerie... :-/

      Supprimer
  3. Superbe article.
    Le seul "reproche" que je peux faire c'est l'implication énorme que cela exige et la nécessité souvent de connaitre par coeur le sujet.
    Autrement sur tout le reste je suis 100% d'accord.
    J'ai lu et écris des fanfictions (écrites il y a quelques années), j'en lis rarement car je n'ai plus la même passion pour une oeuvre que j'ai pu avoir ado.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :D
      Effectivement cela demande beaucoup d'implication, et c'est justement un aspect dont beaucoup de gens ne se rendent pas compte. C'est beaucoup de travail ! :)

      Supprimer
  4. Tout à fait d'accord. Du moment que ce n'est pas commercialisé avec l'univers exact/les noms de persos, personnellement ça ne me paraît pas du tout gênant. Le Fanart lui est parfois vendu en convention comme tu dis, là je en sais pas ce qu'il en est d'un point de vue légal. Mais la fanfiction t'en fais pas du fric donc je vois pas le problème, l'auteur original de l'univers est toujours mentionné..

    RépondreSupprimer
  5. PS : Je te vois glisser le plus de gifs de Felicia Day possible dans cet article :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouhahaha, la recherche de gif m'a pris au moins autant de temps que la rédaction de l'article XD

      Sinon oui, sans argent en jeu, je ne vois pas le soucis, c'est dommage cette défiance vis à vis du genre :-/

      Supprimer
  6. Je ne lis pas de fanfic (raison habituelle: so many books blablabla) mais je suis entièrement d'accord avec toi. Très bon article.
    Pour les fanarts, je me suis toujours demandé à quel point les t-shirt qwertee étaient légaux et si oui, comment ? Est-ce qu'ils se basent sur le droit à la caricature? Bref... Ça m'empêche pas d'en acheter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      Pour les sites genre qwertee, j'imagine que ça tombe sous législation us, et c'est assez différent de chez nous leurs histoires de droit d'auteur je crois.

      Supprimer
  7. Joli plaidoyer !
    Je n'en lis pas mais je suis d'accord avec ce que tu en dis (et mdr sur la fanfic de GRR Martin ! :D ).
    Tant qu'il n'y a pas d'argent en jeu, je ne vois pas où est le problème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Huhu merci, je me suis lâché :D
      J'ai pas pu résister pour GRRM ^^ ça lui apprendra :p

      Supprimer
  8. Toutafé d'accord !

    Je pense que tu as bien synthétisé tout l'esprit des fanfictions avec l'expression "bac à sable pour auteurs", je me suis longtemps amusée avec les personnages d'Harry Potter et ça a été un excellent exercice. Encore aujourd'hui j'aime bien poursuivre certains jeux vidéo ou certaines séries en lisant quelques fanfictions.

    Certaines personnes écrivent des histoires vraiment formidables avec le matériel existant, et on ne me fera pas avaler que certaines anthologies en hommage à un auteur ou un univers ne relève pas de la fanfiction (même si ce sont des textes écrits par des grands noms et publiés).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! :)
      Ha mais oui, je n'avais pas pensé aux antho, mais c'est vrai que les hommages comme les "chansons de la Terre Mourante" (un truc du genre), ce n'est rien de plus que de la fanfic légitimé !

      Supprimer