Zombie Hunter, de Kevin King

Posted by with 2 comments
Zombie Hunter
Réalisé par : Kevin King

Attention, chronique pleine de spoilers, mais franchement c'est pas bien grave.
Lorsque je suis tombé par hasard sur Zombie Hunter et que j'ai vu la présence de Danny Trejo au casting, je me suis dis que je ne devais sous aucun prétexte manquer ce film. Certes il sentait bon le gros nanar à 10000km mais bon, c'est pas comme si c'est un argument qui pouvait me faire fuir, bien au contraire, et en plein challenge zombie, celui-ci m'est apparu comme un incontournable !

Tout commence à cause d'une nouvelle drogue,  le Natas qui semble se répandre chez les jeunes à vitesse grand V et déclenche une violente épidémie de zombie dans une scène de sexe magnifique qui n'a pas le temps d'aller très loin quand le mec change et arrache la langue de la nana avec ses dents. Miam.

Putain comment je suis trop badass
Un an après, on retrouve Hunter (oui c'est son nom, parce que : "I don't have a name, not anymore") roulant à 240km/h (c'est lui qui le dit hein) au volant de son coupé sport noir mat, habillé de son perfecto noir avec ses Raybans©®™ aviateur noires et écoutant un genre de rock/grunge/émo à donf. Bon par contre il blond, ténébreux mais blond, et évidemment il monologue sur la solitude, le silence et les morts vivants. Après quelques péripéties, notamment un duel voiture vs zombie, puis une pause dans une supérette avec un combat au fusil à pompe, notre fringuant et ténébreux héros (qui à quand-même retiré ses lunette de soleil nous dévoilant son regard heu ténébreux ? D'ailleurs il plisse toujours les yeux, il aurait peut-être du les garder ses Raybans©®™) se fait tirer dessus. Blam, une bastos dans l'épaule quand on roule à 240 km/h, c'est dangereux. Résultat, accident, tonneaux et le v'la qui tombe dans les pommes sur un magnifique fondu.

Mais qu'est-ce que je suis venu faire dans ce film moi
Hunter se réveille dans un refuge où vivent quelques survivants tous plus clichés les uns que les autres. Tout d'abord, la bimbo blonde et bonasse aux allures d'actrice porno et qui veut se taper le héros (après vérification, l'actrice s'avère être une ancienne playmate, j'étais pas loin \o/), la jeune ingénue mignonne et innocente qui craque sur le héros, son frère l'ado benêt  libidineux et looser, un gros marrant et vicelard, un vieux bricoleur et mécano, et puis il y a Father Jesus, joué par Danny Trejo, leader du groupe, un vieux religieux mexicain au passé trouble qui s'avère manier la hache comme personne quand il s'agit de trucider du zombie.
Tout ce petit monde a un but, atteindre une vieille base d'aviation pour piquer un coucou et se faire la malle, grâce évidemment au vieux bricoleur qui est un pilote hors pair. Manque de pot, entre eux et leur but se tient une ville fréquentée par un taré qui découpe à la tronçonneuse ceux qui s'en approche.

Beuargh, je suis moche moi
Le groupe de survivant et Hunter apprennent à se connaitre, entre les yeux doux d'Alison (l'ingénue) et le pole dance de Fast Lane Debbie (la playmate) et tout va pour le mieux (ou presque) jusqu'à une attaque en règle par des zombies menés par une sorte d'Über zombie de 2m50 avec des griffes géantes. Father Jesus y passe à la suite d'un combat homérique qui s'achève par l'écrabouillage de sa tête dans une gerbe de sang mauve. Oui, dans Zombie Hunter le sang est mauve, ou rose, voir violet mais rarement rouge.
Bref, ça continue encore entre mauvais dialogues et effets ratés, et après une chouette rencontre avec un clown taré armé d'une tronçonneuse qui à ma plus grande tristesse découpe la tête de la playmate, a lieux enfin, dans l'aérodrome, le face à face final entre les Über zombies (oui, il y en a plusieurs maintenant) et nos rares survivants.

Hin hin, je suis le méchant clown psychopathe
Au final ça tire, ça découpe, ça étripe, ça mâche et une fois la tuerie achevée, Alison part dans le couchant avec son idiot de frangin en laissant Hunter pour mort. Juste avant le générique de fin, on découvre que celui-ci, qui en plus de s'être fait empaler par 5 griffes géantes a fait sauter une grenade à bout portant à côté d'un réservoir d'essence, s'en est tiré (solide le bonhomme). Mais comme malgré sa blondeur, il est quand-même ténébreux, il décide de mettre fin à ses jours, et il était temps.

Ça a du charme les effets spéciaux des 90's
Bon soyons honnête et cassons le suspens pour ceux qui pouvait encore en douter, ce film est une grosse bouse, et ce n'est pas lui qui réconciliera Lorhkan avec le genre je pense ^^. Entre des acteurs qui surjouent en permanence, des dialogues complètement ridicules, des effets spéciaux sortis d'une cinématiques de jeux vidéos des 90's, un scenario bateau et des personnages plus clichés que clichés, il n'y a pas grand chose à sauver. Mais bon, à ce niveau là, c'est tellement mauvais que moi ça me fait bien marrer et mine de rien, j'ai quand-même passé un très bon moment. Bon je rappelle quand-même que je suis très bon publique et que les nanars, j'aime bien des fois. Ceci dit, je ne le conseillerais à personne je pense, même si Danny Trejo en prêtre à la hache il est quand même cool.

Merci à Cornwall pour avoir lancé ce challenge. Sans celui-ci, je n'aurais jamais découvert cette pépite :D

http://laprophetiedesanes.blogspot.fr/p/zombies-challenge.html
Participation N°5

2 commentaires: