Everfree - Nick Sagan

Posted by with No comments
Everfree - Nick Sagan
 

-L'histoire-
Après le fiasco final du tome précédent qui se solde par la mort du clone/fils d'Halloween, et qui est tout de même rattrapé par la découverte d'un remède au Black Ep les anciens d'Idlewild sont réunis autour d'un but commun: Reconstruire la société humaine en éliminant ses défauts. Pour cela, ils réveillent au compte goute les humains qui s'étaient fait cryogéniser avant de mourir de la maladie.
Mais peut-on vraiment réussir à créer une utopie quand la plupart de ces citoyens ne sont qu'un ramassis de requins assoiffé de pouvoir qui ont vécu toute leur vie en écrasant les autres ?




-Mon avis- 
Dernier tome de la trilogie de Nick Sagan qui finit ici en fanfare sa saga. Construire une société utopiste n'est pas de tout repos, surtout quand on tente de le faire avec des sales capitalistes. C'est que je retiens de ce dernier tome qui attaque frontalement ces idéologies individualiste du toujours plus de profit et de l'exploitation d'autrui. Mais tout n'est pas non plus tout rose du côté des posthumains d'Idlewild qui bien qu’épris d'égalité et de liberté pour 'humanité et pleins de bonnes intention marchent dangereusement près du précipice de la dictature.
Ce derniers tome pose de bonnes question quand au libre arbitre et à la capacité qu'à l'humanité de faire les bons choix. Cette ambiguïté est plutôt intéressante et laisse quand même entrevoir un certain pessimiste chez Nick Sagan.
Pessimiste, cette trilogie le sera jusqu'au bout. Après un dernier chapitre qui laisse entrevoir un futur radieux pour une humanité débarrassée de ses démons que sont l'individualisme et l'intolérance on conclut par un épilogue assez sombre qui balaye ses perspectives et remet presque tout à zéro...

Au final, ça aura été une trilogie vraiment sympathique qui aborde de nombreux thèmes et pousse à la réflexion. Une porte d'entrée idéale pour un nouveau venu dans le monde de la SF et une lecture tout de même très agréable pour un habitué.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire