La Pluie du Siècle - Alastair Reynolds

Posted by with 4 comments
La Pluie du siècle - Alastair Reynolds
Pocket // 2010 (2004vo) // 862pages


Premier livre que j'ai lu cette année, La Pluie du Siècle est pour l'instant le dernier bébé d'Alastair Reynolds publié chez nous. Je l'attendais un peu comme le messie celui-là ; j'ai beaucoup aimé le cycle des inhibiteurs et j'avais hâte de découvrir ce que le bonhomme pouvait écrire en dehors de son univers habituel.

2300, Verity Auger est archéologue, et son travail consiste à chercher des artefacts historiques sur la Terre dévastée par le nanocauste.
1959 ?, Floyd, enquête sur une mort mystérieuse, une possible affaire d'espionnage. À moins que la vérité soit à chercher ailleurs dans le temps et l'espace...

Alternant les chapitres entre ses deux protagonistes jusqu'à l'inévitable rencontre de ceux-ci, le roman intrigue assez vite.
Il nous entraine d'abord sur Terre, dans une enquête assez captivante, à la découverte d'un Paris tel qu'il aurait pu être. Le personnage, vieux détective, joueur de Jazz, est assez savoureux. Vieux briscard un peu raté, plein de vieilles désillusions, mais qui garde quand même la foi, qui espère changer, améliorer les choses comme il peut.

De l'autre côté du miroir, l'année 2300 est au bord de l'explosion, la guerre couve entre les deux factions humaines que sont les Thresher et les Slashers. Au milieu d'eux, Verity se retrouve propulsé pour une mission plus qu'étrange, voyage temporel ou dimensionnel en quête du passé.
Alastair Reynolds à un don, pour inventer et caractériser des sociétés futuristes. Il s'en tirait déjà avec brio dans le cycle des inhibiteurs où celles-ci étaient foison, et si ce roman-là est peut-être un peu moins ambitieux, un peu moins fort, il est quand même très intéressant.
Très prenante et avec des personnages forts, l'histoire s'essouffle un peu vers la fin. Mais si elle perd un peu de son intérêt, elle offre toutefois une fin très ouverte du plus bel effet, même si elle risque de frustrer légèrement.

Résultat en demi-teinte pour moi avec ce roman. S'il n'est pas dépourvu d'intérêt, je trouve qu'il lui manque un petit quelque chose. Ce truc que j'avais trouvé dans Chasm City et Diamond Dogs qui m'avait fait adorer cet auteur.
J'attendrais quand même avec impatience son prochain roman, qui devrait paraitre d'ailleurs cette année chez Presse de la Cité si j'ai bien suivi.

4 commentaires:

  1. Me fait bien envie ce roman. C'est encore un pavé?

    RépondreSupprimer
  2. ouais; un pavé de 850 pages. Reynolds aime bien prendre le temps de poser son intrigue : )

    RépondreSupprimer
  3. lu il y a quelques années, il faudrait que je le relise mais j'avais bien aimé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur mais il est très chouette quand-même.
      J'aime beaucoup tout le reste de son oeuvre :)

      Supprimer