Sur la PàL - Janvier 2023

Je suis ta nuit - Loïc Le Borgne


Je suis ta nuit - Loïc Le Borgne
Actusf (Hélios) // 2022 (2020 1ere édition) // 400p
Livre lu en service presse

Bretagne, 1980, une bande gamins va se retrouver confronter à l'horreur, le Bonhomme Nuit, sorte de croquemitaine qui joue sur les peurs cachés et les colères endormies.

Avec un pitch qui n'est pas sans rappeler l'excellent Ça de Stephen King, Loïc Le Borgne s'attache à nous plonger dans l'enfance des années 80, entre séance de caté, match de foot au stade du coin, fête de village et une palanquée de référence pop qui font la vie de cette bande de préado qui s'achemine dans la douleur et les drames vers la fin de l'enfance.

L'intrigue est accrocheuse, le monstre réussi, et le contexte familier rajoute un petit plus qui donne l'impression par moment de se glisser dans des pantoufles confortables. Le livre malgré ses 400 pages se lit vite, Loïc Le Borgne sait doser le suspens et offre régulièrement des scènes chocs.

Deux points m'ont par contre moins convaincu. Tout d'abord, la surabondance de références. Si au début cela participe à nous mettre dans l'ambiance et si cela amuse quand ce sont en plus des références que l'on partage, c'est globalement mal dosé et à force de fulguro point et sabre laser (j'arrive pas à croire que je vais dire ça...) c'est trop, et on sort un peu de sa lecture.

Le deuxième point concerne les archétype, à la limite du cliché, une limite parfois franchie, utilisés pour les personnages. Je ne vais pas détaillé, mais ça manque franchement de finesse sur certains point, et c'est même assez limite sur d'autres.

Au final, Je suis ta nuit est une lecture intéressante qui possède de bonnes idées, des surprises et des révélation aussi horribles que bien amenées avec une ambiance forte et c'est dommage que certains défauts de l'écriture viennent l'entacher ainsi.

D'autres avis : Boudicca, Au pays des cave trolls, Livraisons littéraires, Sometimes a book, L'Ours Inculte,

Commentaires

  1. J'étais mitigé aussi, c'est vrai que les références c'était pas bien subtil

    RépondreSupprimer
  2. Lu dans sa première édition, le souvenir est assez vague mais ça correspond à ce que tu en dis : sympathique mais sans plus.

    RépondreSupprimer
  3. Un très bon roman, très noir. Les références ne m'avaient pas dérangée :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire